So you're a name on my dad's play-list... | ft. Lyla

 ::  :: downtown l.a.
avatar
• âge : 22
• côté ♥ : Exes and ohs...
• orientation : Pansexuel
• occupation : Etudes en programmation informatique - Réparation et services en tout genres dans le domaine.
• quartier : South L.A. - Crenshaw 3656 Virginia Rd
• avatar : Ezra Miller
• crédits : Avatar - ©Xanax / Signature - ©Allison
• messages : 29
Sam 8 Sep - 23:18

         
So you're a name on my dad's play-list...

         
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.

10h30, les gens défilent insouciant devant le petit salon de tatouage dont j'avais griffonné l'adresse sur un simple morceau de papier. De toute sorte, des ados, des vieux bikers, des femmes qui cherchent à se reconstruire, des hommes qui cherchent une contenance, une petite vieille, un livreur de pizza et ce type qu'on croise toujours dans la quartier des affaires, probablement à la rue depuis bien avant ma naissance et plus vieux que le monde lui même. En passant devant lui au passage piéton je lui tends une cigarette et la monnaie qui me reste dans la poche. Il me remercie platement, un sourire étire les rides pleines d'histoires de son visage buriné. C'est pas que j'ai besoin de me racheter une conscience. C'est pas que j'ai besoin de ma la jouer mère Térésa. C'est juste que j'ai au moins retenu un truc de ce que ma mère m’aura enseigné : personne n'est à laisser de côté.

Et surement pas lui.

Une boule dans la gorge et cette sale envie de chialer comme le môme de 5 ans que j'étais, vient soudain me cueillir quand le feu passe au vert. Je n'ai pas envie de rentrer dans le salon. Pas de phobie des aiguilles. Pas de haine quelconque pour la pratique du tatouage. Je ne suis pas venu pour autre chose que pour réparer l'ordinateur d'une femme parmi tant d'autres au milieu du Downtown L.A. Mais j'ai fouillé. Comme toujours mes doigts m'ont brûlés. Comme une douleur lancinante et terrifiante. J'ai voulu savoir pourquoi Lyla. Pourquoi ce simple prénom évoquait en moi une sérieuse envie de gerber. 4 lettres frappées sur un clavier. Un nom de famille et quelques heures de recherches. C'est revenu d'un coup, comme ça, comme une fleur de Lilas.

Cette femme avait participé sans le savoir à détruire ma vie.

Curiosité malsaine ou recherche désespérée d'une réponse, j'ai pourtant franchi le perron avec l'air hagard d'un lapin pris entre deux phares. Trop de femmes ici. Laquelle ? J'avais souvenir de cheveux roux, sur une photo croisée au détour d'une énième page de recherche. D'un sourire doux et de cet air gentil. Beaucoup trop gentil. C'était pour ça qu'il l'avait aimé plus que ma mère ? Elle est apparu sans prévenir devant moi. Avec ce même sourire. Ces mêmes cheveux roux. Et une énergie beaucoup trop débordante pour un type de mon genre. Alors j'ai paniqué incapable de décocher une syllabe correcte. Incapable de dire : Salut je suis le mec un peu débrouillard en informatique que vous avez appelé. Je sais que c'est vous parce que j'ai passé la nuit à faire des recherches sur votre vie, d’ailleurs c'est vrai que vous hébergez des chats en famille d’accueil ?

Autant passer pour un geek un peu stalker sur les bords ne me traumatisait pas plus que ça d'ordinaire. Autant j'avais envie de déchaîner toute la haine que j'avais engrangé pendant des années, sur elle, en la sachant pertinemment innocente. Je voulais me contenir. Réparer l'ordi, partir sans demander mon reste et l'oublier. Mais son sourire béat me donnait des envies de meurtre. C'était pire que tout ce que j'avais pu imaginer. Elle était probablement sincèrement gentille et moi je n'étais rien d'autre qu'un éternelle ado coincé dans sa petite crise existentielle.

