come around 'cause i need you. (keala)

 ::  :: center l.a. :: beverly hills
avatar


• âge : 26
• occupation : lieutenant de police à la lapd.
• avatar : adria arjona.
• crédits : badlands
• messages : 231
come around 'cause i need you. (keala)
Jeu 5 Juil - 21:48
La nouvelle était dure à encaisser. Loïs en avait eu des vertiges sur tout le chemin du retour, tant cela lui paraissait irréel. Sa marraine et Dani… Séparées ? En un sens, elle était blessée que Nieves ne lui en ait pas touché le moindre mot alors qu’elles s’étaient revues. Mais d’un autre côté, elle comprenait très bien que le sujet n’était pas facile à aborder. La lieutenante de police était rentrée chez elle avec le teint blême et les larmes aux yeux – elle était tellement désolée pour les deux femmes qu’elle se laissait submerger par les émotions. Elle devait avoir l’air bien malade, parce que pour une fois, son père avait pris la peine de l’arrêter pour lui demander si elle allait bien. Il était pourtant bien rare qu’il s’inquiète de sa santé. Loïs aurait pu être touchée par cette marque d’affection, mais il n’en était rien. Cela faisait des années qu’elle considérait son père comme un étranger. Alors elle l’avait repoussé, lui crachant des mots durs au visage, tandis qu’elle laissait ses mains parcourir le plan de travail de la cuisine. Ses phalanges rencontrèrent un téléphone, qu’elle s’empressa de glisser dans sa poche tandis que son père ne faisait pas attention. Au bout de quelques minutes, elle se détourna finalement de lui pour regagner sa chambre. La porte claqua avant qu’elle ne tourne le verrou. Loïs se précipita alors en direction du lit, sur lequel elle se laissa tomber, pour laisser son regard se vriller sur le plafond. Il lui fallait respirer profondément pour reprendre ses esprits, se calmer. Elle aurait bien eu besoin de parler à quelqu’un. Elle avait apprécié l’honnêteté de Dani et ne se voyait pas aller embêter sa marraine au Planet directement après. Il lui restait bien Linoa vers qui se tourner, mais elle écarta rapidement cette idée. Pour la première fois de sa vie, elle ressentait le besoin de passer du temps avec une personne ne faisant pas partie de la famille Garcia, afin de pouvoir se changer les idées. Aussi sa main se porta-t-elle en direction de sa poche, afin d’en sortir le téléphone dont elle s’était emparé un peu plus tôt. Celui d’Elena. Rapidement, elle déverrouilla l’écran – elle l’avait déjà vu effectuer son code plusieurs fois et l’avait mémorisé – et se mit à fouiller ses contacts jusqu’à tomber sur le nom de celle qu’elle recherchait. Keala. Elle imaginait que sa belle-mère n’en avait pas trente-six dans son répertoire, et pour cause, Loïs n’avait jamais croisé d’autre Keala avant de rencontrer celle-ci. Loïs prit une profonde inspiration avant de finalement laisser ses doigts s’échouer sur l’écran, afin de composer un message : « Rendez-vous chez moi à 19h. » Cela lui laissait bien une heure pour faire la route et arriver. C’était suffisant, non ? Elle se sentait un peu mal d’utiliser l’influence de sa belle-mère pour faire venir la blonde, et elle ne savait même pas pourquoi elle avait subitement envie de la revoir, mais c’était ainsi. Elle espérait simplement que Keala ne lui en voudrait pas. Après avoir vérifié que le message était bien parti, Loïs l’effaça afin de n’en laisser aucune trace. Elle se faufila en dehors de sa chambre, déposa le téléphone d’Elena sur le plan de travail – là où elle l’avait trouvé –, puis se rua vers l’extérieur. Elle préférait attendre dehors que la jeune femme arrive. Parce qu’elle viendrait sans essayer d’appeler ni poser de question, c’était comme ça qu’elle avait l’habitude de travailler avec Elena. Aussi Loïs s’était posée sur les marches du perron, attendant simplement que Keala pointe le bout de son nez.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dans le fond des ténèbres


• âge : 29
• côté ♥ : papillonne, l'amour c'est pas pour elle, plus pour elle...
• orientation : pansexuelle. l'amour n'a ni âge, ni sexe, ni forme ni pensée. il est ce qu'il est...
• occupation : hier escort girl, aujourd'hui assistante personnelle (et jouet sexuel) d'une quadra hystérique
• quartier : crenshaw
• avatar : ksolo
• crédits : vulpecula (av) + astra (sign) + loudsilence. (gifs)
• messages : 110
come around 'cause i need you. (keala)
Sam 14 Juil - 11:45
Enfin un jour de repos, j’ai presque la sensation que je n’ai pas le droit de souffler cinq minutes. Elena est sans cesse derrière mon dos, ou me demande d’être son petit toutou qui la suit partout. Je me demande encore comment je fais pour la supporter. J’essaie chaque jour de me dire que je lui dois beaucoup, mais est-ce que je vais me sentir redevable de cette manière toute ma vie ? Je n’espère pas. Ce qui est sûr, c’est qu’un à deux jours de repos par mois, c’est franchement pas cool. Pourtant je fais au mieux, je ferme ma gueule, je prends ce qu’on me donne. Peut-être qu’au fond j’y trouve mon compte aussi, j’ai un boulot, un salaire franchement plaisant à la fin du mois, on n’a rien sans rien. Et outre le fait qu’Elena soit imbuvable, je sais qu’elle m’aime bien. C’est con, mais je me sens un peu privilégiée. Elle est dure, elle est froide, elle ne laisse rien passer, mais si elle en avait eu marre de moi, elle m’aurait déjà envoyée à Tombouctou, comme elle l’a fait un peu avec Loïs finalement.

