get to know us [leiri]

 ::  :: center l.a. :: beverly hills
avatar


• âge : 30
• côté ♥ : célibataire, même si la presse en pense autre chose...
• orientation : 100% gay
• occupation : actrice et militante
• quartier : beverly hills
• avatar : tristin mays
• crédits : loudsilence. (av+crackship) | astra (sign) | vocivus (icons) | greatest showman (lyrics)
• messages : 29
get to know us [leiri]
Lun 17 Sep - 14:33
Ce nouveau film est passionnant, le scenario est à tomber, même si j’ai longtemps angoissé de bosser avec la grande Rose Galea. Faut dire que la nana a genre la vie parfaite, une carrière monstre, un mari aussi connu qu’elle et franchement sexy - même si j’aime pas les mecs. Enfin elle en impose, et j’ai toujours peur de mal faire. On dit que je suis une des étoiles montantes d’Hollywood, oui, mais je n’ai pas son expérience, et je compte bien apprendre à ses côtés. Bon, la difficulté, c’est qu’elle n’a pas l’air très à l’aise avec son rôle, étant donné que nous devons jouer une certaine ambiguïté toutes les deux. Il va pas se passer grand chose, il n’est question que d’un baiser à la toute fin du film, pas de scène d’amour ni rien de ce genre, juste une tension qui est censée être ressentie très forte à l’écran. Rose ne s’est jamais prononcée sur l’homosexualité, et je sens bien qu’elle n’est pas à l’aise avec le sujet, je me demande d’ailleurs pourquoi elle a accepté le rôle si c’est pour être aussi crispée quand je suis dans les parages. Nos agents respectifs nous ont conseillé de bosser juste toutes les deux, en dehors des plateaux, pour arriver à construire une complicité ou quelque chose de ce genre, ce qu’ils appellent plus communément « chemistry ». C’est donc pour cette raison que je passe au minimum deux heures par jour dans la villa de l’actrice - et je trouve que c’est clairement une chance pour moi de la côtoyer d’aussi près.

Mai aujourd’hui à l’heure donné, Rose ne semble pas être là, c’est une voix plus juvénile qui répond à l’interphone et me laisse passer le portique de haute sécurité. Je sais que Rose a une fille, mais j’ignorais qu’elle était à Los Angeles, et puis la dernière fois que j’ai vu des trucs sur elle, c’était pas glorieux. Elle était jeune et un peu fofolle, si bien que les paparazzi s’en donnaient à coeur joie. Je n’ai aucun à priori sur elle. C’est donc la jeune femme qui m’accueille et je lui offre un large sourire. « Salut, j’suis Leilani, j’dois bosser avec Rose. C’est… ta mère c’est ça ? » Je suis de nature ouverte, joviale et plutôt très sociable. J’ignore où se trouve Rose en ce moment, ni même quand on va pouvoir bosser, mais en attendant la rencontre avec sa fille semble une aubaine, je vais peut-être pouvoir lui poser les questions que je n’ose pas poser à sa mère. Il faut simplement que j’arrive à tâter correctement le terrain.

_________________
a million dreams
I close my eyes and I can see The world that's waiting up for me That I call my own. Through the dark, through the door, Through where no one's been before, But it feels like home. They can say, they can say it all sounds crazy. They can say, they can say I've lost my mind. I don't care, I don't care, so call me crazy, We can live in a world that we design.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
• âge : 24
• côté ♥ : Célibat'air
• orientation : Bi
• occupation : Fille de célébrité
• avatar : Barbara Palvin
• crédits : loudsilence
• messages : 426
get to know us [leiri]
Mar 18 Sep - 12:25
Je suis rentrée tard ou tôt ce matin ça dépend du point de vu, alors quand ma mère frappe à la porte de ma chambre à quatorze heure du matin je grogne un peu. Elle m’informe qu’elle doit partir pour une urgence sans s’étendre sur la nature de celle-ci, probablement un truc de boulot. Alors que je râle en essayant de comprendre en quoi ça me concerne, elle me prévient de la venue de sa co-star pour son prochain film, elle n’a pas réussi à la joindre pour décaler leur rendez-vous quotidien. Donc c’est ma pomme qui suit en charge de l’accueillir le temps que Madame Galea-Kane fasse son retour. « Ok Mom’ je m’en occupe. » elle part non sans me presser de me lever sans trainer d’avantage mais sa voix s’éloigne et je n’écoute déjà plus. Je soupire, regarde l’heure et fini par me lever, sinon je ne le ferai jamais. C’est pas mon style de rester au lit, mais depuis que j’ai renoué avec Johan je me couche rarement avant quatre ou cinq heure du matin, quand ce n’est pas plus tard alors forcément la fatigue s’accumule. Direction la douche, passage obligé pour un réveil total. Habillée, les cheveux séchés, je suis prête pour mon actrice sitting, même si ça ne m’enchante pas plus que ça. Je me dirige vers la cuisine pour me faire un café, la sonnerie de l’interphone retentit. Elle choisit mal son timing. Je pose ce que j’avais dans les mains et réponds ouvrant le portail sécurisé à la starlette hollywoodienne. J’anticipe et ouvre la porte pour l’accueillir, je l’ai déjà vu venir ici, ça fait quelques jours. Elle bosse un rôle avec ma mère, mais je n’en sais pas plus, je fais plutôt office de courant d’air dans cette maison depuis quelques temps.
