June Stewart - Life ain't a rap song

 ::  :: registered users :: fiches validées
avatar


• âge : 32
• côté ♥ : Célibataire
• orientation : Bisexuelle
• occupation : Chanteuse Hip Hop
• quartier : Crenshaw
• avatar : Antonia Thomas
• crédits : Nîniel
• messages : 21
June Stewart - Life ain't a rap song
Sam 15 Sep - 14:56
JUNE STEWART/div>
FT ANTONIA THOMAS (+swan)
informations
nom • Stewart. Un nom d’origine jamaïcaine, qui lui rappelle au quotidien ses origines modestes.

prénom(s) • June, Martisha. Elle n’utilise que son premier prénom. Son second prénom, Martisha, est un secret solidement gardé – un prénom jamaïcain, qui signifie « martial », qu’elle a hérité de sa grand-mère paternelle, une femme au caractère aussi doux (hum hum) que June.

surnom(s) • Black-Billed J., son nom officiel de scène, souvent raccourci en « B.B. J. », voir « Baby J. » par des fans un peu trop affectueux. Elle est parfois surnommée « The Amazon » depuis que l’origine de son nom de scène a été découverte par des fans curieux. Son pseudo est une référence directe à un oiseau typique de la Jamaïque, l’amazone verte (ou « Black-billed amazon » en anglais). Ce perroquet est d’ailleurs son logo officiel.
Elle a bien d’autres surnoms de la part de ses amis, mais se réserve le droit de les garder pour elle.

âge • 31ans

date et lieu de naissance • 25/12/1986 à Los Angeles

origine(s) familiale(s) • Du côté de son père, ses origines sont assez claires. Elle descend d’une famille afro-jamaïcaine. Ses grands-parents ont immigré aux Etats-Unis quand son père était encore enfant, pour s’installer en Californie. Du côté de sa mère, ses origines familiales sont plus mélangées, sa mère étant elle-même métissée afro-américaine, mexicaine et caucasienne. June est cependant enregistrée officiellement comme afro-américaine sur sa carte d’identité.

orientation sexuelle • Bisexuelle.

statut civil • Officiellement célibataire. Elle entretient toutefois une liaison depuis environ 2 ans avec une personne mariée qu’elle ne nomme jamais.

métier/études • Chanteuse, parolière. Après plusieurs années de travail acharné, elle commence enfin à connaître le succès. Elle a développé un style mêlant rap, r’n’b, hip hop et quelques traces de musique jamaïcaine.

à los angeles depuis • 5 ans. Elle est partie de L.A. dans son adolescence, et elle est revenue s’y installée en février 2013.

groupe • Love is love

Histoire
Track #1 – Ghetto Song: from Compton to Bronzeville •
Compton, banlieue de Los Angeles.
Ville en sang, ville en feu, June y fit ses premiers pas, y apprit ses premiers mots.
Ni jamaïcaine, ni afro-américaine, elle y versa ses premières larmes. Son voisin d’en face vendait des armes. Elle vivait sous la surveillance des patrouilles de police, ne quittait pas sa maison seule, craignait autant les lames que les balles.
Elle y resta quinze ans.
Quinze longues années, où elle apprit sa différence. Ni jamaïcaine, ni afro-américaine, minorité au sein de son ghetto ; elle se fit des amis latinos, mais ne fut jamais réellement intégrée. Minorité parmi la minorité, elle apprit à taire sa différence. Elle apprit l’assimilation. Elle apprit à écrire ; poèmes perdues au fond d’un cahier, rapidement transformés. Paroles rappées dans le silence de sa solitude.
Et pourtant, elle traversait la rue la tête haute pour trouver le fils du voisin, un latino, son premier amour.
Elle avait 12 ans.
Elle avait la peau aussi claire que lui, et il l’avait acceptée dans sa différence.
Il avait accepté son regard, ni bleu, ni noir.
Il lui avait enseigné ses premiers baisers.
Ses premiers effrois.
A l’abris d’une chambre, ils avaient entendus les cris, les coups de feu.
Elle avait 14 ans.
Elle devint témoin, découvrit la peur.
Le ghetto s’était gravé dans sa chaire.
Elle sortait de chez elle accompagnée de ses frères, grandissait trop vite.
Akoni avait deux ans de moins qu’elle ; il était au collège, jeune caïd, repéré par les plus vieux. Elle essaya de le prendre sous son aile, de l’éloigner de ces autres jeunes qui, eux aussi, avaient grandi trop vite. Leurs mains connaissaient le poids des armes, et elle découvrait le poids des mots.
Elle avait 15 ans.
Shamar suivait les pas d’Akoni.
Deux cadets sous sa protection ; June se tourna vers ses parents.
Elle essayait de construire son avenir mais perdait son temps à couvrir ses frères. Alors elle les trahit ; elle expliqua à son père qu’Akoni commençait à dealer, que Shamar apprenait à voler.
Les parents décidèrent de quitter Compton.
De Compton à Bronzeville, ils déménagèrent en quête d’un avenir meilleur.