En parlant de Loïs, je me mets à penser à elle, sans trop savoir pourquoi d’un seul coup. Je repense à notre rencontre, et je souris un peu bêtement en repensant à la manière qu’elle a de parler d’Elena. Je la comprends tellement. Et puis d’un seul coup, mon téléphone se met à vibrer. Bordel c’est une blague ? Elle me donne rendez-vous chez elle à 19h. Chez elle ? Mais il me semblait qu’il y avait son mari, et Loïs aussi ? Alors celle là elle est bonne. Je grogne pour moi-même, je devrais refuser, lui répondre en lui disant d’aller se faire foutre. Mais bordel, ce que je suis faible face à elle… Un soupir plus tard, je m’habille à peu près correctement, je ne fais pas non plus trop d’efforts, un jean, un débardeur, une petite veste, et me voilà en train d’aller chercher un bus. Surtout ne pas être en retard, elle déteste ça ça la met dans une rage noire. Sur le trajet, je me laisse penser à tout un tas de choses, mes retrouvailles avec Elio entre autre qui me perturbent sans doute plus encore que je ne voudrais l’imaginer. Et puis le bus me dépose à quelques centaines de mètres de la maison de ma patronne. Mon coeur s’emballe un peu avant d’arriver, ça me fait toujours ça. Je tape le code à l’entrée du portail et ce dernier s’ouvre pour que je puisse entrer, refermant ce dernier à l’aide du même code. Je me dirige alors vers la maison et je distingue assez rapidement une silhouette assiste sur les marches du perron. Je fronce un peu les sourcils. « Loïs ? Ça va ? » Elle a une petite mine. Je jette un oeil à l’heure, je peux rester avec elle quelques minutes avant de me faire décapiter. Je prends place sur la marche près d’elle et parle doucement pour éviter de nous faire surprendre. « Quelqu’un est mort ? C’est pas Elena, je pense que tu sourirais plus que ça… » dis-je en essayant de la faire sourire, au moins un peu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 26
• occupation : lieutenant de police à la lapd.
• avatar : adria arjona.
• crédits : badlands
• messages : 231
come around 'cause i need you. (keala)
Lun 16 Juil - 1:20
Elle attendait sagement sur le perron, comme une gosse un peu paumée. Elle aurait pu être cette gamine qu’on met à la porte, mais non, elle s’était exclue toute seule de cette famille, parce qu’elle avait besoin de prendre l’air, parce qu’elle attendait que la brise chasse les pensées qui venaient se cogner dans sa tête. Les sanglots avaient mis longtemps à s’effacer. Les larmes avaient fini par sécher. Mais son cœur restait brisé, irréparable. Loïs avait l’impression que c’était son monde tout entier qui s’était effondré. Dani et Nieves, se séparer ? C’était comme vivre le divorce de ses propres parents, encore une fois. Elles étaient ses deux figures maternelles, ses modèles de vie, et voilà que leurs routes se séparaient. Elle avait peur, Loïs. Peur que Dani refuse de la voir parce qu’elles ne partageaient pas le même sang. Peur d’être laissée sur la touche, abandonnée, comme elle avait pu l’être lorsque sa mère avait mis les voiles. Mère qu’elle n’avait jamais réellement connue, même si elle lui manquait un peu plus chaque jour. Elle savait qu’il ne fallait pas en vouloir à sa marraine ni à a sa tante. Elle savait qu’elles essayaient juste de faire au mieux pour chacune d’entre elles. Mais Loïs conservait ce goût amer au fond de la bouche. Elle avait l’impression que sa famille volait en éclat, une nouvelle fois. Tout son monde était aspiré dans une spirale de noirceur, et c’était pour cela qu’elle avait besoin de se maintenir à autre chose pour ne pas sombrer. Ce furent les bruits de pas de Keala s’approchant dans l’allée, qui lui firent relever la tête. « Loïs ? Ça va ? » La voix de la blonde la fit frémir. Mince, ça se voyait tant que ça ? Elle passait ses mains sur ses yeux, comme si cela pouvait effacer les larmes et sa peau rougie. Comme si sa peau ne porterait plus aucune marque de cette heure passée à pleurer, lorsqu’elle laisserait retomber sa main. Mais ce n’était qu’une utopie. Lorsque son bras vint se replacer le long de son corps, ses yeux étaient toujours aussi irrités. « Quelqu’un est mort ? C’est pas Elena, je pense que tu sourirais plus que ça… » Loïs laissait échapper un rire. Plus nerveux qu’autre chose. Mais au moins, cela la confortait dans l’idée qu’elle avait bien fait de demander à Keala de venir. « Non, t’en fais pas ! Je ne t’aurais pas fait venir dans l’heure juste pour un pauvre corps à enterrer. Ça aurait été le moment pour Elena d’apprendre à attendre. » Elle rit, un peu, avant de se rendre compte de ce qu’elle avait dit. Déjà, c’était méchant. Mais surtout, elle avait fait une boulette. Elle se mordit brièvement la lèvre inférieure avant de reprendre la parole : « Elena ne sait pas que tu es là. Elle ne t’a jamais demandé de venir, c’est… C’est moi. » Elle lui offrit un sourire désolé alors qu’elle adoptait un air coupable. « Ma marraine et sa femme se sont séparées. J’étais très proche d’elles alors… Je ne sais pas, je me sens un peu perdue, tu vois ? » Loïs baissait son regard sur ses mains alors qu’elle se mettait à jouer avec ses doigts. Incapable de soutenir le regard de Keala. La blonde allait la maudire ; elle avait dû faire toute cette route juste pour un caprice de gosse. Elena ne l’avait même pas vraiment appelée. Une nouvelle fois, Loïs se sentait coupable, égoïste. « Je me suis dit que ça me ferait du bien de te voir. » finit-elle par avouer, sans relever les yeux vers Keala. Elle s’attendait à ce que la jeune femme s’énerve, se déchaine. Et elle aurait eu tous les droits de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dans le fond des ténèbres


• âge : 29
• côté ♥ : papillonne, l'amour c'est pas pour elle, plus pour elle...