Je retire ce que j’ai dit, ça peut ne pas totalement être une corvée que de l’occuper le temps que ma mère revienne. Elle est plutôt canon, ça joue indéniablement en sa faveur. Souriante, avenante et pas perturbée le moins du monde de ne pas voir ma mère, elle me salue. Je lui souris en retour « Je suis Terri. Oui c’est ma mère et elle m’a dit que t’allais venir. » je l’invite à entrer « Elle a eu un appel pour un truc urgent mais devrait pas rentrer trop tard, tu peux l’attendre ici. » je referme la porte et me dirige vers le coin cuisine, il me faut cette dose de caféine. « J’allais me faire un café, t’en veux un ? » demandé-je à mon invitée imprévue. « Tu bosses un rôle avec ma mère si j’ai bien compris. Ça se passe bien ? » demandé-je, curieuse d’en savoir d’avantage. « C’est quoi comme genre de rôle ? Et le film ? » on est un peu en froid avec ma mère, on ne parle pas vraiment de son boulot… en fait on ne parle pas vraiment tout court.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 30
• côté ♥ : célibataire, même si la presse en pense autre chose...
• orientation : 100% gay
• occupation : actrice et militante
• quartier : beverly hills
• avatar : tristin mays
• crédits : loudsilence. (av+crackship) | astra (sign) | vocivus (icons) | greatest showman (lyrics)
• messages : 29
get to know us [leiri]
Jeu 4 Oct - 10:47
Je me présente à l’instant même où la demoiselle a ouverte la porte, je ne voudrais pas qu’elle me prenne pour une illuminée, et en même temps si elle m’a ouvert c’est qu’elle était au courant de ma venue. « Je suis Terri. Oui c’est ma mère et elle m’a dit que t’allais venir. » Voilà la réponse à ma question. Je me contente d’un hochement de tête accompagné d’un sourire adorable. Elle se décale alors pour me laisser entrer et je ne me fais pas prier, après tout, je connais pas mal les lieux maintenant. « Elle a eu un appel pour un truc urgent mais devrait pas rentrer trop tard, tu peux l’attendre ici. »[/color] « Merci. »[/color] Encore heureux qu’elle me laisse pas poireauter dehors. Je retire ma veste que je pose sur le dossier du canapé - comme chez moi, et suis la jeune femme du regard jusqu’à la cuisine. « J’allais me faire un café, t’en veux un ? » « Volontiers merci ! »[/color] Je la rejoins alors, de l’autre côté du bar, et m’installe sur un tabouret pour la regarder faire. « Tu bosses un rôle avec ma mère si j’ai bien compris. Ça se passe bien ? C’est quoi comme genre de rôle ? Et le film ? » Un sourire étire mes lèvres face à son petit côté curieux, je ne peux pas lui en vouloir, je suis pareille. « Hum… disons que pour pouvoir répondre sincèrement à ces questions, j’ai besoin de savoir les relations que tu entretiens avec ta mère… » Elle me regarde et j’arque un sourcil, avant de rire en voyant sa tête. « Ok j’ai compris. Bon alors pour être honnête, c’est super de bosser avec ta mère, faut dire que c’est vraiment une icône dans le métier, mais pour ce rôle, c’est pas simple… » Je termine ma phrase par une légère grimace et je vois qu’elle va m’en demander plus si je ne poursuis pas. « Bon, pour faire simple, nos deux personnages qui sont au centre du film, sont censés avoir une alchimie assez importante, voire même une certaine ambiguité. » Je penche un peu la tête sur le côté en voyant le regard et le sourire de la jolie demoiselle. « Voilà. Juste avec ta tête, t’as fait le résumé. Du coup, c’est pour ça qu’on essaie de bosser ensemble ici, parce qu’elle est pas très à l’aise de bosser directement sur le plateau, et puis elle veut garder une certaine image… je la comprends… » Je ne crache pas sur elle, au contraire, je l’admire tellement… C’est une chance de pouvoir travailler avec elle, mais dans ces conditions, c’est un peu difficile…

_________________
a million dreams
I close my eyes and I can see The world that's waiting up for me That I call my own. Through the dark, through the door, Through where no one's been before, But it feels like home. They can say, they can say it all sounds crazy. They can say, they can say I've lost my mind. I don't care, I don't care, so call me crazy, We can live in a world that we design.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
• âge : 24
• côté ♥ : Célibat'air
• orientation : Bi
• occupation : Fille de célébrité
• avatar : Barbara Palvin
• crédits : loudsilence
• messages : 426
get to know us [leiri]
Ven 12 Oct - 20:39
La jeune actrice m’apparaît totalement à l’aise, déposant sa veste sur le dossier du canapé comme si elle était une habituée des lieux. Ça ne m’embête pas, je trouve ça amusant à vrai dire, elle respire le naturel et la spontanéité. Je me dirige vers la cuisine afin de me préparer ma dose de caféine matinale – bien que l’heure soit déjà avancée – et en propose à la jeune femme. J’ai peut-être rechignée à me lever, mais maintenant qu’elle est là je compte être une bonne hôte. Manquerait plus qu’elle dise à ma mère que je l’ai pas franchement bien reçu et je suis bonne pour une prise de tête. Elle accepte mon offre, me suivant pour s’installer sur un des tabourets. Curieuse je me lance dans un mini interrogatoire sur la nature de sa présence, je veux savoir pourquoi elle et ma mère bossent ici, en privé. Leilani fait preuve de prudence quant aux réponses qu’elle compte me donner… en gros va t’elle jouer la langue de bois ou pas. Le regard que je lui adresse semble suffire à lui faire comprendre que j’attends de la franchise de sa part. Pas besoin d’épargner l’image de ma mère, je connais l’envers du décors. Elle enchaine sans que je n’ai à l’encourager d’avantage, souligne combien elle est ravie de bosser avec Rose malgré quelques difficultés à propos de ce rôle. Ma curiosité est désormais totalement en éveille, je hausse les sourcils et la fixe en attente d’un complément d’explication. Elle va quand même pas me donner que ça comme infos, si ? Heureusement non, elle poursuit, m’expliquant que son personnage et celui jouer par ma mère sont censés être liés de manière ambiguë. J’esquisse un sourire en coin, je connais l’avis de ma mère sur la sexualité… elle n’est pas enchantée que je sois ouvertement bisexuelle. Sans être pour la qualifier d’homophobe je la sais un peu réticente à tout cela. Je me suis déjà demandée si ce n’était pas à cause de doutes de sa part, mais vu notre relation un peu tendue je n’ai jamais posé de questions. En fait on ne parle jamais de ça, elle n’a toujours su que me faire des reproches dès que je m’affichais avec une autre fille.
