Once upon a time, the masks fell off [River/Emily]

 ::  :: center l.a. :: hollywood studios
avatar


• âge : 34
• côté ♥ : Son coeur a été ravi par la si parfaite Emily
• orientation : Bisexuelle
• occupation : Comic artist, réalisatrice, scénariste
• quartier : Beverly Hills
• avatar : Dichen Lachman
• crédits : santhieen
• messages : 228
Once upon a time, the masks fell off [River/Emily]
Lun 27 Aoû - 3:15
Vendredi 28 Septembre 2018

River regardait l’e-mail qu’elle avait fini de rédigé quelques minutes plus tôt ; son regard parcourait les lignes, naviguant d’un mot à un autre pour s’assurer que tout était parfaitement formulé. Après une cinquième relecture, elle se décida enfin à l’envoyer. Il était dix heures quand elle cliqua sur le bouton, et cette même heure quand Emily reçut sa convocation pour ce midi – Terry étant bien sûr mit en copie du mail pour qu’il puisse le prendre en compte. Ses yeux naviguèrent jusqu’à l’open space où se trouvait la brune pour observer sa réaction de loin et elle inspira profondément. Depuis quelques temps Emily ne semblait pas être elle-même. Elle était souvent ailleurs et faisait preuve d’un manque de réactivité qui frôlait l’insubordination. River savait qu’elle travaillait beaucoup et qu’elle avait peu de temps pour elle, surtout avec la fac à côté, mais ce n’était pas une raison, et il fallait qu’elle ait une discussion avec elle. C’était une tâche qu’elle aurait très volontiers délégué à Evangeline, après tout c’était elle la médiatrice, mais elle se sentait responsable d’Emily, d’autant qu’elle était assignée spécifiquement à son équipe.
Elle grogna et se laissa aller au fond de son fauteuil pour fermer les yeux cinq minutes. Elle aurait aimé s’allonger sur son canapé, mais elle n’en avait pas le temps malheureusement, quelque chose que le destin décida de lui rappeler en faisant vibrer son téléphone. C’était un appel du régisseur général. Cela faisait plus de deux semaines que River essayait de négocier pour que les séquences de la série supposées se situer dans un lycée se fassent au studio, en environnement contrôlé, mais il continuait de dire que ce serait loin d’être idéal. Un lycée ça ne se construisait pas comme ça, c’était toujours mieux de le faire en terrain réel. Et puis ça coûté beaucoup moins cher.
Elle décrocha tout de même, espérant avoir de bonnes nouvelles. Ce ne fut malheureusement pas le cas. Il essaya de nouveau de convaincre River d’accepter de filmer dans le lycée qu’ils allaient visiter le week-end prochain afin d’établir une base de travail et de savoir exactement comment travailler une fois sur place, sans parler de visiter les environs. Elle pinça les lèvres, tenta à son tour de raisonner, mais elle savait qu’il avait raison. Finalement il lui proposa de passer ce midi pour en discuter réellement, avec elle et avec le co-producteur de la série. Stressée par toute cette histoire et surtout la perspective de devoir remettre les pieds dans un lycée, elle accepta sans réfléchir, ne se rendant compte qu’à ce moment là qu’elle avait déjà demandé à Emily de la retrouver ce midi.
Après s’être levée pour faire les cent pas durant la discussion – un indicateur très clair de son niveau de stress – elle retourna s’installer dans son fauteuil. Elle devait absolument trouver un moyen de les convaincre avant ce midi.

Un peu avant que midi n’arrive, River se leva de son fauteuil et rejoignit le bureau de Terry situé juste à l’extérieur du sien. Elle pencha le haut du corps par la porte, et attira rapidement son attention.
« Terry, I need you to tell Emily I won’t be able to receive her before lunch, the location manager and producer are coming to discuss. Tell her to join me around seven this evening. »
« Yes Ma’am, » dit-il pour plaisanter, avec un faux salut miitaire.
Elle leva les yeux au ciel mais le gratifia d’un « Thanks » avant de retourner dans son bureau. Elle avait encore quelques fichiers à transférer sur sa tablette.
Terry se leva de son bureau et se dirigea vers celui d’Emily d’un pas mesuré et calme. Il avait bien remarqué l’agitation qui régnait dans la caboche d’Emily depuis quelques temps, et il savait tout de ce qu’il s’était passé avec Tyler. Comme quoi, le travail ce n’était pas si différent du lycée par moment.  Il s’arrêta pour prendre un café toutefois et le lui apporter, posant la tasse sur son bureau avant de tourner la hanse dans sa direction.
« Hi Emily. I come by to tell you that River won’t be able to make it to your appointment, but she wants to report it to seven tonight. So, now that my owl job is done, do you want to get lunch with me ? I don’t think I’ll have to take care of the one for River before at least an hour, if I have to at all. What do you say ? »
Ces derniers temps il n’était pas rare que River saute le repas du midi. Elle devait toujours courir partout, avait des rendez-vous à ne plus savoir quoi en faire et devait en plus gérer les équipes et les fins de casting. Elle avait rarement plus d’une seconde pour elle, d’autant plus qu’elle essayait de finir ses journée assez tôt car elle avait Andrew avec elle.

Les rendez-vous s’enchainèrent ensuite et River eut tout juste le temps d’avaler une barre de céréales accompagnée d’une pomme pour ne pas complètement s’effondrer au milieu de la journée. Le café fut son meilleur ami, et alors que le soleil tombait dans la mer au loin, elle rédigeait encore des notices pour la seconde équipe de réalisation sur les partie de script qu’ils auraient à gérer. D’assez mauvaise humeur à cause de la décision finale de la localisation du tournage dans le lycée, River avait passé une bonne partie de son après-midi à courir après ceux qui n’avaient toujours pas rendu tel ou tel morceau de script pour compléter pour de bon la première saison, avant qu’ils ne doivent de nouveau complètement modifier certains passages à cause des limites de la production. Enfin elle termina son travail de la journée et envoya les modification à Evangeline.
Elle regarda l’open space longuement après ça, jusqu’à ce qu’elle se décide à se lever et à aller ouvrir la porte de son bureau. Les postes de travail étaient quasiment tous inoccupés, sauf quelques-uns où River apercevait plus les lumières qu’autre chose. Le seul où elle voyait encore si la personne était là où non était Emily, et elle était bien présente, et ce malgré le fait que River l’ait fait attendre une demi-heure de plus par rapport à 19 heures.
« Emily ? I’m sorry for the wait. Can you come into my office now ? »
Sa voix était étonnamment douce, fatiguée peut-être serait plus juste, quand elle l’appela. Elle attendit qu’elle la rejoigne jusqu’à la porte et s’écarta pour la laisser passer et fermer derrière elle. Dans un geste de la main, elle l’invita à rejoindre le canapé cette fois-ci avant de s’y asseoir elle-même. Elle croisa les jambes et se tourna vers elle une fois qu’elle fut installée.
« Today was a bit of a crazy. Again, I’m sorry for before lunch. I couldn’t get out of this one and it was kind of a last minute meeting. But now we’re here, so we can talk about what I asked you to came here for. » River posa une main sur son propre genou et lissa son jean qui était déjà parfaitement à plat. Elle observait Emily et ses reactions, à la recherche d’indices sur ce qui pourrait clocher. « Can you tell me why you think I asked you here ? »
River n’avait rien précisé de particulier dans son mail sur le pourquoi du comment, ne voulant pas particulièrement alarmer Emily – une technique connue pour son efficacité –, Terry, lui, en avait peut-être parlé si elle était allé déjeuner avec lui. Pour sa part, River voulait surtout voir ce que la brune qui attirait tant son regard allait bien pouvoir lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Most Cutest