• orientation : pansexuelle. l'amour n'a ni âge, ni sexe, ni forme ni pensée. il est ce qu'il est...
• occupation : hier escort girl, aujourd'hui assistante personnelle (et jouet sexuel) d'une quadra hystérique
• quartier : crenshaw
• avatar : ksolo
• crédits : vulpecula (av) + astra (sign) + loudsilence. (gifs)
• messages : 110
come around 'cause i need you. (keala)
Mar 17 Juil - 19:56
Je m’inquiète en voyant Loïs assise sous le perron, c’est pas normal. Je fronce immédiatement les sourcils et m’approche de la jeune femme qui semble désemparée. J’aime pas ça. Je lui demande ce qui lui arrive, il ne faut pas être devin pour comprendre que quelque chose cloche. J’essaie tout de même un trait d’humour et le léger sourire qui étire ses lèvres me ravit le coeur. « Non, t’en fais pas ! Je ne t’aurais pas fait venir dans l’heure juste pour un pauvre corps à enterrer. Ça aurait été le moment pour Elena d’apprendre à attendre. » Je ris avec elle face à la fin de sa phrase, et j’analyse un peu tard le début. Elle m’a fait venir ? De quoi elle parle ? Je plisse un peu les yeux et je vois la jolie brunette se mordre la lèvre inférieur. Ok. Je comprends mieux. « Elena ne sait pas que tu es là. Elle ne t’a jamais demandé de venir, c’est… C’est moi. » Je hoche alors la tête légèrement, et souris, alors que Loïs a la tête baissée et qu’elle ne me voit pas. Elle tripote ses mains comme une enfant prise en faute et mon sourire s’élargit. « Je vois… » Je m’installe près d’elle, assise sur la même marche, le visage tourné dans son sens, attendant qu’elle me dise ce qui l’a poussée à me faire venir ici à une heure pareille. « Ma marraine et sa femme se sont séparées. J’étais très proche d’elles alors… Je ne sais pas, je me sens un peu perdue, tu vois ? Je me suis dit que ça me ferait du bien de te voir. » Je souris de nouveau et, tendrement, viens glisser une main dans le dos de la jeune femme. « Je suis là maintenant, tu vas pouvoir m’en dire un peu plus, et moi je vais pouvoir t’écouter, et te consoler. » Comment, j’en sais rien, après tout, on ne se connaît pas, et à notre première rencontre, Loïs a quand même été beaucoup sur la réserve me concernant. Je la comprends, c’était un peu bizarre. Mais qu’elle m’ait appelée pour venir la consoler ce soir, je trouve ça plutôt mignon. Pourquoi moi, je l’ignore, mais au fond, ça veut dire qu’elle m’aime bien, et ça me fait plaisir. Ma main remonte le long de son dos jusqu’à sa nuque, sous ses cheveux, et redescend le long de son bras, de l’autre côté de là où je me trouve. « Alors, raconte-moi, comment tu as appris cette triste nouvelle ? Et c’est définitif tu es sûre ? Tu sais parfois, les gens se séparent, et se remettent ensemble… Si elle s’aimaient très fort… » J’essaie d’être positive même si franchement, l’amour, j’y crois plus des masses. « Elles ont des enfants ? » J’espère pas. Je reste proche de la jeune femme et avant qu’elle ne me réponde, j’ai une illumination. « Tu sais quoi ? Viens, on va se promener, vaut mieux pas qu’on reste là, si la sorcière sort le bout de son nez, elle nous décapite toutes les deux ! » Je ris un peu, me saisis de sa main, me lève et la tire un peu pour qu’elle me suive. C’est alors que je lâche sa main et que nous nous dirigeons vers l’extérieur de la villa Garcia.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 26
• occupation : lieutenant de police à la lapd.
• avatar : adria arjona.
• crédits : badlands
• messages : 231
come around 'cause i need you. (keala)
Dim 29 Juil - 22:59
Keala était la première à laquelle elle avait pensé. C’était peut-être irréel mais c’était ainsi. En un sens, Loïs avait peur que la jeune femme la regarde de travers et la trouve bizarre pour ça. Mais elle en avait eu besoin. Ça avait été plus fort qu’elle, même si c’était difficile à avouer étant donné qu’elles ne s’étaient vues qu’une seule fois auparavant et que leur rencontre avait été plutôt étrange. « Je suis là maintenant, tu vas pouvoir m’en dire un peu plus, et moi je vais pouvoir t’écouter, et te consoler. » Loïs redressait son regard humide en direction de Keala, lui offrant un sourire timide mais sincère. C’était plaisant de la savoir là, prête à l’écouter, à prendre soin d’elle. La Garcia était persuadée que la blonde avait un bon fond, qu’elles pourraient facilement devenir amies. « Merci beaucoup. J’espère que tu ne m’en veux pas trop de t’avoir fait venir pour si peu. » Enfin, si le monde de Loïs s’écroulait complètement, pour Keala, cela ne devait pas paraître grand-chose. Et pourtant, elle restait complètement calme, ne paraissait pas énervée par le fait que la brune la fasse venir pour des choses dont elle devait se ficher complètement. Alors que la blonde passait une main contre sa peau, ses phalanges effleurant sa nuque, Loïs sentit qu’un léger frisson la parcourait. C’était plaisant de sentir un contact se voulant réconfortant. Alors que Keala posait ses doigts sur le bras qui était à son opposé, la brune se laissait aller contre elle. « Alors, raconte-moi, comment tu as appris cette triste nouvelle ? Et c’est définitif tu es sûre ? Tu sais parfois, les gens se séparent, et se remettent ensemble… Si elle s’aimaient très fort… » Elle laissait entrer la possibilité que Nieves et Dani se remettent ensemble. Ce serait vraiment chouette que ça puisse arriver. Surtout que la Hawkins n’avait pas laissé beaucoup d’espoir à Loïs – sûrement parce qu’elle n’y croyait pas trop elle-même. « Elles ont des enfants ? » Loïs ouvrait la bouche, s’apprêtant à répondre, mais Keala reprenait rapidement la parole : « Tu sais quoi ? Viens, on va se promener, vaut mieux pas qu’on reste là, si la sorcière sort le bout de son nez, elle nous décapite toutes les deux ! » La blonde riait avant de lui