don't judge a car by its body - Libre

 ::  :: center l.a. :: hollywood studios
avatar


• âge : 27
• côté ♥ : Actuellement célibataire et vivant en colocation avec mon ex
• orientation : Tu as une belle gueule, un sourire chaleureux, un bel esprit et des courbes féminines à mon goût ? Alors tu es mon talon d'Achille.
• occupation : Chauffeuse... de taxi espèce de pervers !
• quartier : Westwood
• avatar : Behati Prinsloo
• crédits : Sweet disaster (avatar)
• messages : 28
don't judge a car by its body - Libre
Mar 6 Nov - 17:31
Je penche ma tête en avant et regarde par la fenêtre côté passager en sifflant. Y’a pas à dire, c’est sacrément classe les studios d’Hollywood, même de l’extérieur ! Mon taxi doit détonner de ouf dans cette rue, mais je m’en moque royalement. Les gardiens peuvent gigoter d’une jambe à l’autre tant qu’ils veulent, je ne bougerai pas de là tant que je n’aurai pas réussi à avoir au moins un client. Attends, à force de lire des lignes et des lignes de texte toute la journée, les acteurs ont bien le droit d’avoir eux aussi le privilège de profiter d’une demi-heure de break dans le taxi du bonheur. Je ne vois pas pourquoi je le réserverais qu’au commun des mortels. Et puis, au pire, y’aura bien un fan rejeté qui n’aura pas la force de rentrer à pied après avoir vu son rêve être détruit en poussière. Alors, déterminée comme jamais, je sors de la voiture et me cale sur le coffre, le regard tourné vers le portail. Enfin, ça, c’était avant d’attendre pendant vingt minutes sans voir même une mouche passer. Sérieusement, ils dorment ici ou quoi ?! J’veux bien qu’ils fassent des grosses journées, voire soirées, mais on va pas me faire croire que c’est pour tous les tournages ! Bon, on inspire, on expire et on travaille la patience. C’est parfait ça, ça ne peut pas me faire de mal. Mais avant, un peu de courage sucré ! Je glisse sur le côté de la voiture, me faufile derrière pour récupérer un paquet sous le fauteuil conducteur et ressors avec un grand sourire aux lèvres. De quoi je me plaignais déjà ? De pouvoir profiter du coucher de soleil sur les studios tout en mangeant la meilleure nourriture au monde ? Ridicule ! Je me recale sur le coffre, les jambes en tailleur, le dos contre la vitre arrière. Après avoir ouvert mon sachet, je savoure un instant l’odeur des dragibus, puis j’en gobe un et pose ma tête en arrière. A peine quelques secondes passent et j’entends le portail s’ouvrir – moi j’vous dis, c’est la magie des dragibus. Il a beau avoir la classe, il faudrait peut-être qu’ils pensent à l’huiler de temps en temps. La déception suit bien vite mon espoir enchanté : une limousine aux vitres bien teintées attend pour sortir. Mais quelle idée de s’enfermer dans un endroit aussi sombre et lugubre, c’est pas comme ça qu’ils vont se détendre ces cons de célébrités. C’est pas étonnant qu’ils finissent tous en dépression ! Et en plus, il faut qu’elle s’arrête pour parler aux gardiens. Je suis pas stupide, je sais que c’est ma voiture passe-partout qui dérange. Et dire que l’armoire à glace qui se dirige vers moi pense qu’elle va me faire peur... Ça se voit qu’elle n’a jamais eu affaire à un maori face à un néo-zélandais blanc. Je cherche même pas à me redresser. Je ne compte pas bouger, alors quel intérêt ? « J’attends un client. Il devait finir sa scène il y a dix minutes, mais vous savez ce que c’est, un réalisateur pas content et c’est reparti pour trois heures. Un bonbon ? » Je tends le paquet vers le garde du corps avec un sourire. « Allez, circulez maintenant, on vous a déjà autorisée à rester assez longtemps comme ça. » « Vous voulez vraiment subir la colère de mon client ?! Si vous voulez hein, mais venez pas pleurer quand vous serez au chômage demain ! Ah, attendez, vous avez peut-être de la chance... » Je penche la tête sur le côté et regarde les portes s’ouvrir de nouveau. Pitié, quelqu’un à pied et qui veut bien monter dans une voiture normale !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 34