• âge : 27
• côté ♥ : En couple <3
• orientation : Riverophile (mais bi, plus généralement)
• occupation : Etudiante/TA ; scénariste pour The Rift
• quartier : Westside
• avatar : Sarah Bolger
• crédits : Kyo
• messages : 173
Once upon a time, the masks fell off [River/Emily]
Lun 27 Aoû - 10:28
Ce matin, l’ambiance au bureau était plutôt calme pour la plupart des scénaristes qui avaient tenu leur deadline. Emily faisait partie de ceux-ci. Elle était indifférente aux deux ou trois collègues autour d’elle qui tapaient frénétiquement sur le clavier, soupiraient lourdement, demandait à leurs voisins s’ils avaient un commentaire à faire en leur tendant un brouillon fraîchement imprimé.
Bien plus loin, elle pouvait voir Tyler se décomposer à mesure qu’il avançait. Emily se tapota distraitement la joue en l’observant, avant de tourner la tête vers le bureau de River, avant de vérifier l’heure. Il était à peine 9h30 ; et en toute honnêteté, Emily n’avait pas besoin d’être présente aussi tôt aujourd’hui. Elle passait même, de façon assez surprenante, plus de temps au bureau que nécessaire.
Elle reporta son attention sur son écran, qu’elle avait divisé en deux. D’un côté, elle avait un œil sur sa boîte mail ; de l’autre, elle essayait de lire les devoirs que le Professeur Greene lui avait envoyés pour correction. Malheureusement, elle manquait cruellement de concentration et avançait à une lenteur affligeante. Elle attrapa sa tasse de café, grimaça un peu en sentant l’amertume du café. Elle avait troqué son habituel Latte pour un café noir, très sucré, en espérant que cela lui donnerait un peu plus d’énergie, et elle regrettait cette décision à chaque gorgée.

En quelques semaines, la situation d’Emily avait beaucoup changé. Elle savait depuis le début de son contrat que tenir deux emplois et un doctorat en parallèle serait éprouvant ; elle avait cependant sous-estimé l’ardeur de la tâche. Son sens de l’éthique l’incitait à sacrifier ses heures de sommeil pour terminer son travail suffisamment en avance, pour préserver à côté un minimum de vie sociale – que ce soit avec les collègues, de nouveaux amis, ou sa colocataire Megan, avec qui elle avait tissé une relation plus étroite qu’elle n’aurait imaginé.
Elle n’avait également pas pris en compte dans la balance le poids de ses émotions contradictoires.
Les rumeurs autour de River et elle avaient battu leur plein pendant plusieurs jours ; et après avoir essuyé la mauvaise humeur de River, elle avait dû faire face à celle de Tyler qui lui en voulait, pour une raison qu’il avait avoué plus tard : Emily lui plaisait beaucoup et il voulait l’emmener en rendez-vous.
Un first date, qui ne l’engageait à rien.
Emily avait sauté l’occasion pour couper les rumeurs, sans doute aussi pour obtenir une réaction de la part d’une River maîtresse en l’art de prétendre qu’il n’y avait rien, n’y avait jamais rien eu, et n’y aurait jamais rien entre elles. Une partie d’elle admirait ce professionnalisme ; une autre la détestait pour cela.
Et quelle ne fut pas sa déception quand elle constata que River semblait parfaitement indifférente au fait que les deux jeunes scénaristes, en plus d’avoir partagé un rendez-vous, filtraient sans forcément se dissimuler pendant leurs pauses – quelque chose pour lequel, Emily se détestait de plus en plus.
En bref, depuis quelques jours, le sourire de Ms Sullivan s’était très nettement terni, et si elle semblait passer un nombre croissant d’heure sur son lieu de travail, sa mine ne faisait que s’assombrir, ainsi que son humeur, désormais bien moins joviale que d’ordinaire.

Elle était en train d’ajouter un commentaire un peu trop cinglant sur la copie qu’elle lisait lorsque son œil fut attiré par une mise à jour de sa boîte mail. Elle se redressa sur son siège, subitement tendue alors qu’elle avisait l’objet de l’email.
Elle commença à tourner la tête vers le bureau de River, comme pour chercher son regard, puis se ravisa. Elle s’était promis de ne plus avoir de comportement ambigu et de ne pas la remettre dans une position inconfortable. Elle suivit du regard les mots d’une froideur toute professionnelle et se frotta nerveusement l’avant-bras, se laissa aller contre son dossier, visiblement contrariée de la convocation.
Ou plutôt inquiète, mais les deux émotions se superposaient, ces derniers temps.
Elle tapa une réponse rapide, pour confirmer qu’elle y serait, puis referma la boîte mail et partit faire un tour dans les locaux pour s’empêcher d’aller tout de suite dans le bureau de River.
Pourquoi la convoquer ?
Elle avait bien sa petite idée. Soit elle était vraiment peu satisfaite de son travail récemment et comptait lui remonter les bretelles, soit cela avait à voir avec son attitude. Après tout, elle n’était pas idiote, elle réalisait très bien qu’en refusant de participer activement aux réunions de travail, ou en s’irritant de façon irrationnelle contre ses collègues, elle nuisait au bon fonctionnement de l’équipe. Sa mauvaise humeur n’était pas dirigée contre River seule, et il est probable qu’elle ait reçu des plaintes ; ou pas.
Elle n’était pas vraiment sûre.
Les minutes s’écoulèrent avec une lenteur infinie jusqu’à midi ; autant dire qu’elle accueillit avec une certaine déception Terry qui lui annonça le report de leur rendez-vous, et accepta son invitation volontiers. Elle avait attrapé sa lunchbox en moins de temps qu’il ne fallait pour dire ouf, et l’avait suivi dans un coin tranquille pour pouvoir déjeuner et discuter, d’abord de trivialités, puis du rendez-vous qui tracassait la jeune femme.
Elle n’obtint guère plus du motif de la convocation que ce qu’elle avait deviné : son changement d’attitude récent posait problème. Elle aurait pu essayer d’interroger l’assistant, mais elle avait compris que Terry appréciait qu’on le fréquente pour lui-même davantage que pour sa position ; alors par considération, elle préféra discuter avec lui de sujets plus triviaux – comme se plaindre de la dernière bourde de Tyler et la bêtise des étudiants d’aujourd’hui, afin de permettre au garçon de la divertir de son humour noir.