proposer sa main pour l’aider à se relever. Loïs s’en saisit rapidement, riant elle-aussi. Ce n’était pas un rire tonitruant, et pourtant, elle sentait que son cœur était déjà un peu plus léger. « Oui t’as raison, elle serait capable de nous tuer par jalousie. Nous sommes ses choses à torturer après tout, on n’est pas supposées se voir entre nous. » Mais au final, c’était de la faute d’Elena si elles se connaissaient. C’était elle qui avait invité Keala à venir habiter quelques jours à la maison et c’était ainsi que Loïs l’avait rencontrée. Quittant les marches du perron, elles sortirent rapidement de la propriété Garcia. « Ça fait du bien de s’éloigner un peu. » concédait la brune alors qu’elles marchaient sur le bord de la route. « Ça permet de se changer un peu les idées. Même si ça reste quand même présent. » Evidemment. Ce n’était pas une solution magique pour chasser tous les problèmes. Sinon, Loïs aurait fuit l’endroit pour de bon, afin d’éloigner tous ses problèmes. C’était plutôt drôle comme façon de penser d’ailleurs. « Je voulais leur rendre visite parce que je n’avais pas eu l’occasion de les voir toutes les deux depuis que je suis rentrée d’Europe. Sauf qu’il n’y avait que Dani chez elles. Elle avait l’air mal quand j’ai demandé après ma marraine et… » Elle se mordit la lèvre inférieure, incapable de continuer. « Elles n’ont pas d’enfant ensemble. Dani a une fille mais pas Nieves. » finit-elle par dire, incapable de répéter une nouvelle fois que sa tante et sa marraine s’étaient séparées. Il était inutile de remuer le couteau dans la plaie après tout. La vérité était difficile à accepter, mais cela finirait bien par passer – même si ses yeux larmoyants suffisaient à témoigner de sa peine. « Tu voudrais qu’on aille quelque part ? Peu importe où. Même un restaurant quatre étoiles si tu veux, je m’en fiche. C’est moi qui t’invite. » Keala avait bien fait de lui proposer de sortir de la propriété Garcia. Ça ne pouvait que lui faire du bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dans le fond des ténèbres


• âge : 29
• côté ♥ : papillonne, l'amour c'est pas pour elle, plus pour elle...
• orientation : pansexuelle. l'amour n'a ni âge, ni sexe, ni forme ni pensée. il est ce qu'il est...
• occupation : hier escort girl, aujourd'hui assistante personnelle (et jouet sexuel) d'une quadra hystérique
• quartier : crenshaw
• avatar : ksolo
• crédits : vulpecula (av) + astra (sign) + loudsilence. (gifs)
• messages : 110
come around 'cause i need you. (keala)
Mer 1 Aoû - 10:13
Ça me fait mal au coeur de la voir tristounette comme ça. Je me rassure en comprenant que ça n’est rien qui la concerne, ou rien de définitivement grave. Je me doute que ça l’attriste beaucoup, surtout si ce couple était un genre de modèle pour elle, mais ce sont des choses qui arrivent malheureusement. Une fois près d’elle, je m’autorise à lui offrir quelques gestes de tendresse, même si nous ne nous connaissons que très peu, elle m’a appelée pour que je sois là, j’imagine que j’ai quand même le droit de la réconforter comme je peux. Et puis ça va, je suis pas en train de la tripoter non plus ! Je lui pose quelques questions mais avant même d’avoir attendu la réponse, je lui propose de quitter la propriété histoire d’être un peu plus tranquilles et ne pas avoir peur d’être dérangées. « Oui t’as raison, elle serait capable de nous tuer par jalousie. Nous sommes ses choses à torturer après tout, on n’est pas supposées se voir entre nous. » Je ris un peu et hoche vivement la tête. Elle a tout a fait bien cerné la situation, mieux encore qu’elle ne l’imagine. Il y a encore des choses qu’elle ne sait pas, et qu’elle ne saura j’espère jamais. Une fois à l’extérieur, je sens que le petit air frais et le fait de marcher fait un peu de bien à Loïs. « Je voulais leur rendre visite parce que je n’avais pas eu l’occasion de les voir toutes les deux depuis que je suis rentrée d’Europe. Sauf qu’il n’y avait que Dani chez elles. Elle avait l’air mal quand j’ai demandé après ma marraine et… Elles n’ont pas d’enfant ensemble. Dani a une fille mais pas Nieves. » J’essaie d’assimiler les prénoms, si je comprends, Nieves est sa marraine, et Dani c’est la femme avec qui elle vivait, qui elle a un enfant. Ok. C’est pas le schema le plus simple, mais j’ai saisi l’essentiel, je pense. « J’imagine que ça a dû être difficile de l’apprendre, surtout comme ça, même pas par ta marraine… » Je me pince un peu les lèvres et tourne la tête dans sa direction, voyant bien son regard encore brillant. « Eh… ça va aller ok ? » Je viens chercher sa main pour la serrer un peu et lui donner un peu de force, du mieux que je peux. « On va se changer les idées. » « Tu voudrais qu’on aille quelque part ? Peu importe où. Même un restaurant quatre étoiles si tu veux, je m’en fiche. C’est moi qui t’invite. » Je laisse échapper un petit rire amusé et secoue la tête. « J’ai mieux, on va aller boire un verre, mais pas n’importe lequel. » Nous prenons un taxi et je donne l’adresse du meilleur bar russe de la ville. « On va aller se boire la meilleure vodka de la ville ! » Hochant la tête avec amusement, j’ai bien envie de nous changer les idées, ou plutôt de lui changer les idées à elles. Il ne faut pas si longtemps pour arriver et nous prenons place à l’intérieur, avant de commander une ligne de shooters avec différents goûts, mais toujours cette même vodka, la meilleure que j’ai jamais bu. « Tu sentiras peut-être pas la différence, mais je t’assure que c’est la meilleure ! » J’ignore si Loïs tient bien à l’alcool, mais moi j’ai de la réserve malgré mon petit corps, et je serai là pour la soutenir si besoin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 26
• occupation : lieutenant de police à la lapd.