• côté ♥ : un grand vide dans la poitrine
• orientation : lesbienne
• occupation : à la dérive
• quartier : Silverlake
• avatar : Jenna Coleman
• crédits : whovian (avatar) zenlane (gif)
• messages : 79
don't judge a car by its body - Libre
Dim 11 Nov - 0:49
« Chauffeur à la maison. » Sans aucune autre explication, tu t’engouffres dans le taxi et ferme la portière laissant les autres intervenants en finir avec leurs explications sur la présence du véhicule à cet endroit précis. Tu es essoufflée sans avoir couru et ton coeur tambourine tellement que tu crains qu’il ne trouve une porte invisible pour sortir de ta poitrine. Elle aurait eu cette impudence sans une hésitation, elle l’a eu plus d’une fois, “voler” un taxi devant le nez d’un client ahuri. Tu entends même sa voix te chuchoter : « Un de plus au compteur ». Tu as toujours trouvé cela complètement fou. Tu te retiens au siège pour ne pas aller t’excuser auprès de chacun.

Elle aurait adoré cette visite guidée des studios. Elle vous aurait écarté du groupe intentionnellement. Toi, tu as décroché uniquement parce que tu avais la tête ailleurs. Robotisée dans des gestes usuels, tel qu’acheter des fleurs pour ta femme décédée. Voilà trois heures que tu promènes le bouquet. Ils t’ont regardée de la tête aux pieds quand tu as intégré le groupe des visiteurs du studio de cinéma et le guide t’a bien spécifié que vous n’alliez pas approcher d’acteurs ou d’actrices d’assez près pour que tu leur offres des fleurs. Et toi, bêtement, tu as balbutié « C’est pour ma femme ». Ils t’ont regardée avec incrédulité. L’idée te traverse qu’ils ont fait exprès de t’abandonner durant la visite craignant que la bizarrerie soit contagieuse. Tu n’es pas touriste. A regarder de près ta situation, on peut dire que tu es SDF, même si tu fais du camping ou loue une chambre d’hôtel. Tu en as pris l’allure. Ton voyage de deux mois par monts et par vaux t’a marqué. Et maintenant, tu fais quoi ? Prendre un taxi qui ne t’est pas destiné parce que la scène que tu as observé durant les quelques secondes de l’ouverture du portail t’en a donné envie. Une grimace te fait reformuler la raison, tes pieds en ont assez de tourner en rond pour trouver la sortie des studios. Le bouquet aussi ! Tu es passée près d’eux, lunettes de soleil sur le nez, sans tourner la tête, uniquement la petite phrase qui a claqué dans l’air. Classe ! Classe comme une star qui aurait gardé sa tenue de scène poussiéreuse et usagée ! Avec des fleurs à la main ! Ça change tout.

Tu repères le regard de la “taxi driver” qui te cherche au travers de la vitre. Il te déstabilise. Tu baisses la tête. Tu t’attends à te faire incendier, expulser. Elle savait y faire mais toi, tu en es loin. Tu essaies de t’échapper mentalement avant que le cataclysme te tombe dessus. Tu te souviens du film... Taxi driver... Tu ne l’as jamais vu. Vous vous étiez promis de vous faire un marathon de films, tous ces titres mythiques dont vous ne connaissiez pas les images. Une promesse de plus non tenue. Tant de choses que vous ne ferez pas ensemble. C’est à toi maintenant d’ajouter des taxis à sa liste. La tâche est ardue et l’angoisse te paralyse sur place.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 27
• côté ♥ : Actuellement célibataire et vivant en colocation avec mon ex
• orientation : Tu as une belle gueule, un sourire chaleureux, un bel esprit et des courbes féminines à mon goût ? Alors tu es mon talon d'Achille.
• occupation : Chauffeuse... de taxi espèce de pervers !
