and i need you more (kealïs #3)

 ::  :: westside :: santa monica
avatar
dans le fond des ténèbres


• âge : 29
• côté ♥ : elle a aimé, une fois, pensait que ça n'arriverait plus parce qu'elle se l'interdisait. et loïs est arrivée...
• orientation : pansexuelle. l'amour n'a ni âge, ni sexe, ni forme ni pensée. il est ce qu'il est...
• occupation : hier escort girl, aujourd'hui assistante personnelle (et jouet sexuel) d'une quadra hystérique
• avatar : ksolo
• crédits : lilousilver ♥ (av) + astra (sign) + loudsilence. (gifs)
• messages : 125
and i need you more (kealïs #3)
Jeu 8 Nov - 17:55
Je sais pas ce qui m’a pris, je sais pas pourquoi j’ai replongé, pourquoi j’ai été le voir, pourquoi je l’ai laissé m’approcher, m’embrasser, pourquoi je me suis laissée aller, l’ai suivi, l’ai laissé posséder mon corps à nouveau. Elio a fait partie de ma vie, pendant deux ans, il a vécu auprès de moi les hauts et les bas, il m’a connue alors que je ne ressemblais en rien à cette jeune femme en apparence équilibrée que je suis aujourd’hui. Et nous avons failli avoir un enfant ensemble, ce qui n’est pas rien. Mais tout ça, ça fait partie du passé, et la vie me l’a rappelé lorsqu’en fermant les yeux, c’est le visage de Loïs que j’ai vu, son corps sous mes doigts que j’ai imaginé. Je savais qu’elle me plaisait mais pas à ce point, pas comme ça. Je me réfugie sur la plage, j’ai besoin de pleurer, besoin de lâcher prise, de hurler sans toute aussi, mais d’être seule surtout. Les heures s’égrainent et je fais roule dans la paume de ma main cette pilule que je sais nocive pour moi, pour mes addictions passées. J’ai beau essayer de peser le pour et le contre, rien ne fonctionne, mon cerveau est comme déconnecté. Je ne parviens pas à raisonner correctement et la pilule termine entre mes lèvres, puis sur ma langue, et disparaît je ne sais où. En moi. J’ignore si elle m’aidera à apaiser mon esprit, pour le moment je me concentre sur le bruit des vagues, le clapotis de l’eau, les yeux clos je me laisse bercer.

Tout s’estompe, tout se tord, la réalité est altérée et je me laisse simplement porter par les sensations, faisant taire mes pensées les plus complexes. C’est ce dont j’avais besoin. Tout oublier, si cet effet pouvait être permanent… Je ne me rends pas compte avoir envoyé un message à Loïs pour lui dire où j’étais, peut-être un instinct de survie, qui sait. Je sens mes os se glacer, l’eau monte et mon corps encore étendu, inerte sur le sable commence à être aussi trempé que mes vêtements. Je me laisse totalement emporter, sans plus aucune conscience de rien du tout. Lorsque j’ouvre les yeux, c’est le visage de Loïs qui apparaît, j’entends sa voix si loin que je ne peux pas imaginer qu’elle est en train de crier. Est-ce que je rêve, encore ? Ou est-ce qu’elle est bien là ? Comment a-t-elle su que j’étais ici ? Comment m’a-t-elle retrouvée ?

_________________
 
❝ capharnaüm ❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.  

Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 26
• occupation : lieutenant de police à la lapd.
• avatar : adria arjona.
• crédits : lilousilver aka mon koala d'amour ♥ (avatar), loudsilence ♥ (crackship)
• messages : 277
and i need you more (kealïs #3)
Ven 9 Nov - 0:35
Après une dure journée au travail, Loïs se laissait finalement tomber sur le canapé lorsque son téléphone se mit à vibrer pour signaler l’arrivée d’un nouveau message. Occupée à zapper les chaines de la télévision, elle ne prit pas tout de suite la peine de regarder ce qui venait d’arriver. Elle attendit de trouver une émission qui lui plaisait plutôt bien avant de lancer un regard distrait en direction de son smartphone. Ses sourcils se froncèrent lorsqu’elle découvrit le prénom de Keala sur l’écran. Se saisissant rapidement de son cellulaire, Loïs le déverrouillait pour lire le message que la blonde lui avait envoyé. C’était presque incompréhensible. Tout ce que la lieutenante de la LAPD retenait, c’était que la russe avait grandement besoin d’aide et qu’elle se trouvait dans un lieu qui était sa véritable maison. Loïs attrapait rapidement ses clés de voiture, se précipitant à l’extérieur avec son téléphone à la main. Elle tentait d’appeler la blonde, mais tombait à chaque fois sur le répondeur. « Allez Keala, réponds… » suppliait-elle alors qu’elle tentait de l’appeler pour la quatrième fois. Loïs roulait dans les rues de Los Angeles sans savoir où elle allait réellement, complètement perdue. Les secondes s’écoulaient. Les minutes aussi. Trop vite. Beaucoup trop vite. Elle avait l’impression de perdre un temps précieux. Elle tentait d’abord d’aller voir chez la blonde si elle y était – elle avait relevé son adresse dans le répertoire d’Elena – avant d’avoir une illumination. Longeant la côte en voiture, elle pestait, le cœur serré, jusqu’à ce qu’elle finisse par reconnaître le parking devant lequel elles étaient passées un soir. Loïs y abandonnait sa voiture sans prendre le temps de se garer correctement. Elle était à cheval sur deux places. La fourrière pouvait très bien embarquer son véhicule, elle n’en avait que faire. Elle avait perçu la gravité du message de Keala et se devait d’être là pour elle comme la blonde avait été présente. Elle prit à peine le temps de verrouiller les portières de sa voiture avant de se mettre à courir en direction de la plage, passant par le même chemin que la russe lui avait montré. Lorsqu’elle arrivait finalement à l’endroit que la blonde préférait, Loïs fut d’abord détabilisée parce qu’elle ne voyait rien. Il n’y avait que du sable, des palmiers et l’immensité de l’océan qui s’étendait à perte de vue. La Garcia passait une main sur son visage, désespérée, lorsqu’elle la vit. Un corps étendu sur le sol, léché par les vagues. La brune courut aussitôt dans sa direction, reconnaissant immédiatement Keala. Elle avait les yeux fermés et ne semblait pas en mesure de réagir. « Bordel… » souffla-t-elle, paniquée. Elle n’était pas sûre de la voir respirer, mais elle ne pouvait pas le vérifier alors qu’elle était à deux doigts de se noyer. La prenant dans ses bras, Loïs la soulevait assez facilement. Keala représentait un poids mort, mais elle restait assez légère. Alors qu’elle la déposait un peu plus loin sur le sable, loin de l’eau de l’océan, elle se laissait aller à la supplier : « Allez Keala, réveille-toi. S’il te plait ! » Elle pinçait les lèvres alors qu’elle cherchait à voir si elle respirait encore. Un souffle faible s’échappait d’entre ses lèvres et son pouls était assez bas. Loïs dégainait son smartphone, tentant de contacter les divers numéros d’urgence, mais il n’y avait rien à y faire. Son opérateur ne lui permettait pas de capter le réseau téléphonique depuis ce bout de plage reculé et forcément, le téléphone de Keala était complètement noyé. La Garcia jetait rageusement son smartphone plus loin, dans le sable, n’y prêtant même plus attention. Elle secouait la blonde, tentant de lui faire ouvrir les yeux. Mais rien n’y faisait. Elle était de plus en plus gelée, il fallait que Loïs trouve rapidement un moyen de la réchauffer. Elle s’empressait de la défaire de ses vêtements imbibés d’eau avant d’ôter sa propre veste, son pull et son tee-shirt, qu’elle vint lui passer sur le corps. Comme elle n’était pas mouillée, Loïs n’avait pas froid comme ça et cela permettrait à Keala de récupérer quelques degrés. « Allez, déconne pas ! » suppliait une nouvelle fois Loïs, la voix emplie de désespoir, tandis qu’elle se mettait à lui frictionner les bras avec vigueur. « Tu DOIS te réveiller ! » Les larmes lui montaient aux yeux tandis qu’elle l’attrapait par les épaules, se mettant à la secouer. « KEALA ! S’IL TE PLAIT ! » se mettait-elle à hurler de désespoir. C’est alors qu’elle la vit se mettre à battre des cils. C’était tellement inespéré pour Loïs qu’elle ne put réprimer un sanglot, fondant en larmes alors qu’elle attrapait Keala pour la prendre dans ses bras et la serrer contre elle. La Garcia avait fini par croire qu’elle l’avait perdue. « Je suis si heureuse p’tain. Je sais pas ce que t’as foutu, mais recommence jamais ça. » lui intimait-elle d’une voix tremblante mais ferme, sans même laisser le temps à la blonde de réellement reprendre ses esprits. Elle venait poser son visage contre sa nuque, inspirant l’odeur de la russe qui se mélangeait à celle, enivrante, du sel marin. « Ça va aller d’accord ? Ça va aller. » insistait-elle, sans trop savoir si elle parlait pour elle-même ou pour Keala. La voir ouvrir les yeux la soulageait déjà grandement, même si elle savait que la blonde pouvait resombrer. Loïs ne savait pas ce qui avait pu la mettre dans un tel état, même si, à dire vrai, elle en avait tout de même une petite idée. Intuition qu’elle préférait mettre de côté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dans le fond des ténèbres


• âge : 29
• côté ♥ : elle a aimé, une fois, pensait que ça n'arriverait plus parce qu'elle se l'interdisait. et loïs est arrivée...
• orientation : pansexuelle. l'amour n'a ni âge, ni sexe, ni forme ni pensée. il est ce qu'il est...
• occupation : hier escort girl, aujourd'hui assistante personnelle (et jouet sexuel) d'une quadra hystérique
• avatar : ksolo
• crédits : lilousilver ♥ (av) + astra (sign) + loudsilence. (gifs)
• messages : 125
and i need you more (kealïs #3)
Ven 9 Nov - 21:22
La voix semble lointaine, estompée par un brouillard épais. Mon cerveau semble déconnecté de mon corps, c’est comme si je flottais au-dessus de moi-même. Je ne suis plus réellement consciente de ce qui se passe, de l’endroit où je me trouve, et pourtant mon inconscient a réussi à me faire envoyer un message à Loïs avant que mon portable ne disparaisse lui aussi des satellites. Le corps glacé, inerte, je sens à peine les secousses, pourtant elles me font revenir à moi peu à peu, couche par couche. Les sons environnants reprennent peu à peu place dans mon oreille interne et la sensation de froid s’invite peu à peu, me faisant frissonner une première fois, signe que mon corps est en train de reprendre vie. Je ne suis pas passée loin cette fois. Doucement mes yeux s’éveillent, peinant pourtant à s’ouvrir alors que la lumière pénètre dans ma rétine à travers mes paupières. Je sens mon corps happé, alors que je ne suis encore qu’une poupée de chiffon, et une douce chaleur me réchauffe. Je reprends conscience peu à peu, mon nez en premier, inspirant l’odeur caractéristique de Loïs, celle de sa peau mêlée à son parfum, celui de son shampoing, celui de sa crème hydratante. « Je suis si heureuse p’tain. Je sais pas ce que t’as foutu, mais recommence jamais ça. » Sa voix est tremblante, comme si elle venait de pleurer. Quand à moi, je garde les yeux clos, sentant simplement les battements de mon coeur reprendre un rythme plus normal, quoi qu’un peu soutenu par la présence de la brune à mes côtés. Elle est là. Je ne sais pas comment, j’ignore même encore s’il ne s’agit pas là d’un rêve, mais qu’importe. Elle est là. « Ça va aller d’accord ? Ça va aller. » Un nouveau frisson me fait trembler, presque sursauter, et je réouvre finalement les yeux, avec difficulté. « Tu es là… » Ma voix est rauque, sombre, mes cordes vocales encore endormies, endolories d’avoir hurlé si fort et si longtemps. J’ai mal à la tête, ça cogne la dedans. J’ai soif aussi, mais pour un laps de temps encore indéterminé, mon cerveau semble avoir occulté ce pourquoi je me suis mise dans cet état. Ce n’est pas plus mal, je crois. Nouveau tremblement, je me sens si faible. « J’ai froid… » Loïs se détache de moi et je prends seulement conscience qu’elle est en sous-vêtements, du moins en haut, et je comprends que ce sont ses vêtements qui m’habillent en ce moment même. « Tu vas attraper mal. Rhabille-toi Loïs.. » Je commence à essayer de retirer sa veste mais mes gestes sont tellement lents et mes membres me semblent poser des tonnes, que j’en suis incapable. J’ai honte, honte de lui montrer cette facette de moi, elle finira par fuir, comme les autres. Il n’y a plus de doutes à ce sujet. Fini l’image de la fille joviale, qui joue au Twister et qui est une épaule attentive à ses petits tracas. Mon ombre aura fini par me rattraper, et me bouffer.