Track #2 – Ain’t no school for niggas •
Bronzeville, banlieue noire de Chicago.
Nouveau départ, nouveau ghetto.
A l’aide de ses rimes, June arpente une voie nouvelle. Elle obtient une bourse, rejoint cette cour royale, cette cour de blancs. Minorité parmi la majorité, elle ne se laisse pas écraser. Elle traverse les couloirs le front haut, assume ses origines sociales, son accent, sa couleur de peau. Elle ne parle pas comme eux, elle ne marche pas comme eux. Elle avance seule dans un monde étincelant.
Elle porte ses écouteurs, elle écoute Eminem, Dr. Dre, 2Pac, The Notorious B.IG. Elle écoute Missy Elliott, Eric B., Mobb Deep. Elle écoute Snoop Dogg.
Elle rappe leurs mots, écrit ses maux.
A Chicago, elle apprend l’amour et l’amitié. Elle apprend aussi le racisme et la perte de dignité.
Elle a deux dons : ses mots et sa voix. Alors elle se tient bien droite, elle monte sur scène, elle affronte le regard des autres, elle leur dit ses maux, leur chante ses mots. Elle prend des cours de chants, elle avance, tout en regardant derrière elle.
Akoni, Shamar, et bientôt Jevaun et Tamila aussi.
Quatre cadets, qui grandissent comme elle dans le ghetto. Qui se battent comme elle pour sortir du ghetto. Alors elle essaye de s’intégrer. Elle lie de nouvelles amitiés, elle se cherche une identité ; ni noire, ni latina, elle a baissé son bouclier.
Elle a 17 ans, elle continue d’expérimenter.
Elle rencontre ce garçon, beau et blanc.
Son nom, elle le taira à jamais, parce que tout a dérapé, l’a laissée le cœur brisé.
Un soir, elle téléphone à sa meilleure amie. La seule personne vers qui elle peut encore se tourner. Elle ne cache pas ses pleurs et sa peine.
Un enfant.
Elle a 17 ans, elle est à l’aube de sa vie, elle gère déjà tant.
Elle ne peut pas garder l’enfant.
Elle bafoue sa religion, elle renie l’éthique de ses parents.
Elle ajoute un nouveau mot à ses maux : avortement.
Elle ravale ses larmes, elle relève le menton.
Elle apprend la vie.
Elle prend une vie.

Track #3 – Sweet n’ Salty •
Nouveau chapitre, nouvelle mélodie.
June a 20 ans.
Elle a appris la vie, elle maîtrise ses mots. Elle chante avec ses amis, elle a quitté la maison de ses parents. Elle travaille de jour comme de nuit. Serveuse dans un diner un jour, barista le lendemain. Elle travaille sa plume, aiguise ses rimes. Elle vit toujours dans un ghetto. Elle découvre la guitare, compose ses rythmes, verts, noirs et rouges, couleurs de la Jamaïque.
Elle est plus heureuse, elle s’épanouit dans sa musique même si le succès ne suit pas. Elle redécouvre la vie. Elle vit ses premières aventures avec des femmes, s’engage dans des mouvements pour l’égalité raciale aux Etats-Unis.
Elle se découvre militante, la tête haute, le regard fixé vers l’avenir. Elle délaisse ses rimes, emploie ses mots autrement. Elle manifeste, elle écrit des manifestes.
Elle défend sa différence, elle relève son bouclier. Elle continue d’avancer.
Elle se heurte à une nouvelle barrière : la loi et l’autorité.
Elle poursuit son ascension, mais elle touche les bas-fonds.
Elle découvre les gardes à vues, craint la prison.
Elle écoute Jay-Z, Shyne, Atmosphere.
Elle rappe Emanon, elle chante Nelly, Usher, Chris Brown.
Femme, noire et LGBT, elle s’affirme minorité de la minorité.
A l’aube de l’âge adulte, elle cherche l’émancipation, mais elle regarde toujours en arrière.
Akoni et Shamar côtoient les gangs. Elle les imagine déjà en prison.
Elle s’inquiète pour Jevaun et Tamila. Elle renonce à ses rêves de succès pour aider sa jeune sœur à sortir du ghetto. Elle aide ses parents à payer son éducation.
Elle rêve d’évasion, revient à la musique.