Je comprends parfaitement que ce soit un réel défi pour ma mère mais si elle a accepté le scénario c’est qu’elle est prête à le relever. « Hum je vois très bien ouais. » je nous sers nos tasses de café poussant la sienne en direction de Leilani « Elle est un peu coincée sur le sujet mais pour un film en lequel elle croit elle est capable de dépasser ses a priori. » plus que pour sa propre fille d’ailleurs. « T’attends pas à ce que ça se fasse en un claquement de doigts… tu vas sûrement trainer dans le coin un moment. » ajouté-je, amusée. « Je me rappelle encore de la tête qu’elle a fait le jour où elle a appris que je sortais avec une fille… » je pouffe de rire en me remémorant ce souvenir, bien qu’à ce moment là la discussion avait été trop froide pour être drôle. Observant la jolie brune je me rends compte que son visage ne m’est pas si étranger que ça. Evidemment elle est actrice, je l’ai déjà vu quelque part, mais c’est autre chose. Prenant ma tasse je désigne le salon d’un geste de la tête « On sera mieux là bas. » je la laisse se lever et se diriger vers le canapé, sortant rapidement mon portable de ma poche pour une recherche expresse sur Google. Mon invitée imprévue est facile à trouver, actrice et porte parole de la cause lgbt, je comprends encore mieux les réticences maternelles. Je m’installe sur le canapé « C’est pas un peu décevant ? Faire un film avec quelqu’un que tu admire et te rendre compte de ses zones d’ombres ? » je sais, je suis plutôt cash mais je crois que Leilani n’a pas besoin que l’on prenne de pincettes et moi je n’ai pas besoin que l’on en prenne concernant ma mère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 30
• côté ♥ : célibataire, même si la presse en pense autre chose...
• orientation : 100% gay
• occupation : actrice et militante
• quartier : beverly hills
• avatar : tristin mays
• crédits : loudsilence. (av+crackship) | astra (sign) | vocivus (icons) | greatest showman (lyrics)
• messages : 29
get to know us [leiri]
Jeu 18 Oct - 15:08
La jeune femme semble curieuse, je ne peux pas lui retirer ça, je la comprends. Cependant, je me sens obligée de vérifier qu’elle n’ira pas jouer les trouble fête en racontant à sa mère ce que je m’apprête à lui répondre. Visiblement, ce n’est pas le cas, et tant mieux. « Hum je vois très bien ouais. » Ça me rassure, je ne suis pas la seule à le ressentir. « Elle est un peu coincée sur le sujet mais pour un film en lequel elle croit elle est capable de dépasser ses a priori. » Je suis contente de l’entendre, mais merde, ça a l’air dur pour elle quand même, je me demande pourquoi elle s’inflige ça, mis à part peut-être pour dorer un peu plus son blason, qu’on ne la pense pas homophobe ou que sais-je. « T’attends pas à ce que ça se fasse en un claquement de doigts… tu vas sûrement trainer dans le coin un moment. Je me rappelle encore de la tête qu’elle a fait le jour où elle a appris que je sortais avec une fille… » Ouh. Intéressant. Non non non. Pas intéressant. Et puis quoi aussi ? Enfin toute manière, je l’avais un peu senti, à peine a-t-elle ouvert la porte que mon radar a tintillonné dans ma tête. « Ah ouais ? C’était si difficile que ça ? » Donc c’est bien ce que je pensais, Rose a un réel souci avec l’homosexualité. Bon bah écoute. Faudra bien qu’elle fasse avec hein. Je récupère la tasse de café qu’elle me tend et nous invite à passer au salon. Je la suis sans broncher et m’assieds près d’elle. « C’est pas un peu décevant ? Faire un film avec quelqu’un que tu admire et te rendre compte de ses zones d’ombres ? » me demande-t-elle sans même prendre de pincettes. Je laisse échapper un léger rire amusé. « Oh tu sais, on a tous nos zones d’ombre. Je doutais pas qu’elle en ait aussi. Ce que j’admire chez elle c’est surtout sa carrière. Je la connaissais pas personnellement, je m’attendais pas à ce qu’elle soit parfaite, personne ne l’est. » Je n’en veux pas à cette femme de ne pas avoir été éduquée dans l’amour et la tolérance. Je ne connais pas son passé, son enfance, je ne peux pas juger. Je me dis juste que ça doit pas être simple pour elle, surtout qu’à hollywood, y’a quand même un paquet d’homos, même si pas mal se cachent. « Du coup, tu as piqué ma curiosité. Raconte-moi le jour où elle a appris que tu sortais avec une fille ! » C’est marrant, quelques minutes plus tôt on ne se connaissais pas, et pourtant j’ai l’impression que le feeling passe vraiment bien, qu’on se connait depuis un bail. Et puis faut dire qu’elle est franchement agréable à regarder ce qui ne gâche rien. Après tout, les chiens ne font pas des chats !