• avatar : adria arjona.
• crédits : badlands
• messages : 231
come around 'cause i need you. (keala)
Jeu 23 Aoû - 0:19
Ça lui faisait du bien de se confier à Keala. Elle la connaissait à peine, et pourtant, elle se sentait en confiance alors qu’elle se tenait à côté d’elle. Sans doute parce qu’elle était la seule personne de son entourage qui n’avait pas trahie sa confiance. Linoa non plus ne lui avait rien fait, quoi que, elle avait peut-être été mise au courant pour le divorce et ne lui en avait rien dit. Dans le doute, Loïs n’avait pas particulièrement envie de se tourner vers sa sœur. « J’imagine que ça a dû être difficile de l’apprendre, surtout comme ça, même pas par ta marraine… » La Garcia hochait la tête. Elle était tout de même bien contente que Dani se soit chargée de lui annoncer la nouvelle. C’était la seule personne qui ne l’avait pas laissée dans l’ignorance. « Eh… ça va aller ok ? » Loïs tournait le visage vers Keala, rencontrant ses prunelles qui venaient chercher les siennes. Elle esquissait un sourire alors qu’elle sentait les doigts de la blonde venir se nouer aux siens. Sa paume prenant parfaitement place dans le creux de sa main. « On va se changer les idées. » C’était une bonne idée. Aussi Loïs lui demandait où elle voulait aller. Ce serait elle qui l’inviterait. De toute façon, elle avait de quoi faire sur son compte en banque, étant donné qu’elle vivait toujours au crochet de son père et de sa belle-mère. Mais Keala n’avait pas tellement l’air de vouloir s’aventurer dans un restaurant pour snobs. « J’ai mieux, on va aller boire un verre, mais pas n’importe lequel. » Loïs hochait la tête. « Très bien, je te suis. » Un sourire plus tard, elles embarquaient dans un taxi. Keala donnait une mystérieuse adresse au conducteur, avant de se tourner vers Loïs. « On va aller se boire la meilleure vodka de la ville ! » « Excellente idée ! » répondit Loïs en séchant une nouvelle fois ses yeux humides. La route passa rapidement et bien vite, le chauffeur s’arrêta devant un bar. La Garcia lui glissa quelques billets avant de sortir de la voiture. En un clin d’œil, elles furent installées à l’intérieur, prêtes à boire ces shooters que Keala avait tant tenu à commander. De la vodka. « Tu sentiras peut-être pas la différence, mais je t’assure que c’est la meilleure ! » Loïs esquissait un nouveau sourire. Ses yeux étaient de moins en moins humides, sans doute grâce à la présence de la blonde à ses côtés. Elle lui permettait de se déconnecter un peu de ses pensées maussades. « Tu crois vraiment que je n’ai jamais bu de vodka ? Allez, arrête de t’inquiéter, promis, ce n’est pas avec ça que tu vas devoir me tenir les cheveux alors que j’aurais la tête dans la cuvette. » Elle lui adressait un clin d’œil avant de resserrer ses phalanges autour d’un verre, de venir le claquer contre le verre que tenait la blonde et de le boire cul sec. Elle ne put s’empêcher d’esquisser une légère grimace. « Okay, c’est quand même fort. » reconnut-elle. Elle mit un temps avant de rouvrir les paupières, vrillant ses pupilles sur Keala. Loïs la fixait droit dans les yeux alors qu’elle portait le deuxième shooter à ses lèvres pour un nouveau cul sec. « Tu vois, même pas peur. » ajouta-t-elle sans trop savoir à quoi elle jouait. C’était comme si elle cherchait à impressionner Keala, mais c’était ridicule de penser ainsi. Pourquoi aurait-elle eu cette envie ? « Il est sympa ce bar. Atypique. Est-ce que… Tu serais russe ? » finit-elle par demander, détournant enfin le regard. Elle ne l’aurait pas emmenée dans un bar russe autrement, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dans le fond des ténèbres


• âge : 29
• côté ♥ : papillonne, l'amour c'est pas pour elle, plus pour elle...
• orientation : pansexuelle. l'amour n'a ni âge, ni sexe, ni forme ni pensée. il est ce qu'il est...
• occupation : hier escort girl, aujourd'hui assistante personnelle (et jouet sexuel) d'une quadra hystérique
• quartier : crenshaw
• avatar : ksolo
• crédits : vulpecula (av) + astra (sign) + loudsilence. (gifs)
• messages : 110
come around 'cause i need you. (keala)
Lun 27 Aoû - 19:28
Je suis là pour lui changer les idées, c’est pour ça qu’elle m’a fait venir après tout, même si rien de tout ça n’était prévu. Mais je prends mon rôle à coeur. Je prends l’initiative de quitter les environs, au cas où Elena serait dans le soin, on sait jamais avec elle, on risquerait de se faire décapiter. Nous empruntons un taxi et je propose à Loïs d’aller boire une vraie vodka. L’idée a l’air de lui plaire. Une fois à l’intérieur, je commande de quoi lui faire découvrir la vraie vodka de chez moi. « Tu crois vraiment que je n’ai jamais bu de vodka ? Allez, arrête de t’inquiéter, promis, ce n’est pas avec ça que tu vas devoir me tenir les cheveux alors que j’aurais la tête dans la cuvette. » Je ris un peu, amusée par l’attitude de la demoiselle. Je n’en attendais pas moins d’elle, mais ce qui me fait plaisir surtout, c’est qu’elle a l’air d’avoir arrêté de pleurer, c’est tout ce dont j’avais envie.