Puis j'ai tout lâché, d'un coup. J'ai détourné le regard et j'ai glissé acide comme le venin d'un serpent :

- Vous ne le saviez même pas...  

Moment d'incertitude insoutenable. Quelque chose n’allait pas et elle l'avait compris, son regard étonné et la ridule significative qui se tendait entre ses sourcils. Je devais ressembler à un diable sorti de sa boite. Elle n'avait rien fait de mal et j'étais entrain de lui balancer à la gueule mon incompréhension de gamin phobique de l'abandon. Il y avait prescription.

- Vous ne saviez même pas que le professeur d'informatique que vous vous tapiez avait une femme et un enfant ? Surprise la vie est mal faite, je suis le chiard en question... Vous avez bien fait de le lâcher et disparaître de sa vie avant qu'il ne vous détruise vous aussi.

Je lui en voulais. Et d'un autre côté je savais qu'elle avait été victime de tout ça quasi tout autant que moi. Si ce n'est plus. Je ne savais rien d'elle ... je n'avais pas le droit de la juger comme ça. Après une grande inspiration mon ton se fit tout de suite plus doux. J'étais venu pour une raison précise, autant le faire correctement.

- Excusez moi. C'est peut être même pas vous... je... ou est votre ordi ?

 


©️Xanax

_________________

❝I'd rather be dead ❞
                Connor Gardner
(c)Allison
Revenir en haut Aller en bas
avatar
• âge : 36 ans
• côté ♥ : célibataire
• orientation : Pansexuelle, avec préférence pour les femmes
• occupation : tatoueuse au Wonderland
• quartier : Silverlake
• avatar : Felicia Day
• crédits : Kazerty
• messages : 9
Dim 9 Sep - 18:10
Les journées se ressemblaient récemment. Un petit train train qu’elle appréciait, car il était rempli de surprise. Aussi bien au salon qu’au refuge. Même si généralement les surprises du refuge n’étaient jamais bonnes... La semaine dernière elle avait moyen apprécié de devoir se déplacer pour sauver en urgence un âne qui n’était même plus en état de se lever tellement il était maigre. Forte heureusement, il se remettait déjà petit à petit.

Tranquillement posée sur son tableau lumineux afin de se familiariser avec le tatouage d’une pie entrelacée d’une rose, elle maniait son crayon dans le plus grand des calmes, le visage avec un sourire aux abonnés absents, mais qui n’en restait pas moins doux. La rousse restait concentrée sur son dessin, son casque délivrant des musiques toutes plus mignonnes les unes que les autres pour la tenir concentrée. Et également lui rappeler son célibat. Qu’elle vivait extrêmement mal. Les nuits qu’elle partageait et l’affection partagée sous les étoiles lorsque l’occasion se présentait n’avaient rien à voir avec le fait de voir chaque jour la personne qui faisait battre les cœurs des hommes. Elle était heureuse. Mais seule.

Perdue dans ses songes, alors que les larmes menaçaient de monter, elle sursauta et son crayon dérapa contre la feuille, la faisant pester silencieusement. Lyla se tourna alors vers la source de sa peur soudaine pour rencontrer le regard d’un jeune homme, perdu, sans repère, mais avec également une tristesse et une rage ancrée dans ses yeux d’un noir de jais.

Il ôta par ailleurs les chaînes de ses émotions pour les lasser se déchainer à travers ses cordes vocales. Une première vague. Puis une seconde.

Qui la noya dans un océan de souvenirs qu’elle avait tout fait pour assécher. Mais en vérité elle n’avait fait que nager jusqu’à la rive. Et ce fut comme si un tsunami la ramena dans les eaux houleuses pour la ramener à la réalité.

Son crayon s’échappa de ses mains pour rencontrer le carrelage du salon en un doux tintement qui habilla le silence pesant de la situation. S’en suivit une tentative d’excuse. Lyla se redressa alors, et planta son regard incandescent dans celui du nouveau venu.