_________________
a million dreams
I close my eyes and I can see The world that's waiting up for me That I call my own. Through the dark, through the door, Through where no one's been before, But it feels like home. They can say, they can say it all sounds crazy. They can say, they can say I've lost my mind. I don't care, I don't care, so call me crazy, We can live in a world that we design.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
• âge : 24
• côté ♥ : Célibat'air
• orientation : Bi
• occupation : Fille de célébrité
• avatar : Barbara Palvin
• crédits : loudsilence
• messages : 426
get to know us [leiri]
Lun 29 Oct - 10:33
L’entente avec ma mère n’est pas au beau fixe mais je n’ai aucune volonté de lui nuire. Je pourrai, si j’étais une vraie connasse. Je ne veux pas l’enfoncer, la faire passer pour intolérante même si dans les faits, je ne peux nier qu’elle soit plutôt réticente face aux couples de même sexe. Surtout deux femmes ensemble, peut-être par peur d’être l’objet de désir des femmes en plus d’être celui des hommes… qu’est-ce que j’en sais ? Je ne suis pas dans sa tête et je crois que c’est préférable. Leilani a l’air de fonder pas mal d’espoir sur cette collaboration avec ma mère, je préfère quand même la prévenir qu’il va lui falloir être patiente avant que les choses se décantent. Je ne sais pas vraiment pourquoi je lui parle de moi, de la réaction de Rose face à ma toute première histoire avec une autre fille. Peut-être pour la mettre la plus au fait possible de ce qui l’attend comme mur à gravir si elle veut qu’il y est entre elles un minimum d’alchimie à l’écran. Sous-titre : c’est pas gagné. Cela dit, l’idée de la voir trainer dans le coin pendant un moment ne me déplait pas. La brune me fait bonne impression, son naturel fait son charme. Nous rejoignons le salon, je continue de questionner la jeune femme, curieuse d’en savoir plus sur ce que peut ressentir quelqu’un qui admire ma mère sans vraiment la connaître. Rien ne semble désarçonner Leilani, plus encore elle rit à ma question en m’offrant une réponse nuancée. Je la sens sincère dans sa démarche, authentique, avec la tête sur les épaules et dans ce métier c’est pas le cas de toutes… J’esquisse un sourire « Au moins t’en as conscience. Y’a tellement de gens qui l’adulent et la mettent sur un piédestal sans savoir qui elle est vraiment. » je ne veux pas paraître amère, ou sous-entendre qu’elle est un monstre, mais certaines de mes blessures ont vraiment du mal à cicatriser.
Les rôles s’inversent, c’est la brune qui est désormais intriguée et pas par ma mère sa carrière ou ses difficultés à placer son opinion face à l’homosexualité. Non c’est à moi que s’adresse directement sa question. Je suis un peu surprise par sa question, souris, hausse les épaules puis échappe un léger rire « C’est dommage que je n’ai pas pu prendre de photo ce jour là… parce que j’aurais eu de quoi la faire chanter pendant des années. » consciente de la nature de mes propos je précise « Je compte pas faire ça à ma mère… c’est une façon de parler. » je n’ai jamais voulu nuire à sa carrière, c’est plus à elle personnellement que je m’en prends, comme si elles étaient deux personnes distinctes. Rose et Maman. Je bois une gorgée de café et me lance dans mon récit « J’avais… quinze ou seize ans je crois. J’étais dans un lycée pour gosses de riches, à l’ouverture d’esprit plutôt limitée. Mais ça ne me dérangeais pas, j’étais plutôt du genre à me plier aux règles, à ne pas faire de vague, je visais le statut de “parfaite fille de star“. On était un groupe d’amies tout ce qu’il y a de plus classique jusqu’à ce que je me rende compte que j’étais vraiment attirée par l’une d’elle. » je marque une pause puis reprends « J’allais souvent chez elle, on s’est rapprochée et puis on a fini par sortir ensemble. Ma mère voyait rien, jusqu’au jour où elle est rentrée plus tôt d’un tournage et a eu des doutes en nous voyant toutes les deux. Elle n’a rien dit, attendant que ma copine parte pour me confronter. Elle m’a demandé si on était plus qu’amies et je n’avais aucune volonté de lui mentir à l’époque, à vrai dire je croyais même qu’on allait pouvoir en parler. Donc j’ai tout raconté, j’ai vu sa mine se décomposer et… » je ris « Voilà. Elle m’a parlé de provocation… de je ne sais plus trop quoi d’autres et aujourd’hui je me rends compte qu’elle était juste super gênée, mais à l’époque je ne l’ai pas pris comme ça. » je crois que Leilani l’a compris, j’ai fait passer ça pour un épisode amusant, mais l’adolescente que j’étais ne l’a pas du tout vécu comme tel. Je bois une nouvelle gorgée de café « Mais bon elle m’a jamais interdit quoi que ce soit. » et encore heureux parce que je ne sais pas où nous en serions actuellement dans le cas contraire. « On pourrait peut-être parler d’autre chose que de ma mère, non ? » dis-je sur un ton amusée, fixant mon regard dans celui de mon interlocutrice « Qui es-tu Leilani Blake ? ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 30
• côté ♥ : célibataire, même si la presse en pense autre chose...