Track #4 – God’s Mercy •
Enfin, June quitte son ghetto.
Elle s’est reconstruite à travers le militantisme. Elle défend les droits des noirs, les droits des femmes, les droits de la communauté LGBT. Afro-américaine, jamaïcaine, bisexuelle, elle décide de rompre avec sa jeunesse brisée. Elle a fait ses premiers pas sur la scène de l’Illinois, elle rêve de Californie.
Elle emmène avec elle son plus jeune frère et sa plus jeune sœur, avec la bénédiction de ses parents. Ils espéraient offrir à leurs enfants un avenir meilleur, ils acceptèrent de confier à June la charge des deux derniers. Ils avaient foi en sa voix d’ange, en la subtilité de ses vers, en la hargne qui habitait son cœur.
Elle avait gardé la tête haute, elle commençait à se faire un nom.
Black-billed J., jamaïcaine et afro-américaine.
Elle commençait à avoir du succès sur le net. Elle avait été contactée par des producteurs, on voulait lui présenter ses idoles. Elle était encore loin de 50 Cent ou Timbaland.
Pourtant, ses mots et ses mélodies s’accompagnaient d’un nouveau beat. La rythmique de la guitare avait trouvé sa ligne de basse, la profondeur d’une batterie. Son micro lui ouvrait de nouvelles portes. Elle laissait derrière elle la violence, débarqua en Californie la tête pleine de rêves.
L’ascension fut trop rapide elle perdit ses illusions.
Période noire.
Elle essaya le shit, la cocaïne, l’héroïne.
La course au succès avait son prix.
Elle y perdit des amis, elle y perdit sa dignité.
Période sombre, dont elle finit par se relever.

Track #5 – Glory ain’t for the weak •
Black-billed J., Baby Jay.
C’est ici que sa future vie commença.
Après un séjour en désintoxication, elle revint sur la scène, la tête haute, le dos droit.
Elle avait surmonté les épreuves.
Elle vivait toujours avec son frère et sa sœur, dans une petite maison d’un quartier noir de Los Angeles. Elle était en paix avec elle-même, trouva les mots justes, ceux qui lui avaient permis de surmonter ses maux. Elle découvrit le succès.
Elle signa son premier contrat avec un gros label. Elle partie en tournée dans les Etats-Unis, rencontra l’euphorie des fans et affronta fièrement ses détracteurs. Elle chantait pour les minorités : LGBT, femmes, noirs, latinos.
Ses mots étaient colorés de larmes et de sang, d’espoir et de courage aussi.
Alors elle cessa de regarder en arrière.
Akoni, Shamar, Jevaun et Tamila.
Elle les laissa trouver leur voie et faire leur vie.
Continua de les porter dans son cœur, mais comprit qu’elle ne pouvait porter leur fardeau pour eux.
Elle était prête à avancer dans sa vie.

Hors-jeu
PSEUDO/PRÉNOM • Anne So.
ÂGE • Toujours 26 ans
PAYS/RÉGION • Capitale du vin, France.
COMMENT AS-TU DÉCOUVERT LE FORUM • DC.
POURQUOI T’ES TU INSCRIT(E) • DC.
TON PERSONNAGE EST UN • Scénario de @Eirlys Mackintosh
AUTRES COMPTES • @Emily J. Sullivan
LE PETIT MOT DE LA FIN • Jvous aime
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Invité
June Stewart - Life ain't a rap song
Sam 15 Sep - 15:05
Owi, June Pour ma part je valide totalement
Revenir en haut Aller en bas
avatar
BUT PEOPLE ARE OCEANS. YOU CANNOT KNOW THEM BY THEIR SURFACE.

• âge : 53
• côté ♥ : La solitude pour réchauffer ses draps. Le coeur solitaire qui tente désespérément de trouver un écho. Les prunelles parcelles de ciel qui lui sourient et la charment dangereusement.
• orientation : Les désirs qu'elle ignore, les doutes qui la poursuivent et ne cessent de venir chercher son regard fuyant.
• occupation : PDG d'une entreprise de cyber-sécurité, conférencière et intervenante à UCLA. Photographe pour son plaisir personnel lorsqu'elle se dégage un peu de temps libre.
• quartier : Silverlake, n°512 -un loft tout juste rénové.
• avatar : Robin Wright.
• crédits : LipsLikeAMorphine (avatar), kat (signature).
• messages : 182
June Stewart - Life ain't a rap song
Sam 15 Sep - 15:36
Quelle fichette. Wow quoi.
J'suis pas (encore ) avec la bonne tête mais rebienvenue à la maison and have fun avec ta belle !