La distraction la remit d’une humeur décente, et elle finit par quitter le bureau pour travailler à la fac, ne revint qu’une heure ou deux avant son rendez-vous. A l’heure dite, elle s’approcha de la porte du bureau, mais un coup d’œil à travers la vitre l’informa que River était manifestement trop occupée pour la recevoir immédiatement.
Elle abaissa la main qu’elle avait levée pour toquer à la porte et décida d’aller attendre à son bureau qu’elle vienne la chercher. Une demi-heure qui fut plus que suffisante pour ramener l’humeur maussade de la jeune femme, qui fut incapable de s’occuper intelligemment. Elle se rongeait nerveusement un ongle quand elle entendit son nom.
Un peu brusquement, elle retira son doigt de sa bouche et se leva, manquant de trébucher contre les pieds de son siège. Elle se rattrapa de peu à son bureau, et elle se hâta, non sans répondre un « Sure, be right there » pressé.
Elle sentit ses joues chauffer quand elle passa devant River, bien plus nerveuse qu’elle ne l’aurait souhaité. Elle déglutit difficilement en l’entendant fermer la porte, incroyablement mal à l’aise, enfermée en tête à tête dans un bureau dont la taille inviterait plutôt à la détente.
Son rythme cardiaque s’était accéléré, et battait presque à en faire mal.
Pourtant, Emily resta digne et alla s’asseoir sur le canapé qu’on lui désignait. Elle s’assit un peu trop au bord, le dos raide, ce qui donnait l’impression qu’elle n’attendrait déjà que la seconde où elle pourrait s’enfuir. Elle tira nerveusement sur son chemisier bleu, épousseta son pantalon noir, puis vint poser ses mains, serrées en deux poings, sur ses genoux serrés.
Elle ne répondit pas aux excuses, consciente qu’il ne s’agissait probablement que d’une politesse qui lui était faite – après tout, River ne devait rien à personne – et attendit de voir où elle allait mener la discussion.
Elle serra un peu plus les poings à la question, et se força difficilement à lever les yeux vers River. Elle se savait clairement en faute, et elle devinait très bien la stratégie de l’asiatique. Le problème était de savoir comment réagir intelligemment, sans aggraver la situation, et sans pour autant s’exposer à un regain de gentillesse de la part de la trentenaire.
Car il fallait reconnaître que depuis leur conversation téléphonique, Emily avait du mal à oublier le ton de sa voix avant qu’elles n’aient raccroché.
Aussi, aucune réponse ne sortit immédiatement. Elle ouvrit la bouche dans une tentative de réponse, mais les mots restèrent coincés dans une gorge bloquée par les émotions de la scénariste. Il lui fallut une seconde tentative pour qu’enfin sa voix se fasse entendre.
« I’ve respected all my deadlines, and you seemed satisfied with my writings, so I guess it has to do with… » Elle s’interrompit, détourna le regard alors que sa honte devenait palpable. « … with my late behavior. »
Après tout, pas plus tard que la veille, elle lui avait déclaré en pleine réunion de brainstorming que l’exercice avait peu d’intérêt, dans la mesure où elle savait ce qu’elle voulait faire de l’histoire et n’avait pas besoin de l’avis de son équipe pour donner une orientation tout à fait potable à son histoire.
Elle se racla la gorge nerveusement, desserra un poing pour se gratter nerveusement l’avant-bras, indifférente aux griffures rouges qui commençait à couvrir d’anciennes cicatrices, à peine visibles.
Elle inspira, évitant toujours le regard de River.
Elle n’avait pas la force de volonté de l’affronter directement.
Pas ce soir.
« If that’s what you want to talk about, there’s really no need to, » observa-t-elle alors, d’une voix tendue. « I’m aware of the issue and workin’ on it. » Elle eut un regard furtif vers la porte, puis vers River, et à nouveau vers la porte.
Elle n’avait vraiment pas envie d’être là.
« There’s not much else to say about it, » ajouta-t-elle.
Et à défaut de regarder River, elle posa les yeux sur la main étendue sur son genou, sans vraiment la voir.
Elle était fatiguée et voulait rentrer chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 34
• côté ♥ : Son coeur a été ravi par la si parfaite Emily
• orientation : Bisexuelle
• occupation : Comic artist, réalisatrice, scénariste
• quartier : Beverly Hills
• avatar : Dichen Lachman
• crédits : santhieen
• messages : 228
Once upon a time, the masks fell off [River/Emily]
Lun 27 Aoû - 11:42
Evidemment qu’Emily manqua de trébucher. Après tout sa dernière vraie bourde remontait au virus étant venu infecter son ordinateur et qui avait créé un léger vent de panique chez la direction, par crainte que des informations ne fuitent. Le département informatique était parvenu à réparer ça en moins d’une heure, mais avait restreint les accès de la jeune femme d’autant plus que ce qu’elles étaient déjà. Tout dans son attitude criait que quelque chose clochait, que quelque chose n’allait pas, et River s’en inquiétait plus que de raison. Plus qu’au-delà de ses responsabilités.
Son regard parcourut la silhouette assise à ses côtés, celle tendue, celle dont les poings étaient serrés alors que quelques semaines plus tôt elles dînaient ensemble et dansaient ensemble. River se demandait si elle aurait pu changer le cours des choses, et surtout si elle aurait voulu le faire. Certes aujourd’hui la situation était difficile – très difficile avec Tyler qui passait son temps à tourner autour d’Emily et à prévoir leur second rendez-vous dans l’espoir qu’il soit aussi merveilleux que le premier, sans même parler des petits mots qu’il tentait de lui faire passer avec la discrétion d’un pachyderme nouveau-né comme s’il était encore au lycée – mais River avait pu effleurer quelque chose qui lui manquer. Et elle commençait à se dire que peut-être elle devrait commencer à chercher quelqu’un.
Son cœur évidemment lui criait qu’elle n’avait pas besoin de chercher plus loin que le canapé sur lequel elle était assise, mais son esprit lui rappelait que non, ce n’était pas possible. Outre la différence d’âge, elles étaient collègues, elle ne pouvait pas imposer ça à Emily, qui maintenant avait Tyler en plus. Et elle avait certainement plus besoin de ça qu’une trentenaire divorcée et mère.