• quartier : Westwood
• avatar : Behati Prinsloo
• crédits : Sweet disaster (avatar)
• messages : 28
don't judge a car by its body - Libre
Jeu 22 Nov - 16:55
Ouais, ils doivent définitivement faire quelque chose à propos de ce portail, il est d’une lenteur insupportable. En plus, il n’y a pas de voiture derrière, alors je n’ai aucune idée de qui peut se trouver derrière. Je glisse ma main dans mon paquet de bonbon et me contente d’en prendre qu’un seul. Je sens bien le regard du garde sur moi. Il n’a même pas pris la peine de se retourner. Pire, il n’a même pas accepté un dragibus bleu quoi ! Il doit avoir des soucis dans sa tête, je ne vois que ça. Enfin, je ne vais pas le lui signaler, il risquerait de mal le prendre. En plus, une silhouette fait son apparition dans mon champ de vision, une silhouette qui se dirige droit vers nous. Pas de démarche agressive, pas de regard menaçant, juste une personne qui semble vouloir prendre un taxi. « Vous voyez, je vous l’avais bien dit ! » Je ne me prive pas du ton qui va bien avec au passage. Je lui lance un grand sourire avant d’observer mon futur client. Ou cliente vu ses belles courbes qui se cachent derrière une tenue pas très valorisante et sa chevelure qui ne semble pas vouloir être domptée par son élastique. « Chauffeur à la maison. » Je fais la grimace quand je vois ses chaussures usées, ou du moins pas très bien entretenues, alors qu’elle rentre dans mon taxi. J’ai déjà assez subi les mendiants qui ont juste assez de tunes pour passer d’un quartier pourri à un autre quartier pour savoir que ce genre de chaussures laisse une odeur insupportable pendant plusieurs jours dans ma voiture. Sauf que je ne peux pas l’envoyer promener, pas quand elle vient de me donner une excellente excuse pour être restée autant de temps ici. Et puis, à sa façon de donner un ordre, elle ne peut pas être une mendiante. J’essaye de repérer son visage malgré les reflets de la vitre, juste histoire de savoir si je la reconnais pour l’avoir vu à la télé ou autre, mais elle baisse la tête trop vite. Non, mais ça doit être un rôle, c’est sûr, elle s’est juste pas changée ! Je rejette un coup d’œil au garde et lis aucune surprise dans son regard. Yep, pas d’inquiétude à avoir, ça a l’air normal dans le coin. « Allez, tchouss ! » Je lui fais un signe peace, me glisse à bas du coffre et me faufile derrière mon volant. Je ne cherche pas à parler avec ma cliente, j’ai pas envie de me faire griller, je démarre juste direct et descends la rue. Dès que j’ai pu tourner au bout de la rue, je cherche le regard de l’inconnue à travers le rétroviseur. Les lunettes de soleil n’aident pas vraiment, mais on va dire que c’est l’intention qui compte. « Merci pour le sauvetage, vous êtes arrivée pile au bon moment ! Un peu plus et il m’aurait mis la fourrière à dos. Sachant que ma voiture, c’est un peu mon outil de travail, ça n’aurait pas été cool… » Je lui fais un grand sourire, mais elle ne relève pas la tête immédiatement et un scooter me coupe la route assez violemment alors je me force à me concentrer pour gérer sa connerie et le carrefour dangereux qui suit. Ce n’est qu’après l’avoir passé que je me rends compte que je ne sais même pas où je vais. Et elle n’a pas l’air de vouloir le préciser non plus. Elle attendait peut-être un autre taxi, qu’elle avait réservé pour le coup. « Excusez-moi, est-ce que vous pourriez me repréciser où se trouve votre maison s’il vous plaît ? J’ai un petit trou de mémoire là comme ça. Ok j’avoue, je ne suis pas du tout votre chauffeur, je lui ai piqué sa place mais je suis encore plus pro que lui, vous verrez ! Donc, cette adresse ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 34
• côté ♥ : un grand vide dans la poitrine
• orientation : lesbienne
• occupation : à la dérive
• quartier : Silverlake
• avatar : Jenna Coleman
• crédits : whovian (avatar) zenlane (gif)