_________________
 
❝ capharnaüm ❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.  

Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 26
• occupation : lieutenant de police à la lapd.
• avatar : adria arjona.
• crédits : lilousilver aka mon koala d'amour ♥ (avatar), loudsilence ♥ (crackship)
• messages : 277
and i need you more (kealïs #3)
Sam 10 Nov - 0:53
Elle serrait Keala dans ses bras, se pressant tout contre elle pour tenter de lui transmettre sa chaleur corporelle. Prenant la main de la blonde dans la sienne, elle sentit qu’elle était loin d’avoir retrouvé une température normale, quand bien même elle était vêtue de vêtements secs. Aussi la lieutenante de la LAPD comptait sur la chaleur humaine pour permettre à la jeune femme d’arrêter de grelotter. Loïs enfouissait son visage dans le coup de la blonde, tentant de se rassurer mais aussi de la réchauffer en poussant son souffle chaud contre sa peau. « Tu es là… » La voix de Keala était roque, semblait brisée. Au moins autant que la russe. Loïs hochait la tête sans se détacher du cou de la blonde. Oui, elle était là. Bien sûr qu’elle était là. « J’ai froid… » Elle tremblait. Il fallait que la brune trouve une solution. Se détachant de son amie, la Garcia prit le temps de l’observer. Elle avait froid mais au moins, elle avait un peu moins l’air mourrante. « Tu vas attraper mal. Rhabille-toi Loïs.. » La Garcia secouait la tête. Il ne fallait pas que la blonde s’inquiète pour elle. Mais celle-ci tentait déjà de se défaire de ses vêtements pour les rendre à Loïs et la lieutenante fut obligée de venir immobiliser ses bras pour qu’elle arrête de s’épuiser ainsi pour rien. Quoi que Keala paraissait si faible que Loïs n’était pas certaine qu’elle soit parvenue à retirer sa veste, de toute façon. « Je vais bien, promis. Garde ça sur toi, tu grelottes et moi je n’ai pas froid, promis. » Elle lui offrait un sourire se voulant réconfortant tandis qu’elle lâchait lentement ses poignets, vérifiant que Keala n’allait pas à nouveau s’user à tenter de se défaire de ces vêtements. Heureusement, elle semblait avoir abandonné l’idée. « Il faut qu’on bouge de là avant que le vent ne se lève, sinon c’est foutu. J’ai le chauffage dans ma voiture et… » Elle laissait sa phrase en suspens, ne quittant pas Keala du regard. Sa main était posée sur le genou de la blonde, comme si elle avait peur que celle-ci ne s’évapore si elle cessait tout contact. « Tu me fais confiance ? » Elle avait lâché cette simple question tout en se relevant et en se reculant. En quelques pas effectués à reculons, elle se rapprocha de son cellulaire pour le récupérer, avant de s’emparer des vêtements encore humides de la russe. Il n’y avait plus rien d’autre à récupérer. Retournant en direction de son amie, elle s’accroupissait à côté d’elle. « Je vais te porter jusqu’à la voiture pour t’éviter de marcher. Promis, ce ne sera pas long. » Déposant les affaires sur les genoux de Keala, Loïs s’en débarrassait pour avoir les mains libres. Elle l’attrapait alors délicatement, la portant dans ses bras de façon protectrice, la gardant serrée contre la peau nue de son buste. La Garcia faisait de son mieux pour se diriger vers la voiture sans brusquer la jeune femme, tout en essayant d’aller le plus vite possible. C’était un peu laborieux, mais elle finit par y parvenir sans trop d’encombre, et surtout, sans la faire tomber. Arrivées sur le parking, Loïs se rendit compte que sa voiture était toujours là, ce qui était un excellent point. Elle s’empressa de déverrouiller les portières. « Et voilà. Ça va aller pour t’installer ? Je passe devant pour démarrer le moteur et mettre le chauffage en route. » glissa la brune après avoir ouvert la portière arrière et avoir assis Keala sur le siège. Et puis, elle fit le tour de la voiture, pour effectuer les actions qu’elle venait d’énoncer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dans le fond des ténèbres