Le serveur nous apporte la ligne se shooters et nous en prenons un chacune, trinquons, et avalons le contenu, en même temps. Je guète les expressions de Loïs et souris lorsque je la voix grimacer. Elle admet que c’est quand même assez fort et je ris un peu, amusée par sa petite bouille tout à fait adorable. « Un peu oui. » Mutine, je lui propose d’en boire un 2ème. Je ne compte pas du tout la saouler, simplement lui faire oublier un peu ce qui la tracasse. « Tu vois, même pas peur. » Je souris en hochant la tête et la suis sans broncher, avalant le contenu d’un 2ème shot. « Il est sympa ce bar. Atypique. Est-ce que… Tu serais russe ? » Je ris à nouveau et hoche la tête, amusée. « Touché ! » En même temps, mes cheveux blonds et mes yeux bleus limite translucides, je crois que j’ai quelques séquelles. « T’avais pas entendu mon petit accent ? » J’ai beau être aux Etats Unis depuis un moment, j’ai encore un peu mon accent, en fond. Parfois je le contrôle, mais là il est un peu plus présent, surtout dans un endroit comme ça. « J’ai eu de la vodka dans mon biberon, du coup, ça fait pas trop effet sur moi. » Ça a beau être fort, j’ai que trop l’habitude. « Comment tu te sens ? » Je penche la tête légèrement sur le côté en plongeant mon regard dans ses yeux chocolat, attendant qu’il me dise un peu ce qu’elle ressent. On est là pour ça aussi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 26
• occupation : lieutenant de police à la lapd.
• avatar : adria arjona.
• crédits : badlands
• messages : 231
come around 'cause i need you. (keala)
Mer 5 Sep - 23:14
Certaines personnes trouvaient que les employés des forces de l’ordre étaient perspicaces. Si Loïs parvenait parfois à l’être, il lui avait fallu attendre que Keala l’emmène à ce bar pour mettre le doigt sur un point particulier. La Russie. Est-ce que la blonde était russe ? Cela paraissait fort probable, maintenant que les éléments lui étaient mis juste sous son nom. La Garcia prit tout de même l’initiative de lui poser directement la question, pour être certaine qu’elle n’était pas en train de se faire des idées. « Touché ! » La blonde avait l’air de prendre les choses avec humour, ce qui ne manqua pas de faire sourire Loïs, rassurée que Keala ne soit pas vexée par son manque de perspicacité. C’était le seul soutien qu’il lui restait, sa seule béquille – même si elles se connaissaient à peine – et elle ne voulait pas se la mettre à dos bêtement. « T’avais pas entendu mon petit accent ? » Loïs secouait la tête en riant. En effet, elle avait déjà remarqué que certains mots sonnaient différemment entre ses lèvres, mais elle n’y avait jamais suffisamment prêté attention pour reconnaître un accent. « Ah c’est donc ça ? Je pensais que c’était pour te donner un genre, ou un truc comme ça. » rétorqua-t-elle, taquine. « Mais c’est sexy. Tu dois en faire tourner des têtes, avec tes gênes russes. » Blonde, avec des yeux bleu clair et un léger accent… Elle devait clairement attirer pas mal de gens. Ça pouvait être cool tout en étant embarrassant. Certaines personnes devaient avoir des fantasmes vraiment malsains, mais Loïs préférait ne pas y penser. Elle devait juste reconnaître que Keala avait un certain charme. « J’ai eu de la vodka dans mon biberon, du coup, ça fait pas trop effet sur moi. » La remarque fit rire la lieutenante de police. C’était bien de tenir l’alcool, mais ce n’était pas une compétence dont elle avait besoin personnellement. Elle avait beaucoup bu en Europe, mais avait fait le choix de se calmer sur la bouteille en rentrant de son voyage. « Comment tu te sens ? » finit par demander Keala alors que Loïs reposait son verre sur la table. « Encore sobre. » plaisanta la Garcia en lui adressant un clin d’œil. Ses phalanges jouaient avec le verre, ses yeux quittant ceux de Keala pour se poser sur le récipient vide. Alors que la blonde se dérobait à son regard, Loïs sentit une vague de tristesse s’abattre sur ses épaules. Elle ne put retenir un soupir, ce qui délia un peu sa langue. « Je crois que j’ai du mal à réaliser. Je suis un peu secouée que ma marraine ne m’ait rien dit. Et je culpabilise de ne pas être passée chez elles plus tôt. Je l’aurais su plus rapidement. » Elle haussait les épaules, se tournant de nouveau vers Keala pour lui adresser un sourire triste. « Elles étaient un peu comme mes deux mamans. J’ai peur que Dani disparaisse comme ma mère avant elle, même si elle m’a assurée qu’elle ne couperait pas les ponts. » Elle passait ses mains sur son visage, pressant la pulpe de ses doigts sur ses paupières closes, pour empêcher les larmes de se remettre à couler. « Mais le temps nous dira ce qu’il adviendra. J’imagine que ça ne sert à rien de s’inquiéter en attendant que les choses finissent par arriver. » Relativiser. C’était ce qu’il y a de mieux à faire, même si elle sentait son cœur se serrer chaque fois que ses pensées s’égaraient du côté de Dani et Nieves. Laissant retomber ses mains sur la table, elle se tournait vers Keala pour lui adresser un sourire sincère. « Merci d’être là. » lui chuchota-t-elle du bout des lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dans le fond des ténèbres


• âge : 29
• côté ♥ : papillonne, l'amour c'est pas pour elle, plus pour elle...