Elle quitta ses mains et revint à son visage. Elle remarquait sans mal les cernes sous ses si jolis yeux qui la regardaient, mais ne dit rien. Elle la laissa répondre, elle était là pour écouter sa réponse, puis l’aider du mieux qu’elle pouvait à partir de là. En restant bien sûr professionnelle. En ne prenant pas sa main en la voyant échouer une première fois à répondre.
Enfin, sa voix se fit entendre. River hocha la tête lorsqu’elle parvint à sa conclusion sur son comportement. Sans doute Emily ne le remarqua pas, à cause du fait qu’elle détourna le regard, alors River ajouta à voix haute un « You’re right » bas, dans une voix dont la neutralité était infectée par son affection pour Emily.

River suivit le mouvement de sa main sans rien ajouter de plus. Le silence entre elles paraissait fait de plomb et même les lumières chaleureuses du bureau ne changeait rien. Le ciel violacé ressemblait plus ce soir à l’hématome qui reposait sur le cœur de la jeune femme dont la silhouette s’y découpait. River avança son poignet sur son genou et laissa sa main pendre dans le vide, comme prête à aller s’appuyer sur la peau d’Emily pour la rassurer qu’elle ne craignait rien, mais encore une fois, River s’en abstint. Son attitude criait plus une envie de fuir qu’une envie de contact avec elle.
« Sadly, I don’t think that’s all there is to say. As your superior, I have to ask you if there is anything you need to discuss, if anything happened to you, or if you’re unhappy with something that could have happened here. » Et en tant que supérieure, elle n’était pas supposée déjà avoir une idée nette par rapport au veritable inconfort d’Emily.
Mais elle savait.
Alors elle inspira profondément, et continua, sur un ton posé, très calme étonnamment. Peut-être que quelque part elle s’était résigné à ce que leur relation reste où elle en était. Deux collègues, même plus des amies si elles l’avaient vraiment été durant un court laps de temps. Elle ajusta sa position et inclina les jambes vers elle, posant sa main comme appui entre elle en se penchant légèrement dans sa direction. Pivoter vers elle les avait rapprochées, mais pas assez pour qu’elles puissent se toucher. En revanche, le regard de l’asiatique s’était fait plus coupable.
« I know that you’re mad at me, I get why, but you can’t just go around and lash out at other people, not even at me, not when everyone is around. And I can’t let people think I’m enabling you to do so. »
Elle baissa la tête, comme défaite, et poussa un soupire. Ses cheveux tombaient autour de son visage et elle dût les ramener en arrière quand elle redressa la tête, reposant ensuite sa main entre elles, peut-être un peu plus proche.
« Now, when you say you’ll come around the issue, I trust you, but I still have to ask if there is anything else, because you look really exhausted. Is everything going well with your doctorate ? Or is there… something else you might want to get off your chest ? »
Elle faisait cette fois-ci référence à Tyler et à la lourdeur de celui-ci. Elle était sortie avec lui une première fois, c’était vrai, mais l’agacement qu’elle témoignait parfois envers lui ne lui échappait pas. Aussi, Terry avait peut-être glissé deux mots à ce sujet à River après le déjeuner à ce sujet, afin de l’aider à mieux comprendre le comportement actuel d’Emily – ainsi que le reste des informations qu’il avait pu récolter auprès d’autres sources.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Most Cutest


• âge : 27
• côté ♥ : En couple <3
• orientation : Riverophile (mais bi, plus généralement)
• occupation : Etudiante/TA ; scénariste pour The Rift
• quartier : Westside
• avatar : Sarah Bolger
• crédits : Kyo
• messages : 173
Once upon a time, the masks fell off [River/Emily]
Lun 27 Aoû - 13:04
Emily ne retint pas une moue contrariée en voyant River insister. Elle n’arrivait pas particulièrement à fixer son regard où que ce soit, et la discussion prenait une tournure qui ne lui plaisait pas vraiment. Elle frémit au mot « supérieur », se rappelant d’un coup toutes les raisons pour lesquelles elle s’imposait ce flirt idiot avec Tyler, et elle s’enfonça les ongles dans la chaire par mégarde, se tendant plus que de mesure.
Elle gratifia River d’un regard un peu outré, clairement blessée de la voir tourner autour du pot alors qu’elle avait forcément une idée de la cause première de son changement d’attitude. Cela lui donnait presque envie de se lever, de poser sa lettre de démission, et de ne plus jamais adresser la parole à cette femme aux charmes bien trop nombreux.
Heureusement, Emily aimait bien trop ce travail pour le sacrifier à cause de contrariétés diverses qui s’accumulaient. Le changement de position de son interlocutrice attira son attention. Son regard cessa de parcourir la salle de façon aléatoire, pour se fixer sur la main entre elles, avant de remonter le bras, jusqu’au visage dont elle ne se lassait pas, pas moins marqué par la fatigue que le sien.
Elle sentit une nouvelle vague de culpabilité l’étouffer, d’autant plus qu’elle capta celle de River. Le poids dans sa poitrine s’alourdit et, paradoxalement, elle changea enfin d’attitude pour une position moins tendue. Son poing se relâcha, alors qu’elle sentait l’envie de venir prendre la main de River, de s’excuser, de lui garantir qu’elle n’était pas en colère contre elle – alors qu’elle l’était bel et bien, au fond.
Elle étendit un peu ses jambes, avançant son pied extérieur dans la direction de River, alors qu’elle captait inconsciemment le rapprochement bienveillant de sa cheffe. Elle se recula à peine pour trouver une position plus confortable et cessa de guetter frénétiquement la sortie, pour poser un regard triste sur River.
Elle n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait répondre.