• âge : 29
• côté ♥ : elle a aimé, une fois, pensait que ça n'arriverait plus parce qu'elle se l'interdisait. et loïs est arrivée...
• orientation : pansexuelle. l'amour n'a ni âge, ni sexe, ni forme ni pensée. il est ce qu'il est...
• occupation : hier escort girl, aujourd'hui assistante personnelle (et jouet sexuel) d'une quadra hystérique
• avatar : ksolo
• crédits : lilousilver ♥ (av) + astra (sign) + loudsilence. (gifs)
• messages : 125
and i need you more (kealïs #3)
Ven 16 Nov - 9:43
Je sais pas trop ce qui se passe, tout est brouillé, je sens juste un corps chaud contre moi, avant de reconnaître le parfum de Loïs. J’ai du mal à croire qu’elle est là, comment elle m’a trouvée. Je crois que je lui dois la vie. Je reprends peu à peu conscience, même si c’est laborieux. Mais je ne veux pas que la brunette attrape froid, encore moins à cause de moi. Je suis congelée, ça changera pas grand chose, je crois qu’il me faut simplement un bain chaud. « Je vais bien, promis. Garde ça sur toi, tu grelottes et moi je n’ai pas froid, promis. » De toute manière, je me rends compte que je suis bien incapable de faire quoi que ce soit. Chaque geste me demande une énergie folle, que je n’ai pas. « Il faut qu’on bouge de là avant que le vent ne se lève, sinon c’est foutu. J’ai le chauffage dans ma voiture et… Tu me fais confiance ? » Je plante mon regard dans le sien. Quelle question. J’ai bien failli crever et elle est là, à vouloir m’aider. Si je lui fais confiance ? C’est même évident. Mais bien incapable de formuler une phrase correcte, je me contente de hocher un peu la tête, sans pour autant savoir ce qu’elle me réserve pour la suite. Peu importe après tout, je la suivrai les yeux fermés. « Je vais te porter jusqu’à la voiture pour t’éviter de marcher. Promis, ce ne sera pas long. » Me porter ? Avec ses petits bras ? Mais je suis beaucoup trop lourde ! Je tente de secouer un peu la tête mais elle ne me laisse pas le temps de rechigner qu’elle vient déjà enrouler ses bras autour de moi, pour trouver une position adéquate. Et moi pendant ce temps, je grelotte. Je viens doucement enrouler à mon tour mes bras autour de son cou, plongeant mon visage dans le creux de ce dernier en espérant y récupérer un peu de chaleur pour mon nez congelé. J’ai presque peur qu’il tombe. Je ne suis pas encore tout à fait consciente, je me cramponne à elle comme à une bouée de sauvetage en pleine mer, par peur qu’elle m’échappe, qu’elle me laisse seule avec mes démons. J’ai besoin d’elle. Lorsque mes pieds touchent à nouveau Terre, je me sens chancelante. « Et voilà. Ça va aller pour t’installer ? Je passe devant pour démarrer le moteur et mettre le chauffage en route. » Je hoche la tête sans grande conviction, avec la peur au ventre que Loïs me lâche et que je m’effondre sur place. Je me tiens à la portière avec le peu de forces que j’arrive à puiser et me laisse tomber mollement sur la banquette arrière, me recroquevillant en espérant trouver un semblant de chaleur qui me permettrait d’arrêter de greloter. Je ne sens pas encore les effets du chauffage, je peux seulement entendre la soufflerie. Loïs me rejoint à l’arrière, j’entends que vaguement sa voix. « Tu veux bien… venir contre moi ..? » J’ai besoin de sa chaleur comme un besoin vital. Je sens son corps qui s’allonge près de moi sur la banquette, il n’y a pas beaucoup de place, mais c’est suffisant pour qu’enfin je ressente mon corps qui commence à reprendre vie. De ma main glacée, je viens chercher la sienne qui me semble presque brûlante, et je viens la ramener tout contre moi alors que nous sommes en position de ‘cuillère’. Je somnole encore, j’ai du mal à reprendre le contrôle, je me raccroche à la sensation du corps de Loïs contre le mien, jusqu’à ce que la chaleur de l’habitable suffise à me redonner une température à peu près correcte. Je me retourne, comme je peux, avec un peu de difficulté et sans vouloir la faire tomber, et me love dans ses bras presque comme une enfant. « Tu me laisses pas hein ? » que je murmure tout contre elle.

_________________
 
❝ capharnaüm ❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.  

Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 26
• occupation : lieutenant de police à la lapd.
• avatar : adria arjona.
• crédits : lilousilver aka mon koala d'amour ♥ (avatar), loudsilence ♥ (crackship)
• messages : 277
and i need you more (kealïs #3)
Dim 18 Nov - 22:57
Elle l’avait déposée avec précaution aux côtés de la voiture, de peur de la voir s’écrouler dès qu’elle l’aurait lâché. La lieutenante de la LAPD s’était ensuite écartée à reculons, ne quittant pas des yeux Keala avant de se précipiter vers l’avant de la voiture. Insérant sa carte pour mettre le contact en route, elle n’avait pas tardé à enclencher le chauffage. Peut-être que son amie risquait d’attraper un rhume avec le changement brutal de température, mais c’était mieux que de mourir sous le joug du froid. Loïs laissait échapper un soupir avant de s’extraire de la place du conducteur pour retourner à l’arrière et vérifier si la blonde avait besoin d’aide. La jeune femme était installée sur les sièges arrières, visiblement toujours éveillée. « Ça ne va pas tarder à se réchauffer, ça devrait aller mieux d’ici quelques minutes. Mais il faudrait que je ferme la por… » Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase. « Tu veux bien… venir contre moi ..? » Loïs s’humidifiait les lèvres avant de lancer un regard derrière elle. De toute façon, elle n’allait pas attendre indéfiniment à l’extérieur, avec le buste simplement vêtu d’un soutien-gorge. Se retournant vers Keala, elle constatait qu’elle tremblait. C’était le seul élément qui lui manquait pour être convaincue. Grimpant à l’arrière de la voiture, elle s’allongeait sur la banquette juste à côté de son amie, la laissant se saisir de sa main alors qu’elle venait l’entourer de son bras. Jamais elle n’aurait cru se trouve un jour avec sa peau nue collée contre une femme. Mais c’était pour la bonne cause. Elle fermait les yeux alors qu’elle se collait le plus possible contre Keala. Le temps s’écoulait sans que le silence se fasse gênant. Au bout de quelques minutes, la blonde prit le partie de bouger, faisant ouvrir les paupières de Loïs qui la regardait faire sans mot dire. La jeune femme était en train de se retourner sur les sièges, venant se glisser contre elle, se blottir dans ses bras. « Tu me laisses pas hein ? » Ses mots glissaient sur ses lèvres en un faible murmure qui trahissait grandement l’état dans lequel elle se trouvait encore. « Non, promis, je reste avec toi. » Loïs lui adressait un sourire avant de replacer une mèche de cheveux de la jeune femme derrière son oreille. Elle l’observait calmement, analysant les traits de son visage. Il était toujours marqué par le sale moment qu’elle venait de passer, même si elle semblait un peu plus rassérénée. « Tu as l’air d’aller un peu mieux mais je devrais peut-être appeler les secours pour que tu passes quelques examens. Qu’ils puissent vérifier que ton état de santé est stable. » Elle se mordait la lèvre inférieure, peu sûre d’elle. Elle ne voulait pas attirer d’ennui à Keala, mais en même temps, elle était vraiment inquiète pour elle. C’était ça ou la ramener chez elle pour l’emmitoufler dans une couverture et tenter de la réchauffer par elle-même, mais la Garcia craignait de mal faire. « Je crois qu’il y a une couverture dans le coffre. Tu pourrais t’enrouler dedans pendant que j’appelle ? » Elle ne comptait pas quitter la voiture, ni la laisser. Après tout, elle venait de lui promettre qu’elle ne le ferait pas. Mais une couverture en plus, c’était déjà ça de pris.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dans le fond des ténèbres


• âge : 29
• côté ♥ : elle a aimé, une fois, pensait que ça n'arriverait plus parce qu'elle se l'interdisait. et loïs est arrivée...
• orientation : pansexuelle. l'amour n'a ni âge, ni sexe, ni forme ni pensée. il est ce qu'il est...
• occupation : hier escort girl, aujourd'hui assistante personnelle (et jouet sexuel) d'une quadra hystérique
• avatar : ksolo
• crédits : lilousilver ♥ (av) + astra (sign) + loudsilence. (gifs)
• messages : 125
and i need you more (kealïs #3)
Ven 30 Nov - 15:49
Tout est encore très flou, je suis comme enroulée dans du coton, mais un coton désagréable, qui pique, qui frotte, qui m’empêche de sortir et de respirer. Je demande à Loïs de venir contre moi pour m’aider à me réchauffer, j’en ai besoin, c’est presque vital. La jeune femme ne se fait pas prier, et je soupire de soulagement en sentant son corps contre le mien. Quelques longues minutes, sans doute une bonne dizaines, avant que je ne retrouve à peu près l’usage de mes mains, la sensation dans mes doigts de pieds. A peu près. Je me retourne alors pour me blottir dans les bras de Loïs, presque comme une enfant, lui demandant d’une petite voix de ne pas me laisser seule. « Non, promis, je reste avec toi. » Ses paroles sont réconfortantes, sa voix douce et sucrée, et mon corps se détend doucement, tout contre elle. « Tu as l’air d’aller un peu mieux mais je devrais peut-être appeler les secours pour que tu passes quelques examens. Qu’ils puissent vérifier que ton état de santé est stable. » Je secoue la tête, laissant mon visage niché dans son cou. Non. Pas l’hôpital. J’ai vécu trop de merdes dans ces endroits pour avoir envie d’y retourner. Et pour quoi faire ? Qu’ils me fassent une prise de sang, qu’ils m’emmènent en hôpital psychiatrique ou chez les toxico ? Surtout pas. « Pas l’hôpital, s’il te plait… ça va aller, ça va déjà mieux. » Et c’est vrai. J’arrive à articuler, à bouger, c’est déjà mieux qu’un peu plus tôt quand j’étais paralysée par le froid. « Je crois qu’il y a une couverture dans le coffre. Tu pourrais t’enrouler dedans pendant que j’appelle ? » Nouveau geste de la tête, la secouant pour lui faire comprendre que je ne suis pas pour. « N’appelle pas les secours Loïs, j’t’en supplie. Ça va. » Je m’écarte juste assez pour plonger mon regard encore un peu trouble dans le sien. « Regarde, j’peux bouger mes doigts, ils sont pas morts ! » C’est le moment de la rassurer un peu pour pas qu’elle prenne peur et qu’elle me foute dans la merde. « Tu peux me ramener chez moi si tu veux, j’vais me débrouiller. » Etrangement, je reprends un peu de poil de la bête, pour échapper à l’hôpital du mieux que je peux. Même s’il est évident que je préfèrerai largement rester dans les bras de Loïs plutôt que de rentrer seule chez moi dans mon appartement même pas chauffé. Je continue de la supplier du regard, et lui demande finalement. « Tu as de l’eau ? » Je dois être carrément déshydratée…

_________________
 
❝ capharnaüm ❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.  

Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 26
• occupation : lieutenant de police à la lapd.
• avatar : adria arjona.
• crédits : lilousilver aka mon koala d'amour ♥ (avatar), loudsilence ♥ (crackship)
• messages : 277
and i need you more (kealïs #3)
Sam 1 Déc - 2:23
La situation avait clairement de quoi faire paniquer Loïs. Elle n'avait pas l'habitude de gérer les choses importantes toute seule. Lorsqu'il lui fallait aller sur de grosses interventions, elle n'était jamais toute seule, toujours entourée d'une large équipe. Elle s'aidait alors beaucoup des regards de ses coéquipiers ainsi que de leur gestuelle, pour voir si elle prenait les bonnes décisions ou si, au contraire, son jugement était à revoir. Là, seule dans la voiture avec Keala, elle avait son palpitant qui s'emballait à l'idée qu'elle fasse le mauvais choix. Elle se rappelait avoir tenté d'appeler les secours, ce qui lui rappela son envie de conduire la blonde à l'hôpital. Oui, c'était sans doute la meilleure chose à faire. « Pas l’hôpital, s’il te plait… ça va aller, ça va déjà mieux. » Loïs ne prenait pas réellement garde à ses protestations, lui proposant d'aller chercher la couverture dans son coffre pour l'envelopper dedans en attendant qu'elle appelle les urgences. Elle sentit alors Keala agiter sa tête contre son cou, en signe de négation. « N’appelle pas les secours Loïs, j’t’en supplie. Ça va. » La blonde s'écartait légèrement, plongeant son regard humide dans celui de la lieutenante de police. « Regarde, j’peux bouger mes doigts, ils sont pas morts ! » s'exclamait-elle, joignant le geste à la parole. Loïs ne put s'empêcher d'esquisser un sourire, laissant même échapper un léger rire. Il était vrai que ses doigts avaient l'air assez vivants. La Garcia attrapait les mains de Keala entre les siennes, vérifiant leur température. Elles étaient encore un peu froide, mais sa peau était bien plus chaude et remplie de vie que quelques minutes auparavant. « Tu peux me ramener chez moi si tu veux, j’vais me débrouiller. » Loïs esquissait une légère moue. Elle n'était pas certaine que ce soit une bonne idée d'abandonner la blonde seule chez elle après ce qu'elle venait de vivre. « Tu crois vraiment que tu pourrais te débrouiller ? Que tu ne manquerais de rien ? » Elle aurait peut-être besoin de quelques tests afin de vérifier que la perte de connaissance n'ait pas abîmé quelques neurones au passage. Ou pour vérifier que son corps ne manquait pas de vitamine. Peut-être qu'elle aurait besoin de faire une perfusion pour lutter contre la déshydration, quelque chose comme ça. Loïs n'y connaissait pas grand-chose. Il fallait dire que ce n'était pas vraiment sa spécialité. Elle voulait simplement éviter que la blonde perde à nouveau connaissance ou qu'elle subisse des séquelles de ce qui venait de se produire. « Tu as de l’eau ? » Un hochement de tête de la part de la lieutenante Garcia. « Oui, j'dois avoir une bouteille. Dans le coffre. » Vérifiant d'un rapide coup d'œil que Keala ne semble pas à deux doigts de s'écrouler, Loïs finissait par se redresser pour ouvrir la portière, quittant l'habitacle pour atteindre l'arrière de la voiture. Là, elle attrapa la fameuse bouteille d'eau et en profita pour récupérer la couverture. « Voilà pour toi, ça devrait t'aider à aller mieux. » Elle lui tendit l'eau avant de s'appliquer à l'enrouler dans le plaid, afin d'être sûre qu'elle se réchauffe. « Et je te reconduis chez toi. Si c'est que tu veux vraiment… » Elle l'interrogeait du regard, vérifiait que la blonde ne comptait réellement pas changer d'avis. Mais non, elle avait l'air plutôt sûre de ne pas vouloir se rendre à l'hôpital. Alors, Loïs sortit de l'arrière de la voiture pour regagner le volant, se glissant derrière celui-ci pour mettre le contact. Le moteur se mit instantanément à ronronner et la lieutenante de police partit tout de suite à la conquête de l'appartement de Keala, tout en suivant son GPS. Le trajet s'effectua dans le silence, jusqu'à ce qu'enfin, la Garcia stationne la voiture en face du lieu de vie de la blonde. Elle pinçait légèrement les lèvres avant de porter son regard sur la jeune femme, grâce au rétroviseur central. « Et voilà, nous y sommes. Je vais t'aider à monter, ce sera mieux. » Elle ne lui laissait pas réellement le choix de toute façon. Se levant de son siège, elle allait ouvrir la portière de Keala, ignorant complètement les regards interloqués qui se posaient sur elle parce qu'elle se baladait en sous-vêtements. Elle avait bien mieux à faire que de s'intéresser à une bande de badauds qui n'avait jamais vu un centimètre carré de peau nue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dans le fond des ténèbres


• âge : 29
• côté ♥ : elle a aimé, une fois, pensait que ça n'arriverait plus parce qu'elle se l'interdisait. et loïs est arrivée...
• orientation : pansexuelle. l'amour n'a ni âge, ni sexe, ni forme ni pensée. il est ce qu'il est...
• occupation : hier escort girl, aujourd'hui assistante personnelle (et jouet sexuel) d'une quadra hystérique
• avatar : ksolo
• crédits : lilousilver ♥ (av) + astra (sign) + loudsilence. (gifs)
• messages : 125
and i need you more (kealïs #3)
Sam 1 Déc - 14:45
Je la supplie, parce que j’ai pas envie d’aller à l’hôpital, je sais pas ce qu’ils pourraient me réserver, j’veux pas rester là bas, j’ai de trop mauvais souvenir. Loïs n’en sait rien, mais si je dois tout faire pour éviter l’hôpital, je le ferai, je suis capable de beaucoup de choses. Je tente pourtant de dédramatiser la chose, de la rassurer un peu aussi en agitant mes doigts pour lui signifier que je vais bien. Elle rit, et ça me rassure. Elle vient alors glisser ses doigts chauds sur les miens pour vérifier mes dires. La différence de température est encore saisissante, mais sans doute moins que tout à l’heure. « Tu crois vraiment que tu pourrais te débrouiller ? Que tu ne manquerais de rien ? » Je hoche la tête à la première question, la secoue pour la seconde. Je suis une grande fille - quand je veux, et je préfère encore crever chez moi qu’à l’hôpital. Mais je ne vais pas lui dire ça, sinon il est clair qu’elle va me forcer à aller à l’hosto, et pas question. Je lui demande de l’eau, parce que j’ai la bouche affreusement sèche. C’est un des effets secondaires de cette saloperie que j’ai ingéré quelques heures plus tôt. Ça m’a même pas fait du bien, je sais pas pourquoi j’ai fait ça. Enfin, j’ai déconnecté de la vie quelques temps et ça c’était agréable. J’aurai juste pu y rester, mais c’était sans doute pas mon heure. Loïs se lève pour aller chercher la bouteille d’eau dans le coffre et je me redresse un peu, même si ma tête tourne encore légèrement, sans doute le manque d’énergie.  Je récupère tout ce qu’elle me donne et la laisse me conduire jusque chez moi comme elle le propose si gentiment, après que j’ai acquiescé ma volonté de rentrer.