You cannot just come here et say that


Les larmes qui avaient déjà menacé de se montrer, commencèrent à s’annoncer, par des yeux humides et une voix tremblante. De profonde tristesse et de colère.


You have no idea about what i lived because of him. So, shut up and leave or sit in and explain me


Son attitude douce revint légèrement à la fin de sa phrase, n’en restant cependant pas moins déterminée, et alimentée d’une colère assez rare.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
• âge : 22
• côté ♥ : Exes and ohs...
• orientation : Pansexuel
• occupation : Etudes en programmation informatique - Réparation et services en tout genres dans le domaine.
• quartier : South L.A. - Crenshaw 3656 Virginia Rd
• avatar : Ezra Miller
• crédits : Avatar - ©Xanax / Signature - ©Allison
• messages : 29
Mar 11 Sep - 16:17

         
So you're a name on my dad's play-list...

         
Rien dans les choses humaines, ni les maisons, ni les étoffes, ni les amitiés, ni les plaisirs, n'est durable dans l'abandon. Les toitures s'écroulent, les amours se défont. À chaque instant il faut reclouer une tuile, resserrer un joint, dénouer un malentendu. Sinon des rancunes se forment, des sentiments refoulés et cachés au plus profond de l'âme y deviennent des foyers d'infection qui empoisonnent la vie du couple. Puis un jour, au cours d'une querelle, l'abcès éclate et chacun demeure épouvanté par l'image de lui-même qu'il découvre en l'autre. Donc sincérité, mais aussi politesse.

En voyant dans ses yeux rougis par la rage perler les larmes de quelques souvenirs amères, je me rendis compte de ma connerie monumentale. Elle avait raison je n’avais en aucun cas le droit de venir l’accuser de tous mes maux comme ça sans prévenir. Je n’avais pas non plus le droit de lui dire ces choses acides simplement parce qu’une femme qui couche avec un homme marié, dans notre société c’est une salope et pas un Don Juan. Je m’en voulais, acidité dans la gorge et amertume dans la bouche, les mots que je lui avait lancés tournaient en boucle dans ma tête comme une nuée de corneille prête à m’arracher les yeux.

Merde.

Je m’assis dans un coin, loin de la foule, loin des clients, à peine capable de la regarder de nouveau dans les yeux. Je n’aimais pas les conflits, je n’aimais pas les drame, je n’aimais pas le pathos et c’était pourtant à peu près tout ce qui constituait ma vie. Et à chaque occasion moi comme un con, je me ruais dedans. Drôle d’introduction pour un simple geek un peu débrouillard sur un ordi.

- I’m … I’m sorry, I fucked-up. Again. But when I see your face on your chart page, i just feel like that stupid child I was, when I see my dad trying to hide your photograph.

Comment faire comprendre à la personne dont on est le plus grand démon, que  pour nous le monstre, c’est elle ? J’ai pas trouvé la réponse à cette question. Je sais juste que les êtres humains ont une fâcheuse capacité à merder. A tout foutre en l’air. A rejeter la faute sur celui qui possède d’assez bonnes épaules pour endosser le rôle du coupable.  Et parfois je me pose la question : Est ce qu’ils savent ? Est ce qu’ils savent que le conneries peuvent avoir des répercussions à long termes ? Est ce qu’ils savent ce que c’est d’être désespérer ? De sentir son coeur se serrer et de manquer d’air ?

Je crois qu’on le sait tous. Mais je crois aussi qu’on oubli vite.

- You don’t deserve this, I probably should disappear now. If you want in know an other guy who could … take care of this.

Je lançais mon menton pour lui indiquer son pc qui semblait avoir subi poils de chat et d’autres animaux en tout genre.  Cette femme était en tout point quelqu’un de bien. C’est à dire mon opposé. Je me relevais d’un bond, comme un diable sorti de sa boite. Prêt à sortir de la boutique et retourner à ma vie “trépidante”. Envers et contre tous mes jambes n’ont pas vraiment voulu m’obéir. J’avais tellement de questions à lui poser. En baissant la tête d’une voix tremblante je lui ai glissé :

- Did he told you at least one day which he liked to you ?