_________________






Your eyes hold everything my soul thirsts for.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Most Cutest


• âge : 27
• côté ♥ : En couple <3
• orientation : Riverophile (mais bi, plus généralement)
• occupation : Etudiante/TA ; scénariste pour The Rift
• quartier : Westside
• avatar : Sarah Bolger
• crédits : Kyo
• messages : 180
June Stewart - Life ain't a rap song
Sam 15 Sep - 15:51
Contente qu'elle te plaise n.n
J'ai hâte que tu arrives avec la tienne
Revenir en haut Aller en bas
avatar
R O A R


• âge : 36
• côté ♥ : le célibat lui colle à la peau
• orientation : hétéro pur et dur
• occupation : marin-pêcheur
• quartier : n° 80, garage réhabilité, downtown l.a - silverlake en coloc'
• avatar : Charlie Hot Hunnam
• crédits : morrigan | gifs : tumblr + me | miss pie + dean lewis - waves
• messages : 218
June Stewart - Life ain't a rap song
Sam 15 Sep - 16:40
re bienvenue
et puis Antonia

_________________


there is a swelling storm and i'm caught up in the middle of it all

Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 25
• côté ♥ : il est célibataire depuis sa sortie de prison, mais il a du mal à tourner la page. alors il fait semblant d'être toujours en couple auprès de sa famille.
• orientation : il est hétérosexuel lorsqu’il est lui-même, homosexuelle lorsqu’il est l’autre. cette jeune femme pour laquelle il se fait passer sur un fameux site de rencontre.
• occupation : il fait des études de commerce par correspondance, en guise de cours du soir, mais passe la plus grande partie de son temps à être serveur dans un restaurant miteux.
• avatar : diego barrueco.
• crédits : croco (avatar), loudsilence (crackship).
• messages : 500
June Stewart - Life ain't a rap song
Sam 15 Sep - 19:19
bienvenue sur GITA



je vais commencer par te souhaiter rebienvenue hein (c'est ça quand on arrive avec des fiches toutes faites, les gens n'ont le temps de rien dire) j'ai beaucoup aimé lire cette fiche, le jeu de mots constant entre "mot" et "maux" était super poétique, même si l'ensemble de la fiche n'était pas mal non plus dans le genre poétique et puisque ça va à eirlys, je ne peux que te valider

Il est venu maintenant le grand moment ! Celui de t’installer convenablement parmi nous Tu peux déjà commencer par vérifier que ton avatar ainsi que ton prénom & nom ont bien été recensés. Laisse-nous le temps de le faire quand même mais n’hésite pas à nous signaler un oubli. Tu peux ensuite aller recenser ton métier et logement ainsi que créer ta fiche de liens pour te faire des ami(e)s ou autres. Tu peux également faire un détour par le sujet de recherche de partenaire de rp afin de rapidement te lancer sur le forum !
Sur Glitter In The Air, tu trouveras en exclusivité une application, The Chart pour faire de nouvelles rencontres. N’hésite pas à poster ton profil et à aller espionner ceux des autres ! Pour avoir quelques informations supplémentaires, n'hésite pas à aller faire un tour sur le descriptif de los angeles et pour te repérer sur le forum, voici les lieux qui s'y trouvent Le sujet des trucs et astuces peut t'aider à agrémenter tes rps une fois le bon lieu trouvé.
Et puis il y a bien sur l’inévitable zone de flood pour venir te détendre. N'hésite pas à te joindre aux autres pour lancer les dés afin de découvrir un thème d'avatar et participer au fil rouge. Si tu as besoin de quoi que ce soit, sache que nous sommes là pour te venir en aide. Les administratrices de GITA se joignent aux membres pour te souhaiter une bonne aventure chez nous !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Invité
June Stewart - Life ain't a rap song
Sam 15 Sep - 22:42
re bienvenue à toi
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 36
• côté ♥ : En couple, bien que ce soit incertain...
• orientation : Homosexuel.
• occupation : Il est photographe professionnel. Il voyage beaucoup afin d'alimenter un blog qu'il tient depuis de nombreuses années.
• quartier : Un appartement dans un immeuble huppé de Beverly Hills.
• avatar : Eddie Redmayne.
• crédits : Freesia (avatar)
• messages : 374
June Stewart - Life ain't a rap song
Lun 17 Sep - 19:11
Ce beau personnage, tu écris vraiment en tout cas
Bravo pour la validation
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
June Stewart - Life ain't a rap song
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

glitter in the air ::  :: registered users :: fiches validées+