Elle resta sans doute de longues secondes à l’observer, sans broncher, la mine indéchiffrable. Elle essayait de lire sur le visage de River une information qu’elle ne trouvait pas, de ses sourcils fins à la ligne un peu raide de son nez, c’était d’ailleurs sans doute ce qui lui donnait l’air si menaçant quand elle était sérieuse.
Elle ramena ses bras contre son torse, sans vraiment les croiser, plus dans un geste d’autoprotection qu’autre chose.
« Actually, there is plenty I’d like to unload my chest of, » répondit-elle, encore une fois sur le mauvais ton. Elle entendait sa voix passer ses lèvres, trop sèche, Presque agressive, là où elle voudrait simplement rester neutre et calme.
Elle ne comprenait pas comment River pouvait y arriver ; à moins qu’en effet, elle se soit planté sur toute la ligne et qu’elle ait imaginé une complicité inexistante.
« But as you said, you’re my superior, so there is really little that I could share with you on the matter, because that would either be inappropriate, or create more problems, or cause you to switch behavior again… »
Sa voix devint moins agressive, dévoilant l’angoisse sous-jacente provoquée par la situation.
Oui, River était la personne à qui elle voudrait confier un certain nombre de choses ; son irritation vis-à-vis de Tyler, qui attendait plus d’elle depuis leur rendez-vous, là où elle essayait juste d’empêcher la réputation de River d’être salie, son angoisse vis-à-vis d’un directeur de recherche assez méprisant, ses sentiments contradictoires – et surtout interdits – pour sa jolie cheffe…
Elle avait dénoué ses bras et comptait sur ses doigts à mesure qu’elle énumérait les raisons pour lesquelles ce rendez-vous lui paraissait totalement vain.
« …or put you in trouble, or I don’t know what else, because you’re a real headache sometimes. »
Et évidemment, le dérapage arriva, plein de reproches déplacés, étant donné leur situation.
La calme Emily n’avait décidément pas l’énergie de prétendre que tout allait bien, surtout pas dans cet environnement, le cocon de River elle-même, qui la rassurait autant qu’elle pouvait l’angoisser.
« My job is done in due time, I do not miss any meeting, and I probably clock in more hours than most of my peers, so of course I’m tired and angry. Half of the jackass who ain’t even able to respect a deadline don’t have a second job or any other responsibility, and they still think it’s okay to gossip around and.. and just… »
Elle eut un geste désignant l’open space, où les quelques âmes restantes étaient probablement les retardataires, puis laissa retomber sa main en même temps qu’elle ne terminait pas une pensée qui n’aboutissait nulle part.
Et elle sentit les larmes lui monter aux yeux encore quand elle accrocha au loin le poste de Tyler.
Idiot de Tyler, dont les messages et les attentions intempestives lui pesaient de plus en plus.
Elle secoua la tête tout en la baissant, comme pour dissimuler ses émotions et les chasser aussi loin que possible. Son bras droit était toujours solidement enroulé autour de son torse. Elle vint caler son coude contre sa main droite, se frotta le front de la main gauche, essayant de retrouver une compostion inscrite aux abonnés absents.
« Anyway don’t you have somewhere else to better spend your time ? » finit-elle par demander, revenant à sa position de départ.
Elle ne pouvait rien dire de ce qu’elle avait vraiment envie de partager ; elle avait l’impression qu’elle allait exploser à force de retenir ses contrariétés et ses sentiments. « I'd really rather go, » ajouta-t-elle d'une voix qui se brisait.
Elle s’en rendit compte et sentit à nouveau ses yeux se remplir de larmes qu’elle refusait encore de laisser couler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 34
• côté ♥ : Son coeur a été ravi par la si parfaite Emily
• orientation : Bisexuelle
• occupation : Comic artist, réalisatrice, scénariste
• quartier : Beverly Hills
• avatar : Dichen Lachman
• crédits : santhieen
• messages : 228
Once upon a time, the masks fell off [River/Emily]
Lun 27 Aoû - 14:20
Le silence se prolongea plus que River l’aurait voulu. Elles se regardaient et même si Emily semblait s’être à peine détendue, elle gardait une position défensive avec les bras autour d’elle. Elle pouvait lire la tristesse sur son visage, voulait y remédier, mais n’arrivait à se décider à le faire. Enfin Emily brisa le silence et un souffle que River ne savait même pas qu’elle retenait se libéra. Mais pas pour très longtemps.
Emily déclara en avoir gros sur le cœur, sèchement, et elle le ressentit comme une accusation qui la blessa plus qu’elle n’aurait voulu l’admettre. Elle n’était clairement pas le remède dont Emily avait besoin, et elle aurait dû la laisser partir, le dire de le faire même, mais elle ne lui en laissa pas le temps. Elle appuya au contraire sur le fait qu’elle ne devrait rien lui dire, compta même les points allant dans cette direction. Et River ne pouvait pas l’en blâmer. Toutefois à mesure que les points se déroulaient, elle sentit autre chose dans la voix de la jeune femme. Elle observa son visage, observa ses gestes, écouta ses mots. Elle se sentit coupable de nouveau et encore plus lorsque le reproche fit complètement jour.
Cette fois-ci l’accusation était réelle et c’était comme recevoir une claque. Elle inspira profondément. Elle avait voulu qu’Emily parler, et maintenant elle le faisait, alors elle allait assumer même si elle avait envie de protester. Elle n’était pas une migraine, elle essayait juste de rester professionnelle et prendre la bonne décision. Apparemment, son jugement n’était pas des meilleurs et des plus claires quand il s’agissait d’Emily.

Mais apparemment elle n’en voulait pas qu’à River, car bientôt elle s’en prenait à ses collègues retardataires, et ceux qui faisaient circuler des rumeurs. L’espace d’un instant elle se demanda ce qu’il se serait passé si personne ne les avait vu, si aucune rumeur n’avait commencé à circuler. C’était un scénario qu’elle avait déjà tourné et retourné dans son esprit à vrai dire, et elle dû lutter pour le renvoyer d’où il venait. River pencha la tête sur le côté et se décrocha du dossier du canapé en venant appuyer son coude contre le dossier, les sourcils à peine froncés quand elle crut voir ses yeux briller.
Non. Non, elle ne pouvait pas pleurer maintenant. Déjà au téléphone…
Sa respiration se fit plus difficile alors qu’une boule se coinçait dans sa gorge de la voir dans un tel état, car Emily avait beau essayer de le cacher, c’était trop tard. Elle décroisa les jambes, se rapprocha à peine, par instinct plus que vraiment autre chose. Le pire fut au moment où sa voix se brisa. Et à ce moment là River savait que le mieux serait de la laisser partir, la laisser panser ses plaies et se remettre, la laisser se reposer.
Alors River durcit son cœur déjà tant protégé, sans se soucier des fissures que ça agrandissait.