Je voulais savoir. Au moins savoir ça avant de partir. Si l’homme que j’avais diabolisé pendant tant d’années était capable de dire je t’aime au moins à une personne.

 


©️Xanax

_________________

❝I'd rather be dead ❞
                Connor Gardner
(c)Allison
Revenir en haut Aller en bas
avatar
• âge : 36 ans
• côté ♥ : célibataire
• orientation : Pansexuelle, avec préférence pour les femmes
• occupation : tatoueuse au Wonderland
• quartier : Silverlake
• avatar : Felicia Day
• crédits : Kazerty
• messages : 9
Dim 16 Sep - 18:21
Elle l’écouta, sans rien dire, se contentant de le fixer sans jamais le lâcher, pour le laisser dire ce qu’il avait à dire, et assumer ce qu’il venait de lancer quelques secondes plus tôt. Elle attendait qu’il ait terminé, debout, les bras le long du corps, et la main gauche appuyée sur sa table lumineuse. 
Elle ne pouvait pas le laisser ainsi, elle ne pouvait pas juste le laisser réparer son ordinateur et le laisser partir, en tant que personne douée de sentiments elle ne pouvait pas. Elle s’en voudrait certainement beaucoup trop. Et puis, ce n’était pas elle de laisser quelqu’un dans le besoin, d’abandonner. Elle ne l’avait fait qu’une fois, et depuis la rousse faisait tout pour que cela ne se reproduise plus.  
Sa question lui fit l’effet d’une flèche en plein cœur. Bien-sûr qu’il lui avait dit, des maintes de fois, et de façon sincère. Leur amour interdit était la seule chose pour laquelle elle vivait et pour laquelle elle avait voulu vivre. Même si désormais, elle doutait de l’amour qu’il ressentait pour elle, est-ce qu’il avait un jour été sincère sur ses sentiments ? De la part de quelqu’un qui lui avait caché une femme et un fils, elle se permettait d’en douter.  
Lyla l’observa, puis, comme vaincue, elle baissa les épaules et poussa un long soupire, avant de lui dire d’un signe de la main de le suivre. Ca allait encore valoir des explications à Charlie. Et pas qu’un peu. Son prochain rendez-vous était dans une heure, ça laissait le temps d’avoir une conversation un minimum complète. Même si elle savait bien qu’en une heure ils n’allaient qu’exposer le problème...  
La tatoueuse l’amena dans sa salle de tattoo, tapissée de projet en cours, et également de ceux dont elle était fière. Tout était en ordre, rangé au millimètre près et totalement clean. Elle se devait d’avoir une salle impeccable au vu de la réputation du salon. Et elle n’aimait pas travailler dans un environnement désordonné. Elle tira une chaise pour lui permettre de s’asseoir tandis qu’elle se posa simplement sur son bureau, tout en restant debout. 

« First. I didn't know that your father had already a woman, and a son. Otherwise, I would never done that. I loved him, but I didn't want to break a family »

Dans l'incapacité de tenir une conversation sérieuse sans se laisser envahir par sa nervosité, elle attrapa un crayon qui traînait sur son bureau et le fit rouler entre ses doigts, avant de reprendre.

« You are his son right ? I'm really sorry, you know… If i could go back in time, I'll never accept to see him outside the school »

Elle mit son autre main dans la poche de son jean, et continua de passer habilement son crayon entre ses doigts.

« Do you already know who I was before come here or you has just discovered that ? »

La rousse tenait à le savoir. Elle voulait savoir si ce jeune homme l'avait cherché par haine, tristesse, ou même curiosité. Ou si simplement le destin avait fait en sorte de leur mettre à deux des bâtons dans les roues
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

glitter in the air ::  :: downtown l.a.+