• orientation : pansexuelle. l'amour n'a ni âge, ni sexe, ni forme ni pensée. il est ce qu'il est...
• occupation : hier escort girl, aujourd'hui assistante personnelle (et jouet sexuel) d'une quadra hystérique
• quartier : crenshaw
• avatar : ksolo
• crédits : vulpecula (av) + astra (sign) + loudsilence. (gifs)
• messages : 110
come around 'cause i need you. (keala)
Lun 17 Sep - 9:39
J’ai beau être aux States depuis presque quinze ans, j’ai gardé ce petit accent caractéristique, que j’arrive pourtant à camoufler, mais pas toujours. J’étais persuadée que tout le monde s’en rendait compte, mais Loïs me confirme que ce n’est pas le cas. « Ah c’est donc ça ? Je pensais que c’était pour te donner un genre, ou un truc comme ça. » Je ris, amusée tout en secouant la tête. « Mais c’est sexy. Tu dois en faire tourner des têtes, avec tes gênes russes. » Levant les yeux au ciel, je souris pourtant, parce qu’entendre de sa bouche qu’elle trouve ça sexy, c’est plutôt agréable. Je ne vais pourtant pas en faire des caisses, je ne l’ai pas emmenée ici pour la draguer, mais surtout pour lui remonter le moral. Je continue un peu de plaisanter, mais demande finalement comment elle se sent. Peut-être qu’elle a besoin d’évacuer avant de penser à autre chose. Je ne sais pas comment faire les choses dans le bon ordre, j’imagine que ça dépend des gens, certains préfèrent ne pas parler et penser à autre chose, d’autres feraient l’inverse, et certains ne parleraient même pas. Alors je tente quand même, pour voir si elle a besoin que ça sorte. Comment se sent-elle ? « Encore sobre. » Qu’elle répond naturellement me faisant sourire. « Je crois que j’ai du mal à réaliser. Je suis un peu secouée que ma marraine ne m’ait rien dit. Et je culpabilise de ne pas être passée chez elles plus tôt. Je l’aurais su plus rapidement. Elles étaient un peu comme mes deux mamans. J’ai peur que Dani disparaisse comme ma mère avant elle, même si elle m’a assurée qu’elle ne couperait pas les ponts. » Je secoue légèrement la tête en la regardant passer ses mains sur son visage. « Mais non, ne pense pas au pire, je suis certaine qu’elles ne t’abandonneront pas, comment on peut t’abandonner ? » Lorsqu’elle me laisse entrevoir son visage je lui offre un sourire bienveillant et tends la main pour venir chercher la sienne, dans un geste tendre et visant à la rassurer. « Merci d’être là. » Je penche un peu la tête sur le côté en souriant, caressant sa main du bout de mon pouce, sans la lâcher des yeux. « T’es pas toute seule, t’inquiètes pas. Et puis si t’en as marre de l’autre mégère, je peux toujours te prêter mon canapé le temps que tu te trouves quelque chose ? » J’ignore si c’est une bonne idée,mais sur le moment, ça me semblait bien de proposer. « Bon tu sais quoi ? On va essayer de pas penser à tout ça ce soir. Tiens. » Je lâche sa main et me saisis d’un verre devant nous pour le poser devant elle avant d’en prendre un autre pour moi. « Et si tu veux, après ça, je te montrerai un endroit génial qui va te faire tout oublier. » Je hoche un peu la tête comme pour la convaincre de me suivre, même si je crois que je n’ai pas besoin de dire grand chose pour ça. Si elle m’a fait venir, c’est qu’elle me fait confiance, et qu’elle m’aime bien. Alors autant tout tenter pour lui changer les idées.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar


• âge : 26
• occupation : lieutenant de police à la lapd.
• avatar : adria arjona.
• crédits : badlands
• messages : 231
come around 'cause i need you. (keala)
Mer 26 Sep - 0:06
C'était étrange cette facilité qu'elle avait à se confier à Keala. Elle n'était pourtant qu'une inconnue, une personne qu'elle n'avait croisé qu'une seule fois. Pourquoi s'était-elle mise à lui faire confiance si facilement ? Elle n'en savait rien. Mais ça avait été comme une évidence. Comme si son être tout entier lui criait qu'il fallait lui faire confiance. A croire que, voir quelqu'un à poil dans sa maison était une façon de devenir proche tout de suite. Mais à la vérité, Loïs se sentait comme prise au piège. Son escapade de l'autre côté de l'Atlantique lui avait fait perdre ses points de repères et elle s'était peu à peu éloignée de ses amis - et de sa famille aussi, visiblement. Dans ce monde de solitude, Keala apparaissait comme une délivrance. Installée à côté d'elle, Loïs laissait sa langue se délier, livrant ses doutes comme elle ne l'aurait fait avec personne d'autre. « Mais non, ne pense pas au pire, je suis certaine qu’elles ne t’abandonneront pas, comment on peut t’abandonner ? » Un sourire gêné vint prendre place sur les lèvres de la Garcia alors qu'elle entendait ces mots et que la jeune femme venait poser sa main sur la sienne. Elle n'avait pas l'habitude de ce genre de compliments au sein d'une amitié, mais elle ne pouvait pas se montrer rude en repoussant la blonde. Après tout, elle était là dans l'unique but de l'aider. Loïs finirait bien par se faire à sa façon d'être. Alors en attendant, elle la remerciait, tout simplement. Parce que c'était ce qui semblait le plus logique à faire. « T’es pas toute seule, t’inquiètes pas. Et puis si t’en as marre de l’autre mégère, je peux toujours te prêter mon canapé le temps que tu te trouves quelque chose ? » lui suggéra Keala en caressant sa main à l'aide de son pouce. Loïs détachait son regard de la jeune femme, portant ses prunelles sur leurs mains qui continuaient de se toucher. « Tu es sûre de vouloir faire ça ? Si ça se trouve, je suis infernale au quotidien, impossible