« I’ll let you go, Emily, if you want to, but before… » Elle marqua une pause pour contrôler sa voix qui commençait à se faire plus grave, à peine plus rauque aussi. Elle s’éclaircit la gorge et inspira profondément. « As you said, you work really well, so if you want to take a few days before this week-end, I would advise you to do so. » Elle faisait tout pour ignorer les larmes qui coulaient sur les joues d’Emily, vraiment. Elle ne voulait pas l’embarrasser plus que ce qu’elle devait déjà ressentir en cet instant, mais elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait pas juste la regarder pleurer sans rien dire et sans rien faire.
Elle réduit quasiment entièrement la distance qui les séparait en se glissant sur le canapé. Son bras passa sur le dossier derrière Emily et sa main vint se poser sur son poignet. Son geste de recule ne lui échappa pas, aussi elle retira sa main immédiatement pour ne pas empiéter au-delà de ce qu’Emily lui autorisait, malgré son envie de la toucher et de la prendre dans ses bras pour la rassurer.
« Emily, please. » Sa voix se faisait incroyablement douce, proche de celle qu’elle avait employé le soir du fameux appel. « I’m sorry you have to go through this, so sorry. » Et elle l’était, vraiment.
Mais ça ne changeait rien. Emily pleurait toujours, et restait là, et River avait beau tenter de ne pas se laisser aller à la peine qu’elle ressentait pour elle, le sentiment restait planté là.
« Em’, come on… »
Et elle attrapa sa main et laissa son bras glisser jusqu’à ses épaules pour l’attirer doucement contre elle, ramenant sa tête contre son épaule. Elle n’y arrivait pas, ça ne servait à rien d’insister. Emily l’avait si bien dit après tout : elle n’était pas faite pour avoir le cœur dur. Et le sentir battre si fort de peine pour Emily ; Elle ne voulait pas la voir souffrir, c’était tout ce que son esprit pouvoir accepter pour le moment.
« There… it’s okay. It’s going to be. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Most Cutest


• âge : 27
• côté ♥ : En couple <3
• orientation : Riverophile (mais bi, plus généralement)
• occupation : Etudiante/TA ; scénariste pour The Rift
• quartier : Westside
• avatar : Sarah Bolger
• crédits : Kyo
• messages : 173
Once upon a time, the masks fell off [River/Emily]
Lun 27 Aoû - 20:59
Déjà à deux doigts de s’effondrer, Emily n’eut pas besoin de plus qu’une phrase de River pour se mettre à pleurer à chaudes larmes. L’intonation de l’asiatique semblait lui dire qu’elle tenait à elle et voulait la garder auprès d’elle, mais elle la repoussait encore dans ses propos. La proposition venait d’une bonne intention ; lui permettre de récupérer, à un moment où il était évident qu’elle avait les nerfs à vif et une résistance sérieusement amoindrie.
Mais elle mésinterpréta la suggestion comme une façon pour River de l’éloigner pendant quelques jours. Elle ne lui offrait plus le « traitement Sullivan », comme elle l’avait dénommé ; alors elle choisissait une nouvelle approche pour la tenir à l’écart.
Une idée qui blessait Emily plus qu’elle n’aurait dû.
Elle s’essuya les joues à plusieurs reprises, comme si elle espérait effacer les larmes qui n’arrêtaient pas de couler, et elle évitait soigneusement de regarder en direction de River.
Elle n’avait vraiment pas prévu de s’effondrer ; sans quoi, elle aurait probablement évité le rendez-vous. Paradoxalement, maintenant qu’elle était en crise de larmes, elle n’arrivait pas à trouver la force de se décoller du canapé.
N’importe qui d’autre aurait été assis à côté d’elle, elle serait partie en s’excusant, quitte à revenir une fois calmée. Sauf qu’en cet instant, River était la plus à même de la calmer, même si ni l’une, ni l’autre n’en avait conscience.

D’ailleurs, c’est ce qui poussa Emily à esquiver quand elle sentit un contact sur son poignet. A ce moment seulement réalisa-t-elle que River s’était complètement rapprochée d’elle. Elle lui jeta un regard interloqué, incapable d’articuler le « what the hell are you doing ? » qui lui brûlait pourtant les lèvres.
Non pas qu’elle n’apprécie pas la présence de River, mais chaque fois qu’elle se laissait approcher de trop près, Emily avait un retour de bâton inattendu, et souvent bien regrettable. Elle secoua la tête avec agacement aux excuses de River, toujours incapable de répondre tant qu’elle n’avait pas calmée ses pleurs.
Incapable également de choisir entre s’en aller et rester, accepter d’être réconfortée par la personne la plus inappropriée qui soit pour cela, ou la repousser, se répandre en excuses plus tard.
Elle devrait peut-être démissionner, après tout. Elle ne faisait que causer du souci à River, même quand elle essayait de se montrer un peu moins timorée.
Si Adam voyait le résultat de son conseil…

La pensée fut effacée dès qu’Emily sentit le bras de River s’enrouler autour d’elle.
Elle eut un hoquet de surprise, mais n’eut aucun mouvement de recul cette fois. Le retour du diminutif ne lui avait pas échappé, et ses larmes redoublèrent alors qu’elle venait poser sa tête là où on la guidait, sur une épaule – certes un peu osseuse mais – d’une chaleur sans égal.
Elle serra la main qui avait attrapé la sienne, reconnaissante au fond que River ait franchi la barrière entre elles. Sans vraiment y réfléchir, elle tourna la tête pour dissimuler ses larmes contre le cou tendre de River.
Au lieu de la calmer, ce geste eut pour effet d’accentuer ses sanglots. Elle se serra un peu plus contre le corps maigre de la dessinatrice, dégagea son bras pour venir l’enrouler autour des reins de River – quitte à forcer un peu – puis libéra sa main gauche pour venir s’accrocher à son épaule et l’étreindre complètement.
Elle réajusta un peu sa position, sans se soucier de ses cheveux qui pouvaient chatouiller une oreille ou de ses lèvres qui effleurèrent de trop près une peau sensible, pour mieux se caler contre River ; et ce n’est qu’à ce moment-là qu’elle commença enfin à se calmer.
Ses hoquets s’apaisèrent, sa respiration devint plus calme, limitée par le cou contre lequel son nez était logé. Elle pouvait d’ailleurs sentir la jugulaire de River palpiter tout contre, et elle eut l’un de ses premiers sourires de la journée, en pensant au palpitant qui animait cette circulation.
Alors seulement éloigna-t-elle son visage, d’abord pour reposer sa joue contre une épaule qu’elle commençait à bien connaître, puis pour se redresser, un peu à contre-cœur, relâchant progressivement l’épaule de River, puis dégageant son bras de son dos.
Une nouvelle fois, elle s’essuya les joues et les yeux, cette fois-ci avec succès. Bien que redressée, elle pouvait toujours sentir la jambe de River contre sa cuisse – conséquence malheureuse d’un de leurs rapprochements.