• orientation : 100% gay
• occupation : actrice et militante
• quartier : beverly hills
• avatar : tristin mays
• crédits : loudsilence. (av+crackship) | astra (sign) | vocivus (icons) | greatest showman (lyrics)
• messages : 29
get to know us [leiri]
Mer 31 Oct - 20:10
« Au moins t’en as conscience. Y’a tellement de gens qui l’adulent et la mettent sur un piédestal sans savoir qui elle est vraiment. » Je hausse légèrement les épaules, parce que je ne suis pas de ce genre là, pas du genre à juger les personnes que je croise. J’aime être plus profonde que ça dans mon jugement, apprendre à connaître les personnes avant d’avoir un réel avis, plutôt que rester en surface. Piquée par la curiosité, je demande à la jeune femme de me raconter ce qu’il en est de ce fameux souvenir, du moment où sa mère a compris qu’elle aimait les filles. Ou qu’elle aimait ‘aussi’ les filles. Je l’écoute avec grande attention, ne la lâchant pas des yeux. J’ai toujours été friande des histoires, du vécu des gens. Je me pose là et j’écoute les mots, laisse mon esprit imaginer la scène. Cette adolescente face à une mère étriquée d’esprit. Je ne peux m’empêcher de sourire, un peu, parce que je reconnais bien là Rose, sa manière un peu hautaine de prendre les choses très à coeur mais de ne rien montrer, ou presque. Elle est actrice et sait très bien cacher ce qu’elle ressent, au fond d’elle. « Mais bon elle m’a jamais interdit quoi que ce soit. » Je hoche la tête en souriant. « C’est parce qu’elle t’aime. » Les relations mère-fille peuvent être parfois très compliquées, j’ai eu la chance de pouvoir partager quelque chose d’unique avec la mienne, de fort, pendant toutes ces années, jusqu’à ce qu’elle finisse par partir, trop tôt. Beaucoup trop tôt. Ma gorge se serre à cette pensée mais je ne laisse rien sembler. « On pourrait peut-être parler d’autre chose que de ma mère, non ? » Je hoche la tête en souriant. « Oui, mais c’est toi qui m’a lancée sur le sujet écoute ! » Je ris avec elle, et finalement, c’est à son tour de vouloir en savoir plus sur moi. « Qui es-tu Leilani Blake ? » J’arque un sourcil. Je n’ai jamais dit mon nom, c’est donc qu’elle me connaît. Pourtant en ouvrant la porte, j’ai eu l’impression d’être accueillie comme une personne lambda. C’est qu’elle aussi elle joue bien la comédie. « Hum je suis un mystère. » Je joue de mes sourcils un peu avant de rire et de reprendre la parole. « Je sais pas, tu veux savoir quoi exactement ? Ta question est vague, et tu dois bien en savoir déjà un peu sur moi, tu connais mon nom… » Même si ce n’est pas le vrai, pas celui qui figure sur mon Etat Civil en tout cas. « Je t’en prie, pose moi les questions que tu veux, je tenterai d’y répondre. J’ai l’habitude. » Avec le nombre d’interviews que j’ai faite, il est clair que je sais manier les interrogatoires à ma sauce, pour dire ou ne pas dire ce que j’ai envie. Je pourrai bien faire la même chose avec la jeune femme, je pourrai aussi choisir d’être moins ‘professionnelle’. On verra en fonction de ses questions…

_________________
a million dreams
I close my eyes and I can see The world that's waiting up for me That I call my own. Through the dark, through the door, Through where no one's been before, But it feels like home. They can say, they can say it all sounds crazy. They can say, they can say I've lost my mind. I don't care, I don't care, so call me crazy, We can live in a world that we design.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
• âge : 24
• côté ♥ : Célibat'air
• orientation : Bi
• occupation : Fille de célébrité
• avatar : Barbara Palvin
• crédits : loudsilence
• messages : 426
get to know us [leiri]
Mar 6 Nov - 19:41
Oui ma mère m’aime, je sais au fond, sinon elle ne serait pas sur mon dos, se foutrait complètement de ce que je peux faire ou ne pas faire. Mais c’est bien connu les relations mère-fille ont quelque chose de complexe… nous n’échappons pas à la règle. Voyant que je m’engage malgré moi sur un terrain glissant dans cette discussion avec une quasi inconnue, je propose que nous parlions d’autre chose que de Rose. Elle a déjà bien assez l’attention du monde entier, non ? La brune ne manque pas de souligner que je suis celle qui a lancé le sujet, je hausse les épaules « Ouais… c’est pas faux. » parce que ma mère est la raison de sa présence ici, un point de départ à notre rencontre et donc je me suis raccroché à cela. Maintenant j’ai envie d’en savoir plus mais sur elle, sur qui est cette jeune actrice sur laquelle j’ai fait une brève recherche quelques instants plus tôt. D’ailleurs je me grille un peu en donnant son nom complet, elle a très bien capté, elle est loin d’être bête. Cependant en tant que personnalité public ça ne doit pas la surprendre outre mesure que je sache qui elle est, sauf que me concernant des stars j’en ai vu défiler un paquet à la maison toute mon enfance durant, alors la notoriété ne me fait ni chaud ni froid. La brunette se décrit comme un mystère ce dont je ne doute pas malgré qu’elle fasse passer cela pour un trait d’humour. Elle m’invite à la questionner plus précisément sur ce qui m’intéresse la concernant, elle retourne un peu les choses à son avantage, habilement. Habituée des interviews elle est prête à répondre à mes interrogations, je ne peux me retenir de rire, elle essaye de m’entourlouper. « Déjà je découvre que tu as tout l’air d’être plutôt maline. » je hausse les épaules « Mais on peut toujours jouer le jeu de l’interview puisque tu semble particulièrement à l’aise dans l’exercice. » et moi je suis déterminée à décrypter ses réponses, savoir si elle est sincère ou non. « D’où tu viens ? T’as grandit où ? Pourquoi t’as choisis d’être actrice ? » je souris et ajoute « A moins que ça soit la carrière d’actrice qui t’ai choisie. » dis-je un peu théâtralement comme peuvent justement le faire certaines actrices pour expliquer ce choix de leur part. « T’es plutôt été ou hiver ? Vanille ou chocolat ? » je tourne ça un peu à la dérision, le ton léger et le sourire facile « Tu sais quoi ? Ça peut-être encore plus drôle si toi aussi tu me poses des questions. ». Je bois une gorgée de café puis fixe mon regard dans le sien « Quoi que tu t’en fous peut-être. » il y a un peu de provocation dans mon attitude, presque comme une mise au défi de jouer le jeu. Je ne sais même de quoi il s’agit, simplement que je suis d’humeur joueuse et du temps à tuer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 30
• côté ♥ : célibataire, même si la presse en pense autre chose...