Le trajet n’est pas si long, je la guide depuis la banquette arrière où je suis à moitié allongée et à moitié assise. Mon quartier ne paye pas de mine, c’est pas joli joli, et la population, n’en parlons pas. Loïs sera sans doute amenée à venir faire un tour dans les environs avec son boulot, vu tout ce qui se passe ici. L’avantage c’est que moi, j’ai le chef du plus gros gang dans la poche, juste parce que je suis russe et que j’ai baratiné un truc de mafia, ça lui a plu. Il et pas bien vieux, mais il me respecte, et j’ai de la chance pour ça. « Et voilà, nous y sommes. Je vais t'aider à monter, ce sera mieux. » « T’es pas obligée je… » Pas le temps de dire quoi que ce soit, qu’elle est déjà en train d’ouvrir la porte arrière pour me laisser entrer. C’est pas tant ça qui me dérange, c’est plutôt le fait qu’elle soit presque à poil. Pas ici, merde. Je sors avec son aide et lui fous la couverture que j’avais sur moi, sur ses épaules. « Couvre-toi un peu, c’est pas le moment de se faire agresser… » J’esquisse un sourire alors que tous les regards des gars qui tiennent les murs sont rivés sur elle, sur nous. « посмотреть другом месте глупо, тебе больше нечего трахать ? * » Le gars visé lève les yeux au ciel et détourne finalement le regard. Intérieurement, j’aime cette sensation. Loïs m’accompagne jusque chez moi, j’ai paumé mes clés, évidemment. Je frappe chez mon vieux voisin toxico et lui demande de me filer mon double. C’est un peu la cour des miracles ici. Mais bon, c’est pas cher. J’entre et laisse Loïs entrer aussi avant de refermer. Je balance mes clés sur le petit meuble avant de soupirer. « Voilà, c’est chez moi, classe hein ?! » Je me dirige direct vers le mini coin cuisine, prends un verre sur l’évier et le remplis d’eau pour le boire d’une traite, et recommence le processus à nouveau. « Tu veux boire quelque chose ? » Mon appartement, c’est un petit 18 mètres carré, un clic clac, un mini coin cuisine, et une mini salle de bain. Ça me suffit, c’est déjà plus que ce que j’ai jamais eu.

* regarde ailleurs abruti, t'as pas autre chose à foutre ?

_________________
 
❝ capharnaüm ❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.  

Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 26
• occupation : lieutenant de police à la lapd.
• avatar : adria arjona.
• crédits : lilousilver aka mon koala d'amour ♥ (avatar), loudsilence ♥ (crackship)
• messages : 277
and i need you more (kealïs #3)
Sam 1 Déc - 16:10
La jeune femme se glissait en dehors de la voiture, n’écoutant pas les maigres protestations de la blonde. Bien sûr que si, elle allait l’aider à sortir de la voiture et l’emmener jusqu’à son appartement. Il était hors de question qu’elle l’abandonne là sans avoir vérifié au préalable qu’elle était bien rentrée. Loïs était toujours en sous-vêtements, mais elle n’en avait que faire. Elle sentait bien les regards déplacés qui trainaient sur son corps, mais si quiconque avait le malheur d’avoir un geste déplacé, il lui restait toujours son arme de service rangée dans la boîte à gants, alors elle espérait que personne n’ait la mauvaise idée de venir l’embarrasser. Elle ouvrait la portière de Keala, lui tendant la main pour l’aider à sortir alors qu’elle lui adressait un sourire qui se voulait réconfortant. La blonde avait déjà l’air d’aller beaucoup mieux, même si la lieutenante de police restait quelque peu inquiète. Au moins, la jeune femme reprenait des couleurs, c’était toujours ça de gagné. « Couvre-toi un peu, c’est pas le moment de se faire agresser… » lui glissait Keala en lui jetant la couverture sur les épaules. Loïs levait les yeux au ciel en riant légèrement. Qu’est-ce qu’elle voulait qu’il lui arrive ? Aussi fut-elle surprise quand elle entendit la voix de la blonde s’élever dans une langue qu’elle ne connaissait pas. « посмотреть другом месте глупо, тебе больше нечего трахать ? » Suivant son regard, Loïs se retournait pour voir un homme appuyé contre un mur. Il levait les yeux au ciel avant de se mettre à regarder de l’autre côté. La Garcia fronçait les sourcils. Elle aurait bien aimé comprendre ce qu’elle lui avait dit. Mais tant pis. La suivant jusqu’à son appartement, la brune attendait patiemment alors que Keala cherchait après des clés qu’elle avait visiblement perdues. Loïs faisait attention à ce que la blonde ne tombe pas. Elle la savait encore fragile. Elle fit également de son mieux pour ne pas dévisager le voisin de la russe, qui gardait le double de ses clés. La blonde vivait vraiment dans un drôle d’endroit, ça n’avait rien de rassurant. « Voilà, c’est chez moi, classe hein ?! » lâchait Keala en entrant enfin à l’intérieur de son chez elle. Loïs la suivait en observant curieusement ce qu’il y avait à l’intérieur. C’était petit, loin du lieu luxueux dans lequel elle vivait et elle s’en sentit un peu honteuse, d’ailleurs. Elle refermait la porte derrière elles alors que la blonde s’approchait de l’évier de la cuisine. « Tu veux boire quelque chose ? » demandait-elle alors qu’elle finissait de boire cul sec son deuxième verre d’eau. « Hm, oui. De l’eau, ce sera très bien, s’il te plait. » lui répondit Loïs en esquissant un léger sourire alors qu’elle détachait son regard du reste de la pièce. Elle espérait réellement que sa belle-mère était honteuse de laisser sa principale employée vivre dans ce genre d’endroit, mais quelque chose lui soufflait que non. S’approchant du coin cuisine, la Garcia venait s’appuyer contre un mur. « Je pense rester un peu pour être sûre que tu te remettes bien. Je suis à peu près sûre que s’il t’arrive quoi que ce soit, personne ne viendra t’aider par ici. Ou alors, ce serait pour attendre quelque chose en retour et ce serait hors de question. » Elle prenait grand soin de ne pas commenter l’appartement de Keala en lui-même, mais ne pouvait s’empêcher de faire un commentaire sur le quartier général. C’était complètement surréaliste de savoir qu’elle vivait là. Elle paraissait complètement décalée dans cet environnement hostile. Bien trop gentille, elle détonnait dans le paysage – mais dans le bon sens. « J’vais appeler pour leur dire que je ne pourrais pas prendre le service demain matin. Urgence familiale, ou un truc comme ça. » Après tout, les amis c’était un peu comme la famille non ? Et Loïs considérait Keala comme son amie. « Ça m’évitera sûrement de culpabiliser parce que je ne t’ai pas ramenée à l’hôpital. » Elle lui adressait un clin d’œil avant de sortir son smartphone de la poche de son jean. Ça ne lui ressemblait pas tellement de louper le travail depuis qu’elle était rentrée aux Etats-Unis, mais là, c’était la situation qui l’imposait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dans le fond des ténèbres