• messages : 79
don't judge a car by its body - Libre
Jeu 29 Nov - 1:15
Ta portière ne s’est pas ouverte pour laisser passer un visage en colère, ni une main pour se poser sur ton épaule avec la ferme intention de te signifier que ton intrusion n’est pas de bon gout. La conductrice aux allures décontractées a abandonné sa position d’attente pour venir se caler derrière le volant. Le véhicule démarre et tu lâches un soupir discret. Tu ne sais pas si tu dois être fière de ton acte. Pour sûr, si ta femme te voit depuis l’au-delà, elle doit rire. Tu voudrais rire aussi. Partager cette effusion de bonheur, mais tu vas paraître bizarre si tu fais cela, seule, assise sur la banquette arrière. Rire ce serait étrange même cachée derrière tes lunettes de soleil. Deux cercles sombres, sont loin d’être une armure ou d’un kevlar. C’est mieux que rien, cela fait illusion. Cela masque un regard qui reste inquiet. A peine tourné dans une rue adjacente, tu entends la jeune femme te faire une remarque sur la situation où elle se trouvait. Ah ! En fait, tu n’as volé le taxi de personne. Loupé. Cependant, tu l’as sauvée d’un mauvais pas apparemment. Une bonne action, c’est bien aussi. « Ils sont si durs que cela ? La fourrière, alors que vous ne cherchiez qu’une course ? » Tu secoues légèrement la tête attristée par ce type de réaction. Tu as réussi à desserrer les dents pour émettre un avis. Tu progresses. Le mouvement brutal du taxi te fait lever la tête pour te rendre compte de ce qui se passe. Tu entrevois un scooter sans comprendre exactement le problème. Tu supposes pourtant que c’est lui le problème, rien d’autre ne pouvant l’être. Jusqu’à présent tout aller bien, jusqu’à cette question logique de la destination du taxi. Elle veut savoir où se trouve ta maison pour t’y conduire. Laramie dans le Wyoming. Avant oui, mais maintenant. Tu n’as plus de lieu où tu peux dire « ici c’est chez moi. » Un hôtel n’est qu’un lieu de passage. Si tu retournes dans cette chambre, tu vas passer le reste de la soirée à regarder le plafond, dans le bruit d’une télé qui agite ses images pour rien, en attendant que le sommeil vienne. Tu n’en as pas envie. Tu poses ta main sur les fleurs qui ont souffert de ta promenade dans les studios. « J’aurais besoin d’un vase pour les fleurs. » Vérité, mais tu as pensé tout haut sans donner réellement une destination. Tu n’en connais pas. Aucune idée de la position des magasins où on peut trouver un vase. « Je ne sais pas, où vous voulez. » Et puis les idées s’enchaînent sans que tu ne cibles quelque chose de précis. Tu satures sur les repas made in food-truck, made in fast-food, made in "pas à ta place au milieu de ces routiers qui te jaugent de la tête au pied pour savoir ce que tu pourrais leur faire dans leur cabine en tête à tête". « Un lieu aussi pour diner. Un lieu sympa, simple, tranquille, où on ne se sent pas seule même quand on est seule. Si vous voulez bien m’attendre le temps que j’achète le vase. » C’est la condition, parce que si elle te laisse devant le magasin et disparait dans la circulation, la question du restaurant ne se posera plus. Par respect pour la personne qui te conduit et pour la rassurer si elle en a besoin, tu enlèves tes lunettes de soleil et tu souris légèrement. « Je n’ai pas de chauffeur attitré, mais j’ai une carte bancaire. » De l’argent sur le compte, tu vis sur la vente de votre maison. Il en reste encore. Pas pour faire des folies, mais tu peux te permettre cette fantaisie aujourd’hui pour mettre un pansement sur ta solitude. Tu ne lui donnes pas d'ordre, tu demandes, et puis, elle doit se sentir dans ta voix, cette lassitude que tu traines.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
don't judge a car by its body - Libre
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

glitter in the air ::  :: center l.a. :: hollywood studios+