• orientation : 100% gay
• occupation : actrice et militante
• quartier : beverly hills
• avatar : tristin mays
• crédits : loudsilence. (av+crackship) | astra (sign) | vocivus (icons) | greatest showman (lyrics)
• messages : 29
get to know us [leiri]
Jeu 8 Nov - 15:10
La jeune femme me demande de parler de moi. Pour une bonne partie des êtres humains, parler de soi de manière aussi abrupte n’est pas chose aisée. Il faut avoir assez d’aplomb et de confiance en soi pour se faire. Et même si je n’en suis pas dénuée, ce n’est pourtant pas un exercice aisé. Alors je choisis de retourner les choses à mon avantage. Répondre à des questions plus précises, j’ai l’habitude, je manie l’art de la prise de parole avec assez de facilité, mais simplement ‘parler de moi’, c’est trop vaste et ça ne m’intéresse pas. « Déjà je découvre que tu as tout l’air d’être plutôt maline. » Je ne peux m’empêcher de sourire, un large sourire presque un peu charmeur. « Mais on peut toujours jouer le jeu de l’interview puisque tu semble particulièrement à l’aise dans l’exercice. » Je hoche la tête, toujours aussi souriante comme à mon habitude. « Effectivement c’est un jeu auquel je suis habituée. » Je me réinstalle un peu mieux, un peu plus face à elle, bois une gorgée de mon café et garde ma tasse entre mes mains, parce que j’ai toujours adoré cette sensation de chaleur dans mes paumes. « D’où tu viens ? T’as grandit où ? Pourquoi t’as choisis d’être actrice ? A moins que ça soit la carrière d’actrice qui t’ai choisie. » Je ris à sa manière d’amener les questions, ou plutôt de jouer avec. Elle a un côté enfantin adorable, et une certaine connaissance du jeu. Avec une mère comme Rose Galea, ce n’est pas étonnant. « Alors je viens des Philippines, de Manille plus exactement, même si j’y suis pas restée très longtemps. J’ai grandit à Los Angeles, et je j’avais envie de devenir actrice pour aller exploiter toutes les personnalités que j’avais en moi. » Je baisse d’un ton comme un secret pour ajouter. « Je suis schizophrène mais personne n’est encore au courant ! » Je ris avec elle et attends ses prochaines questions qui s’enchaînent. « T’es plutôt été ou hiver ? Vanille ou chocolat ? Tu sais quoi ? Ça peut-être encore plus drôle si toi aussi tu me poses des questions. » je n’ai pas eu le temps de répondre, mais avant que je n’ai à le faire elle ajoute « Quoi que tu t’en fous peut-être. » ce qui me fait lâcher un rire amusé, tout en secouant la tête. « Bien sûr que non je m’en fous pas ! » Après tout, il faut bien passer le temps, et elle a l’air intéressante cette fille. Autant en profiter pour la découvrir. « Plutôt été, et vanille. Et bien sûr que non je m’en fous pas, alors à moi de poser des questions. » Nouvelle gorgée de café et me voilà partie à mon tour. « Quelles sont tes passions ? Depuis quand es-tu à Los Angeles ? Plage ou Montagne ? Caramel ou pistache ? Camping ou hôtel ? » Je sais pas pourquoi mais c’est les premières qui me viennent…

_________________
a million dreams
I close my eyes and I can see The world that's waiting up for me That I call my own. Through the dark, through the door, Through where no one's been before, But it feels like home. They can say, they can say it all sounds crazy. They can say, they can say I've lost my mind. I don't care, I don't care, so call me crazy, We can live in a world that we design.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
• âge : 24
• côté ♥ : Célibat'air
• orientation : Bi
• occupation : Fille de célébrité
• avatar : Barbara Palvin
• crédits : loudsilence
• messages : 426
get to know us [leiri]
Lun 12 Nov - 17:34
Ce qui m’apparaissait comme du temps perdu quand ma mère est venue me réveiller se trouve devenir un moment intéressant. Face à cette jeune actrice je me montre curieuse, intéressée et ça n’a rien à voir avec la politesse. Je suis déjà au delà de mon rôle de la faire patienter, j’ai vraiment envie d’en savoir d’avantage sur celle que l’on dit être une étoile montante – merci Google. Quand je l’invite à me parler d’elle sans plus de précision la jolie brune s’empresse de reprendre les choses à son avantage, proposant plutôt que je lui pose des questions. C’est toujours plus facile de parler de soi lors d’une discussion plus cadré plutôt que de s’improviser à dresser un portrait de sa personne. Mais elle est actrice, non ? Elle aurait pu s’essayer à l’exercice. Mais Leilani préfère celui bien rodé de l’interview et je ne m’y oppose pas, balançant une série de questions auxquelles elle a probablement déjà répondu cent fois. Je n’ai pas eu le temps d’en lire trop sur Wikipédia, il va falloir qu’elle éclaire ma lanterne. Il m’est déjà arrivée d’assister à des interview de ma mère quand j’étais plus jeune, un équipe de tournage est même déjà restée plusieurs jours à la suivre pour un reportage lui étant consacré. Je tourne un peu les choses à la dérision, je baigne dedans depuis toute gamine, alors si je parais légèrement blasée c’est parce que c’est le cas. J’endosse sans difficulté le rôle de la sale gosse, curieuse mais un peu taquine, en singeant la manière de répondre de certains artistes. La brune fait sa part, répondant à mes questions non sans afficher un charmant sourire sur lequel je m’attarde un peu plus. Elle ne manque pas d’humour, le courant passe bien entre nous et on dirait presque que nous nous connaissons depuis un moment.