Ce fut à ce moment qu’elle prit enfin la mesure de sa situation et de ses sentiments.
Du confort que River lui avait procuré ; de sa félicité alors qu’elle profitait du confort offert par les bras de la trentenaire. Son pouls s’accéléra brusquement, alors qu’elle paniquait des conséquences de ce nouvel écart.
En se redressant, elle avait ramené sa main gauche non sur sa cuisse à elle, mais sur le genou de River, dans un geste sans invitation particulière. Sa main s’était juste arrêtée à cet endroit dans son mouvement ; mais elle ne s’en rendit compte que maintenant qu’elle se laissait à nouveau troubler par le regard d’onyx.
« I’m… feeling way better now, » commença-t-elle un peu maladroitement. Elle ne savait pas quoi dire après sa crise de larme, encore moins après qu’elle sentant encore River tout contre elle.
Elle n’ajouta rien tout de suite, fixa River avec une nouvelle intensité dans le regard, alors qu’elle retenait d’autres pulsions, moins innocentes.
« You should know, I have no real interest in Tyler, » lâcha-t-elle alors d’une voix ferme, comme si elle venait de prendre une décision importante.
C’était le cas après tout : elle avait pris une décision importante.
« I’ve agreed on that date to stop the rumors about you, » avoua-t-elle finalement. Elle imprima une légère pression au genou qui se trouvait sous sa main, essayait de faire passer un message qu’elle n’osait pas verbaliser ; pas totalement. « But you’re worth a small sacrifice. »
Le sacrifice était bien plus grand qu’elle ne le prétendait.
A l’heure actuelle, elle ne pouvait guère pousser plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 34
• côté ♥ : Son coeur a été ravi par la si parfaite Emily
• orientation : Bisexuelle
• occupation : Comic artist, réalisatrice, scénariste
• quartier : Beverly Hills
• avatar : Dichen Lachman
• crédits : santhieen
• messages : 228
Once upon a time, the masks fell off [River/Emily]
Lun 27 Aoû - 21:43
Si River avait eut la moindre idée de ce qu’elle était en train de faire, de ce qu’elle allait faire, elle aurait lancé un sourire rassurant à Emily. Elle aurait insisté pour prendre sa main, mais ce n’était pas le cas, aussi elle poursuivit, jusqu’à en arriver à céder à la douleur que ça lui causait de la voir dans cet état. Elle l’enlaça, lentement, presque naturellement si elle devait l’avouer. Elle voulait la rassurer du mieux qu’elle pouvait et lui promettre que tout irait bien – une promesse des plus stupides qu’elle ne ferait pas l’erreur de faire.
La tête contre son épaule déposa quelques gouttes d’eau contre sa peau avant de se tourner pour mieux se cacher contre son cou. Elle resserra sa prise sur la main en la sentant faire de même et elle tourna un peu la tête à son tour ; Son nez caressa son front avant qu’elle n’appuie sa joue contre son visage. Elle sentait le corps d’Emily être secoué plus fort encore que lorsqu’elle l’avait prise contre elle. Elle cherchait le contact, se rapprocha de River qui ajusta sa position à la sienne sans y réfléchir et l’autorisa à l’entourer à son tour. Lorsqu’elle lâcha sa main elle passa son bras ainsi libéré autour d’une Emily qui lui semblait bien fragile en cet instant.
River ferma les yeux et inspira profondément, s’imprégnant inconsciemment de l’odeur légèrement citronnée d’Emily. Ses cheveux avaient beau chatouiller son nez et ses lèvres effleurer son cou – ce qui provoquaient chez elle plus de choses qu’elle voulait l’admettre – elle ne recula pas. Elle caressa son dos lentement pour l’aider à se calmer, et sentit contre son cou son souffle qui se calmait progressivement. À mesure qu’elle semblait aller mieux, River prenait de plus en plus conscience de la situation. Toutefois, et malgré la naissance d’une étincelle de panique quelque part en elle, elle resta là jusqu’à ce qu’Emily fasse mine de vouloir se redresser

Elle la regarda dans les yeux en laissant sa main sur son épaule sans que le dossier du canapé ne la gêne pour autant maintenant qu’elles étaient si proches l’une de l’autre. Elle pouvait sentir sa main sur son genou mais ne dit rien, plus intéressée de connaître l’état d’Emily que vraiment se soucier des convenances. De toute façon, il était un peu tard pour ça.
« Good, » articula difficilement River quand enfin Emily annonça se sentir mieux.
L’écrivaine avait beau avoir les yeux rougis et gonflés par les larmes, elle n’en captait pas moins le regard tendre de River. L’annonce qu’elle lui fit ensuite la surprit. Elle cligna des yeux avant que ses lèvres ne se retroussent en un sourire. Un poids quitta les épaules de l’artiste instantanément, en revanche elle ne comprenait pas pourquoi…
La réponse arriva juste après.
Elle voulait faire taire les rumeurs. River plissa à peine des yeux et inclina la tête sur le côté, en signe d’incompréhension. Pourquoi s’infligerait-elle quelque chose qu’elle ne voudrait pas pour ça ? Et non, qu’elle dise qu’elle en valait la peine n’était pas une réponse suffisante. River secoua la tête et vint poser sa main sur celle d’Emily. Maintenant que toutes les conventions avaient joyeusement été piétinées, autant continuer sur leur lancée.
« I told you to not do anything you might regret to end the rumors. » Sa voix était plus proche du chuchotement qu’autre chose et ne portait pas de reproche, seulement une question à laquelle River n’était pas certaine de vouloir une réponse. Pas ce soir en tout cas. « i told you I didn’t care about it. »
River inspira profondément, son souffle un peu tremblant de tant d’émotions.
« Emily, I didn’t want you to suffer, I just wanted you to live your life without restraint. You already have too much on your plate to worry about this and to go out with Tyler if you don’t want to. The guy is already on your back more than enough without getting his hopes up. »
River aimait entendre le prénom d’Emily entre ses lèvres, le prononcer comme une brise portant une plume caressante. Elle exerça une brève pression sur sa main avant de la retirer, ainsi que celle sur son épaule pour la poser sur le dossier du canapé – non sans effleurer sa joue du bout des doigts sans le vouloir. Son regard ne quittait pas le sien et elle n’arrivait pas à se décider à s’éloigner. Finalement elle baissa la tête le temps de soupirer.
« And if you need some days for yourself, seriously, take them. I don’t want you to burn out. »
Son ton était inquiet pour la jeune femme, réellement. De toute façon, après l’étreinte, ce n’était pas difficile de deviner qu’elle voyait Emily comme plus qu’une simple collègue, et que son inquiétude était donc bien présente. Même si elle le voulait à ce stade elle ne pourrait certainement pas le cacher, pas alors qu’elles n’étaient que les deux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Most Cutest