à vivre et tout ce que tu veux. » lui répondit-elle en lui adressant un clin d'œil. Elle ne pensait pas l'être tant que ça, mais elle avait toujours cette envie un peu étrange de conserveur un peu de distance. Les deux jeunes femmes se connaissaient à peine et Loïs acceptait de la laisser entrer dans son jardin secret, sans être certaine de vouloir en faire tomber toutes les barrières. Elle ne voulait pas se sentir vulnérable face à la blonde. « Bon tu sais quoi ? On va essayer de pas penser à tout ça ce soir. Tiens. » Enfin, la main de Keala s'éloignait de celle de Loïs. Elle lui mit un verre face à elle, avant d'en prendre un pour elle-même. « Et si tu veux, après ça, je te montrerai un endroit génial qui va te faire tout oublier. » ajouta la blonde comme s'il s'agissait de l'argument ultime pour convaincre la lieutenante de police. Portant son verre à ses lèvres, Loïs le but d'un coup sec avant de reposer son regard sur Keala. « D'accord, je te suis. Prête à subir le sortilège oubliettes. » Elle se faisait taquine. Adressant un clin d'œil à la blonde, elle finit par se lever pour enfiler sa veste et récupérer son sac sur son épaule. Elle se doutait qu'elles n'allaient pas rester dans ce bar. « Où est-ce qu'on va alors ? » finit-elle par demander alors qu'elle avait fait le tour de la table pour tendre son bras dans sa direction, comme une invitation à s'en saisir. Elle ne savait pas où elles allaient, mais elle était convaincue qu'elles pouvaient y aller bras-dessus bras-dessous - et Keala semblait être quelqu'un de tactile, alors Loïs tentait de s'adapter pour lui faire plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dans le fond des ténèbres


• âge : 29
• côté ♥ : papillonne, l'amour c'est pas pour elle, plus pour elle...
• orientation : pansexuelle. l'amour n'a ni âge, ni sexe, ni forme ni pensée. il est ce qu'il est...
• occupation : hier escort girl, aujourd'hui assistante personnelle (et jouet sexuel) d'une quadra hystérique
• quartier : crenshaw
• avatar : ksolo
• crédits : vulpecula (av) + astra (sign) + loudsilence. (gifs)
• messages : 110
come around 'cause i need you. (keala)
Jeu 27 Sep - 12:53
J’ai jamais été trop douée pour remonter le moral des troupes, en général, c’était plutôt moi qui avait besoin d’aide jusqu’à présent. Mais j’ignore pourquoi, je ressens ce besoin d’aider Loïs, parce que je l’apprécie, et aussi parce qu’elle me fait beaucoup de peine dans l’état dans lequel elle se trouve. J’aimerai pouvoir atténuer son chagrin, et pour le moment, j’ai l’impression que lui faire penser à autre chose reste la meilleure solution. La vodka aide pas mal aussi, elle finira d’ailleurs par nous faire un peu tourner la tête, elle plus que moi j’imagine. Je lui propose quand même de venir squatter mon canapé si elle est en saturation de sa belle-mère, ma patronne. Au moins, on serait toutes les deux dans le même cas. « Tu es sûre de vouloir faire ça ? Si ça se trouve, je suis infernale au quotidien, impossible à vivre et tout ce que tu veux. » Je hausse les épaules en souriant avant de lui répondre, taquine. « C’est comme tu veux. J’ai pas d’armure ni d’épée mais j’peux toujours essayer de te sauver des griffes du dragon ! » Finalement, me vient une idée pour lui faire penser à autre chose, et je ne tarde pas à lui proposer, sans lui en dire plus. Mais d’abord, il faut finir nos verres, il n’en reste plus qu’un chacune. « D'accord, je te suis. Prête à subir le sortilège oubliettes. » J’acquiesce d’un hochement de tête en souriant, remarquant la référence à la saga de J.K. Rolling. Je garde dans un coin de ma tête. « Où est-ce qu'on va alors ? » demande-t-elle en me tendant un bras auquel je viens pendre le mien pour sortir de l’établissement, après avoir payé, bien sûr. « J’ai pas envie de te dire. Mais c’est trop loin pour y aller à pieds alors je propose… » Je sors de ma poche une carte, j’ignore si elle la reconnaitra, et je m’arrête devant les vélos en libre service proposés par la ville, monnayant un abonnement évidemment. C’est le dragon qui paye. « Vélo ! Ce sera plus drôle à deux dessus, allez grimpe ! » Je déverrouille un des vélos après avoir vérifié qu’il était en bon état et pas vandalisé, et laisse Loïs prendre place sur la selle alors que je vais pédaler sans m’asseoir. Ça me fera faire un peu de sport. « Prête ? » Je suis morte de rire, au début ça va pas droit, faut qu’on s’y reprenne à plusieurs reprises, mais c’est drôle, et plutôt grisant de sentir les mains de Loïs posées à ma taille pour ne pas tomber. Nous trouvons notre équilibre et tout droit jusqu’au matin. Enfin non. Tout droit jusqu’à la plage. C’est un peu loin quand même, surtout avec la vodka, mais c’est marrant. Il nous faut une bonne demi-heure pour arriver à destination et nous déposons le vélo dans un des parkings à vélos prévus pour eux. « Et voilà ! »[/color] Non en vrai, c’est pas juste la plage. « Viens, suis-moi ! » Je lui fais signe de me suivre et me faufile un peu, heureusement la lune est pleine et nous éclaire merveilleusement bien. Quelques pas encore et un passage un peu difficile nous mène à une petite crique quasi paradisiaque. « C’est mon p’tit cocon ici. J’ai jamais vu personne, et c’est juste… » Je soupire un peu, parce que le spectacle est quand même magnifique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
come around 'cause i need you. (keala)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

glitter in the air ::  :: center l.a. :: beverly hills+