J’enchaine, mes questions ne répondent pas à une réelle logique je demande ce qui me passe par la tête, porté par la dynamique de notre échange. Je propose même que l’actrice me questionne elle aussi, du moins si elle le souhaite. Je suis ravie de voir que je suscite au moins un peu de curiosité chez elle. Bien sûr elle peut faire ça pour ne pas se montrer vexante, mais il y a chez cette fille un truc authentique et simple. Pour quelqu’un qui aime se fondre dans différents personnages c’est important, il est facile de se perdre. A son tour de me poser des questions, je souris à sa manière d’entrer dans mon jeu « Etre une insupportable gamine de célébrité est sans doute ma plus grande passion. » j’arque un sourcil, dans une mine insolente chargée d’ironie « Ça inclus faire la fête, beaucoup… et la séduction. » en réalité je n’ai pas de vraies passions, c’est triste, non ? « Je suis à Los Angeles depuis que j’ai 4 ou 5 ans, je suis beaucoup plus plage que montagne… mais sans doute par habitude. Je suis incapable de choisir entre le caramel ou la pistache, je dirais quand même le caramel. Et les deux tant qu’ils sont cinq étoiles. » c’est faux pour ma dernière réponse, je ne suis pas accro au luxe, je sais m’en passer mais j’aime faire croire le contraire. « Sortie ou soirée télé ? Tu fais quoi quand tu bosses pas ? Avec ou sans alcool ? Blonde ou brune ? » sans lâcher son regard je bois une gorgée de café « Je ne parle pas de bière. » ajouté-je avec un sourire en coin. Est-ce que j’ai entendu du bruit dans l’entrée ou j’ai rêvé ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 30
• côté ♥ : célibataire, même si la presse en pense autre chose...
• orientation : 100% gay
• occupation : actrice et militante
• quartier : beverly hills
• avatar : tristin mays
• crédits : loudsilence. (av+crackship) | astra (sign) | vocivus (icons) | greatest showman (lyrics)
• messages : 29
get to know us [leiri]
Mar 13 Nov - 19:10
Je m’intéresse à elle autant a moins qu’elle s’intéresse à moi. C’est un échange agréable, je ne vais pas le nier. D’autant plus qu’outre le fait d’être sympa, elle est aussi très jolie, et entre nous, ça ne gâche rien. Après avoir répondu à ses questions, c’est à mon tour d’en poser de nouvelles. Tout comme elle, je commence par son parcours, plus ou moins, et finis par des questions de goût, en vrac. J’ignore si ça m’aidera à la cerner, mais je trouve ça amusant, bien plus que l’est une interview. « Etre une insupportable gamine de célébrité est sans doute ma plus grande passion. Ça inclus faire la fête, beaucoup… et la séduction. » Je ris un peu, l’imaginant assez bien dans ce rôle même si elle me dépeint un portrait sensiblement différent en m’accueillant aujourd’hui. Je veux bien croire qu’elle n’y était pas préparée, peut-être même pas forcément favorable, mais elle se montre sympathique et c’est encore l’essentiel. « Je suis à Los Angeles depuis que j’ai 4 ou 5 ans, je suis beaucoup plus plage que montagne… mais sans doute par habitude. Je suis incapable de choisir entre le caramel ou la pistache, je dirais quand même le caramel. Et les deux tant qu’ils sont cinq étoiles. » Je hoche la tête, un peu, souriante en accueillant chacune de ses réponses. « Je note. » Je note quoi, j’en sais rien, je sais même pas si je serai amenée à la revoir après aujourd’hui, mais j’ai toujours aimé découvrir les gens. « Sortie ou soirée télé ? Tu fais quoi quand tu bosses pas ? Avec ou sans alcool ? Blonde ou brune ? » J’allais répondre mais sans me lâcher des yeux, la demoiselle précise sa dernière question. « Je ne parle pas de bière. » Ce qui me fait rire. « Sortie, avec alcool mais avec modération aussi. Je n’ai pas de préférence, ni en matière de femmes ni en matière de bières. » Un petit sourire mutin étire le coin de mes lèvres avant que je ne reprenne pour la dernière question. « Et quand je ne bosse pas, j’aide des associations, je me détends devant des séries, je fais du sport, et de la musique. » Ce n’est pas une question qu’on me pose souvent ça, c’est marrant. « Ah et je drague aussi mais je fais en sorte que ça se voit pas trop. Enfin les médias, que les médias ne le voient pas trop, j’suis plutôt douée à ce jeu là. » Parce que sinon, la presse s’amuserait bien trop à me prêter des aventures à tout bout de champs. A mon tour à nouveau de poser des questions. « Si tu avais choisi entre être une parfaite inconnue ou être celle que tu es, la fille de personnes connues j’entends, qu’est-ce que tu aurais choisi ? » Je comprends que c’est une question plutôt difficile et peut-être un peu trop profonde pour notre petit jeu, c’est pourquoi je me ravise à moitié. « Tu n’es pas obligée de répondre. » Je n’ai surtout pas envie de plomber l’ambiance. « Hum et sinon, plutôt été ou hiver ? Si tu étais un sport, ce serait quoi ? Et… est-ce que tu as déjà vécu quelque chose d’assez fou pour que ça ressemble à un film ? » La réponse pourrait bien être intéressante, si toutefois elle a quelque chose à raconter.