• âge : 27
• côté ♥ : En couple <3
• orientation : Riverophile (mais bi, plus généralement)
• occupation : Etudiante/TA ; scénariste pour The Rift
• quartier : Westside
• avatar : Sarah Bolger
• crédits : Kyo
• messages : 173
Once upon a time, the masks fell off [River/Emily]
Lun 27 Aoû - 23:01
Emily baissa les yeux sur la main qui couvrait la sienne, et retint la seule réponse qui lui venait. Oui, elle lui avait dit de ne rien faire qu’elle regretterait ; malheureusement, le conseil était arrivé alors que le mal avait déjà été commis : elle s’était éprise de la mauvaise personne, et elle avait été trop loin.
Un peu comme ce soir. Elle n’avait pas eu le contrôle nécessaire pour éviter un énième dérapage, et elle ne pouvait pas vraiment faire marche arrière. Et si River se moquait des rumeurs, tel n’était pas le cas d’Emily. Elle ne lui rappela cependant pas ce qu’elle lui avait déjà dit : elle n’appréciait pas entendre ses collègues dire du mal d’elle.
Eut-elle surpris des rumeurs l’incriminant elle, elle n’aurait rien dit.
Mais faire de River la cible de leurs attaques…
Non, elle n’arrivait pas à le laisser passer.
Et au moins, pour l’instant, les collègues préféraient faire des paris sur combien de rendez-vous Tyler aurait avant de coucher avec la jolie brune – mais ça, Emily ne le savait pas.

Elle ses poils se hérisser légèrement lorsque River prononça son prénom, avec cette intonation toute particulière, indescriptible. Dans ces trois syllabes, elle semblait laisser échapper des émotions qu’elle gardait en sécurité, bien enfermés quelque part en elle.
C’était en partie pour ça qu’elle détestait autant qu’elle l’appelle par son nom de famille. Parce qu’entre ses lèvres son prénom sonnait comme une tendre caresse, chaude comme un soleil d’été.
L’ombre d’un sourire se dessina sur ses lèvres, et elle hocha simplement la tête pour signifier qu’elle écoutait. Cela ne voulait pas dire qu’elle suivrait les conseils de River.
Elle aurait voulu lui dire qu’elle ne voulait pas qu’elle souffre non plus, que ce n’était pas toujours à elle de la protéger, qu’elle pouvait rendre l’ascenseur à la hauteur de ses moyens.
Les mots moururent dans sa gorge quand elle sentit une pression contre ses doigts, un frôlement contre sa joue. Le contact, si ténu fut-il, laissa une traînée brûlante sur la peau de la jeune femme qui se retint à grand mal de retenir la main de River.
Non, elle n’avait vraiment pas le moindre intérêt pour le blond aux airs de quarterback qui lui faisait la cour. Il semblait bien que la vie continuait à la pousser vers la mauvaise personne.
Et elle pressentait un mauvais tour du sort.
« I… may take you up on that, » se résigna finalement Emily, non sans déglutir, incapable de détourner le regard de River.
Elle pouvait être naïve, parfois un peu trop fière, mais jamais idiote.
Au prix d’un effort considérable, elle se décolla enfin de River, tant pour remettre de l’ordre sur ses vêtements, que pour se frotter les yeux en espérant retrouver un minimum de contenance.
Elle était confortablement installée, avec elle.
Mais maintenant qu’elle avait pris conscience de l’ampleur de ses sentiments pour elle, au-delà du simple crush qu’elle pensait avoir, elle réalisait qu’il était préférable de remettre un peu de distance ; pas trop non plus.
Suffisamment pour protéger une relation chère, sans qu’un dérapage ne vienne définitivement les séparer. Parce qu’après tout, ce n’était jamais une bonne idée d’essayer de sortir avec sa cheffe, et qu’elle ne voulait pas non plus que cela se retourne contre River.
Parce qu’elle tenait à elle, justement.
« If you really don’t mind and the team can spare me, I’d rather… take some distance. »
De la distance par rapport au travail et par rapport à River, sans tomber dans la fuite irrationnelle.
D’autant plus qu’ils avaient été averti du weekend de travail en prévision, la semaine suivante.
Elle ne pouvait pas partir en étant épuisée, encore moins en ayant la tête à l’envers.
Il ne faudrait pas que l’incident quelques semaines plus tôt se répète.
Elle se leva enfin du canapé, encore un peu déphasée par rapport à la réalité.
Elle vérifia l’heure et se rendit compte que l’entretien n’avait pas pris tant de temps que ça. Les silences lourds et l’étreinte avaient distordu sa perception des minutes qui s’écoulaient.
« I should get going, » informa-t-elle River simplement, sur un ton d’évidence. Elle observa River se lever, se rendit compte qu’une fois debout, elles étaient presque plus proches que dans le canapé, et elle rougit légèrement, avant de faire un pas ou deux pour s’éloigner vers la porte – et de River. Elle s’arrêta à mi-chemin pourtant, comme si elle venait de se rappeler quelque chose.
« Also, this time… please don’t pretend that this was nothing, » dit-elle gravement. « I’m not sure I could take it another time. »
Qu’elle veuille poser des limites était une chose.
Elle veuille ignorer l’évidence en était une autre.
Elle ne se doutait pas qu’elle serait bientôt celle à nier les faits.
Elle la toisa une seconde ou deux, attendant un signe montrant qu’elle avait été entendue et compris, puis elle ponctua la soirée.
« Have a good evening, River. »
Elle s’appesantit sans doute un peu trop sur son prénom, alors que la boule qui lui étreignait la gorge récemment revenait prendre sa place.
Elle quitta ensuite les lieux, tout de même heureuse de laisser derrière elle son ordinateur pour quelques jours.
La pause serait bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Once upon a time, the masks fell off [River/Emily]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

glitter in the air ::  :: center l.a. :: hollywood studios+