• âge : 29
• côté ♥ : elle a aimé, une fois, pensait que ça n'arriverait plus parce qu'elle se l'interdisait. et loïs est arrivée...
• orientation : pansexuelle. l'amour n'a ni âge, ni sexe, ni forme ni pensée. il est ce qu'il est...
• occupation : hier escort girl, aujourd'hui assistante personnelle (et jouet sexuel) d'une quadra hystérique
• avatar : ksolo
• crédits : lilousilver ♥ (av) + astra (sign) + loudsilence. (gifs)
• messages : 125
and i need you more (kealïs #3)
Mar 11 Déc - 11:19
Je sais pas si je dois avoir honte de mon appartement. En lui même, il est pas si mal quand on y pense, il est juste un peu petit. C’est sur que quand on voit dans quoi Loïs vit avec son père et sa belle mère, ici, ça fait un peu taudis. Mais bon on fait avec ce qu’on a, et elle sait pas que je reviens de loin, et que ça, ça me suffit. Je reprends un peu du poil de la bête, vite fait, j’ai déjà envoyé chier un des mecs dehors, et là, je me tiens debout, proposant quelque chose à boire à Loïs. J’ai pas grand chose à part de l’eau, et c’est heureusement ce qu’elle me demande. Je hoche la tête, sors un deuxième verre et lui sers un verre d’eau que je viens lui apporter, n’ayant à faire qu’un pas pour se faire. « Je pense rester un peu pour être sûre que tu te remettes bien. Je suis à peu près sûre que s’il t’arrive quoi que ce soit, personne ne viendra t’aider par ici. Ou alors, ce serait pour attendre quelque chose en retour et ce serait hors de question. » Je la regarde bloque un peu sur son visage qui m’est apparu alors que j’aurai voulu voir celui d’Elio. Tout ça me bouleverse, je n’arrive toujours pas à comprendre, mais je ne dois pas y penser, pour ma propre santé mentale. « T’en fais pas pour moi, ils me respectent ici, j’ai peur de personne. » Je joue les caïd, en même temps c’est à peu près vrai, ils me font pas peur, même si elle a raison sur un point, personne viendrait m’aider. « Mais tu peux rester autant de temps que tu voudras. » je lui offre un petit sourire reconnaissant, parce que ce qu’elle fait pour moi, peu l’ont déjà fait. Elle va appeler son boulot pour leur dire qu’elle ne viendra pas demain matin. C’est adorable de sa part. « Ça m’évitera sûrement de culpabiliser parce que je ne t’ai pas ramenée à l’hôpital. » Je soupire un peu et secoue doucement la tête. « Ne culpabilise pas. Au contraire, je t’aurai fait culpabiliser de m’y avoir emmenée ! » Je tente un petit rire pour détendre légèrement l’atmosphère que je sens un peu tendue. « Je te laisse passer ton coup de fil, je vais prendre une douche pour me réchauffer. » Au moins, on a l’eau chaude ici, c’est mieux que rien. Je retire les affaires de Loïs que j’avais sur le dos et désigne le petit meuble près du canapé. « Y’a quelques fringues là dedans, sers toi, reste pas en soutif, tu vas chopper la mort ! » Ah oui parce que si j’ai l’au chaude, je mets pas le chauffage, ça coûte trop cher. Et puis un petit appartement comme ça, ça se réchauffe vite avec la chaleur corporelle. Je disparais finalement dans la petite salle de bain, laissant machinalement la porte ouverte pour que la chaleur de la douche chauffe la pièce principale. J’entends la voix de Loïs sans arriver à discerner ses mots, je dois bien avouer que c’est agréable de sentir la présence de quelqu’un chez soi…

_________________
 
❝ capharnaüm ❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.  

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
and i need you more (kealïs #3)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

glitter in the air ::  :: westside :: santa monica+