_________________
a million dreams
I close my eyes and I can see The world that's waiting up for me That I call my own. Through the dark, through the door, Through where no one's been before, But it feels like home. They can say, they can say it all sounds crazy. They can say, they can say I've lost my mind. I don't care, I don't care, so call me crazy, We can live in a world that we design.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
• âge : 24
• côté ♥ : Célibat'air
• orientation : Bi
• occupation : Fille de célébrité
• avatar : Barbara Palvin
• crédits : loudsilence
• messages : 426
get to know us [leiri]
Mer 28 Nov - 9:51
Cette conversation pourrait simplement être un moyen de faire passer le temps, à la base c’était même ce que je prévoyais. Une discussion banale, simple, histoire de ne pas laisser la jeune actrice plantée sur le canapé avec son café en attendant le retour de ma mère. Je peux être une sale gosse de riche avec des manières de peste, mais c’est seulement quand j’enfile ce masque là, lorsque Terri est pleinement présente en poussant dans l’ombre Theora. Mais en fait cet échange n’est pas désagréable ou ennuyeux, au contraire. Leilani est naturelle, loquace et nous apprenons à nous connaître dans un jeu de questions réponses plutôt amusant. Je crois que notre curiosité mutuelle n’est pas feinte, mais la brune est actrice alors qui sait si elle ne me dupe pas totalement ? J’ai suffisamment l’habitude de voir ma mère jouer un rôle pour savoir déceler le vrai du faux, j’aime à le croire en tout cas. Mes questions se font un peu plus malicieuses, je l’interroge sur ses goûts en matière de femmes. Juste comme ça, c’est pour parler… Vraisemblablement elle est tout aussi joueuse que moi, réponds sans détour me permettant de la découvrir encore un peu plus. Donc si je résume, elle est jolie, sympathique, talentueuse – d’après les médias – et généreuse. Elle concours pour l’award de l’actrice parfaite ou quoi ? Une madame tout le monde en mieux, en tout cas c’est ce qu’elle a l’air de vouloir me vendre. Je la crois. Pourquoi j’en douterais ? Je ne suis pas là pour la juger. « Tu es d’une grande banalité. » dis-je avec le sourire, transformant un commentaire qui pourrait être qualifié de négatif en compliment. Je ris légèrement, bois une gorgé de café « Duper les médias, un sport à part entière. » et si j’avais pu m’en passer je n’aurais pas hésité un instant. C’est drôle, alors que cette pensée me traverse l’esprit, la brunette me propose justement de choisir entre être une parfaite inconnue ou garder mon statut de fille de célébrité. C’est une question difficile, assez profondes surtout pour moi avec tout ce que cela a impliquer dans ma vie et la manière dont je me suis construite. La jeune femme a l’air de le sentir, elle m’offre une porte de sortie, je lui souris à nouveau « Il y a des avantages à être la fille de personnes connues… c’est un fait. » je hausse les épaules « Mais je crois que j’aurais choisis d’être une parfaite inconnue. » soufflé-je. C’est un aveu que j’ai rarement fait, je m’étonne d’ailleurs de l’avoir dit si facilement. La conversation reprend sur une note plus légère, je réfléchis, c’est plus difficile qu’il n’y paraît de répondre à ce genre de questions. « L’été, même si j’adore l’hiver en montagne. Quand j’étais en Suisse, c’était magnifique. Mais froid… de toute évidence. » j’enchaine « Un sport ? J’en ai pas la moindre idée. La boxe ? Ma présence est plutôt frappante, il paraît. Et toi ? » sourire mutin, regard charmeur et j’échappe un rire. Sa dernière question est originale, et des anecdotes je n’en manque pas « Mais ma vie entière est un film. » répliqué-je un peu théâtralement avant de faire une légère moue « Enfin… certains en auraient plutôt fait de la télé-réalité. » ce que je ne comprends absolument pas. Je hausse les épaules « Est-ce que me retrouver en état d’arrestation au Mexique et au final être jugée comme étant une criminelle c’est assez fou selon toi ? » je prends des risques en lui disant cela, mais je me sens en confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
get to know us [leiri]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

glitter in the air ::  :: center l.a. :: beverly hills+